[Zur Navigation]

12.10.2011

UE-Balkans

La Serbie doit normaliser ses relations avec le Kosovo afin de se rapprocher de l'UE

La Commission européenne vient de présenter un ensemble de rapports de suivi visant à évaluer les progrès de plusieurs pays-candidats à l'adhésion à l'UE. La recommandation d'accorder le statut de candidat à l'adhésion à la Serbie en fait également partie, « étant entendu que la Serbie se réengage dans le dialogue avec le Kosovo ». Selon la Commission, les négociations d'adhésion ne devraient pas démarrer tant que la Serbie n'accomplit pas de progrès significatifs dans la normalisation de ses relations avec le Kosovo.

Commentant ces propositions de la Commission européenne, Nicole Kiil-Nielsen, eurodéputée du Groupe des Verts/ALE et membre de la Commission des Affaires étrangères du Parlement européen a déclaré :

"Ouvrir les négociations d'adhésion avec la Serbie en ce moment de tensions accrues entre la Serbie et le Kosovo serait erroné. La Commission a cependant  bien fait de recommander le statut de candidat à la Serbie en guise de reconnaissance des progrès accomplis - la mise en œuvre des réformes internes et le transfert des principaux criminels de guerre à la Haye. La Commission a choisi le juste équilibre en liant sa recommandation d'attribuer le statut de candidat à la Serbie au message clair que celle-ci doit se réengager sans tarder dans le dialogue avec le Kosovo et mettre en œuvre les accords déjà conclus avec Pristina."

"La Serbie doit maintenant normaliser ses relations avec le Kosovo et réaliser des progrès concrets dans ce domaine pour pouvoir ouvrir les négociations d'adhésion avec l'UE. Cependant, la Serbie devrait faire des progrès également dans d'autres domaines qui restent problématiques. La récente annulation de la marche de la fierté des personnes homosexuelles de Belgrade en est un exemple".