Document


en | fr

Situation of journalists in Turkey

Greens/EFA motion for resolution


Tabled by Rebecca Harms, Bodil Valero, Ernest Maragall, Ska Keller, Barbara Lochbihler, Benedek Jávor, Ulrike Lunacek, Ernest Urtasun
on behalf of the Greens/EFA Group

The European Parliament,

–  having regard to its previous resolutions on Turkey, in particular that of 15 January 2015 on freedom of expression in Turkey: Recent arrests of journalists, media executives and systematic pressure against media(1) ,

–  having regard to its resolution of 14 April 2016 on the 2015 report on Turkey(2) ,

–  having regard to the Commission’s Turkey 2015 report of 10 November 2015 (SWD(2015)0216),

–  having regard to the joint statement of 16 July 2016 by Vice-President/High Representative Federica Mogherini and Commissioner for European Neighbourhood Policy and Enlargement Negotiations Johannes Hahn on the situation in Turkey,

–  having regard to the Council conclusions on Turkey of 18 July 2016,

–  having regard to the statement of 21 July 2016 by Vice-President/High Representative Federica Mogherini and Commissioner Johannes Hahn on the declaration of the state of emergency in Turkey,

–  having regard to the EU-Turkey High Level Political Dialogue of 9 September 2016,

–  having regard to the fact that respect for the rule of law, including freedom of expression, is at the core of EU values,

–  having regard to the right to freedom of expression enshrined in the European Convention on Human Rights (ECHR) and the International Covenant on Civil and Political Rights (ICCPR), to which Turkey is a state party,

–  having regard to the recommendations contained in the Opinion on Articles 216, 299, 301 and 314 of the Penal Code of Turkey, adopted by the Venice Commission at its 106th plenary session (Venice, 11-12 March 2016),

–  having regard to Rule 123(2) and (4) of its Rules of Procedure,

A.  whereas an attempted coup d’état took place in Turkey on 15 July 2016, in which more than 250 people were killed and more than 2 100 injured;

B.  whereas defending democracy, with a full commitment to human rights and the rule of law, is important, as is cooperation between the EU, the Council of Europe and Turkey in this regard; whereas Turkey is a key partner of the European Union;

C.  whereas, according to the European Federation of Journalists and the Turkish Journalists’ Association, following the coup attempt of 15 July 2016 the Turkish police have arrested at least 99 journalists and writers, most of whom have had no charges brought against them to date, bringing the number of media workers detained on charges believed to be related to their exercise of the right to freedom of expression to at least 130, as of 20 October 2016; whereas 64 of those journalists arrested after 15 July 2016 have been released; whereas the detained journalists have been denied the right of access to a lawyer and are being kept in inhumane conditions in which they are being threatened and mistreated; whereas there are claims that the co-editors-in-chief of the closed daily newspaper Özgür Gündem, Bilir Kaya and Inan Kizilkaya, have been tortured in prison;

D.  whereas restrictions on the media and pressure on journalists were already considerable before the failed coup; whereas, according to the Committee to Protect Journalists, the Turkish authorities have, following the attempted coup d’état, closed down the offices of more than 100 broadcasters, newspapers, magazines, publishers and distribution companies, leaving over 2 300 journalists and media workers without jobs; whereas the press credentials of at least 330 journalists have been revoked;

E.  whereas among those journalists detained are, for example, well-known novelist Asli Erdogan, who was also an Advisory Board member and columnist for the Kurdish daily newspaper Özgür Gündem, which is now closed, academic and columnist Mehmet Altan, and his brother Ahmet Altan, a writer and former editor of the weekly newspaper Taraf;

F.  whereas, according to Human Rights Watch, many of those legal actions were taken in the absence of any evidence of participation by those accused in the failed coup attempt; whereas the right to a fair trial must be ensured, and whereas the judicial system’s handling of media-related cases shows a lack of impartiality and independence;

1.  Strongly condemns the attempted coup in Turkey of 15 July 2016; supports the legitimate institutions of Turkey; deplores the high number of casualties; expresses its solidarity with the victims and their families;

2.  Acknowledges the right and responsibility of the Turkish Government to respond to the coup attempt; stresses, however, that the failed military take-over cannot be used as an excuse for the Turkish Government to further stifle legitimate and peaceful opposition and to prevent journalists and the media in their peaceful exercise of freedom of expression through disproportionate and illegal actions and measures;

3.  Calls on the Turkish authorities to release those journalists and media workers being held without compelling evidence of criminal activity, including well-known journalists such as as Nazli Ilicak, Sahin Alpay, Asli Erdogan, Murat Aksoy, Ahmet Altan and Mehmet Altan; stresses that the journalists should not be detained on the basis of the content of their journalism or alleged affiliations, including in cases where charges are brought against them, and underlines the need to ensure that pre-trial detention remains an exception;

4.  Recalls that a free and pluralistic press is an essential component of any democracy, as are due process, presumption of innocence and judicial independence; reminds the Turkish authorities that the utmost care must be taken when dealing with the media and journalists, as freedom of expression and freedom of the media remain central to the functioning of a democratic and open society;

5.  Regrets that emergency provisions have also been used to harass family members of journalists who have fled abroad or gone into hiding, including by cancelling their passports or temporarily detaining them instead of those accused;

6.  Is seriously concerned about the closure of more than 150 media outlets; calls for them to be reopened, their independence restored and their dismissed employees reinstated in accordance with due process; calls on the Turkish authorities to end the practice of misusing provisions in the penal code to appoint trustees to private media organisations and to halt executive interference with independent news organisations, including in relation to editorial decisions, dismissals of journalists and editors, and pressure and intimidation against critical news outlets and journalists; condemns the attempts by the Turkish authorities to intimidate and expel foreign correspondents;

7.  Calls on the Government of Turkey to narrow the scope of the emergency measures, so that they can no longer be used to curtail freedom of expression; stresses that investigations related to alleged involvement in the attempted coup should be carried out in accordance with due process and impartially and on the basis of convincing evidence and not on guilt by association, which may result in collective punishment;

8.  Stresses that Turkey faces a real threat from terrorism; reiterates, however, that the broadly defined Turkish anti-terrorism legislation should not be used to punish journalists for exercising their right of freedom of expression; calls, as a matter of urgency, for the implementation of the Venice Commission recommendations of March 2016 and the reform of the anti-terrorism legislation;

9.  Calls on the European External Action Service (EEAS) and the Member States to continue monitoring the practical implications of the state of emergency closely and to ensure that all trials of journalists are monitored;

10.  Instructs its President to forward this resolution to the Council, the Commission, the Vice‑President of the Commission/High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy, and the President, Government and Parliament of Turkey.

Situation des journalistes en Turquie

Proposition de résolution des Verts/ALE


Déposée par Rebecca Harms, Bodil Valero, Ernest Maragall, Ska Keller, Barbara Lochbihler, Benedek Jávor, Ulrike Lunacek, Ernest Urtasun au nom du groupe Verts/ALE

 

Le Parlement européen,

–  vu la déclaration faite le 1er septembre 2016 par le Président du Parlement européen après sa visite en Turquie,

–  vu la résolution du Parlement européen du 14 avril 2016 sur le rapport 2015 sur la Turquie(1),

–  vu la déclaration du 16 juillet 2016 du président du Conseil européen, du président de la Commission européenne et de la haute représentante de l'Union, au nom des États membres de l'Union présents au sommet de l'ASEM, sur la situation en Turquie,

–  vu les conclusions du Conseil européen du 18 juillet 2016,

–  vu les déclarations de la vice-présidente/haute représentante, Federica Mogherini, et du commissaire européen Johannes Hahn sur la Turquie, notamment celles des 21 juillet 2016 et 21 août 2016,

–  vu la déclaration du 15 septembre 2016 de la vice-présidente/haute représentante, Federica Mogherini, à l’occasion de la Journée internationale de la démocratie,

–  vu la réunion des représentants de la délégation de l’Union européenne auprès de la Turquie et des États membres de l’Union avec des défenseurs des droits de l’homme, qui s’est tenue le 23 septembre 2016 dans le cadre de la stratégie locale de l’Union en faveur des défenseurs des droits de l’homme,

–  vu les recommandations contenues dans l’avis sur les articles 216, 299, 301 et 314 du code pénal turc, adopté par la Commission de Venise lors de sa 106e session plénière (Venise, 11 et 12 mars 2016),

–  vu le pacte international relatif aux droits civils et politiques,

–  vu l'article 123, paragraphe 2, de son règlement,

A.  considérant que, après l’échec de la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016, le gouvernement turc a décrété l’état d’urgence, qui a été prolongé jusqu’à la fin de l’année;

B.  considérant que les restrictions imposées aux médias et les pressions croissantes exercées sur les journalistes étaient déjà considérables avant le coup d’État manqué, notamment depuis 2009, lorsque la presse avait commencé à relayer des allégations de corruption visant le gouvernement Erdogan et le cercle des fidèles du président en ce qui concerne notamment la propriété des médias, des pressions financières, le blocage de sites internet, des interdictions de diffusion d’actes terroristes, de la diffamation, la fermeture de médias critiques et le recours fréquent à la législation antiterroriste à l’encontre de journalistes;

C.  considérant néanmoins que, depuis le 15 juillet 2016, les mesures de coercition prises par les autorités à l’encontre des professionnels des médias et des organes de presse se sont intensifiées considérablement, le plus souvent sur la base d’allégations de liens avec le mouvement Hizmet inspiré par le philosophe religieux Fethullah Gülen, qui est considéré par le gouvernement comme une organisation terroriste (Organisation terroriste Fethullah – FETÖ) qu’il rend responsable du coup d’État;

D.  considérant qu’entre-temps, presque tout média qui n’adopte pas une ligne favorable au gouvernement en subit les conséquences, y compris les médias indépendants, les médias de l’opposition et les médias des minorités (notamment kurde); que même la chaîne pour enfants en langue kurde a été fermée à la suite d’allégations d’incitation au terrorisme, et que les pressions exercées par les autorités turques s’étendent même aux médias turcs et kurdes à l’étranger; que, dans un très grand nombre de cas, les accusations sont fondées sur des allégations qui sont, au mieux, anecdotiques et, au pire, un prétexte pour éviter toute opposition et dissension légitime;

E.  considérant que, selon les rapports de Reporters sans frontières (RSF), pendant les six premières semaines de l’état d’urgence, plus de 100 médias ont été fermés, en conséquence de quoi plus de 2 300 journalistes et professionnels des médias se retrouvent sans emploi; qu’au moins 89 journalistes ont été arrêtés, ce qui porte à 121 le nombre total de professionnels des médias arrêtés sur des accusations officielles sans doute liées à l’exercice de leur droit à la liberté d’expression;

F.  considérant qu’à ce nombre doivent s’ajouter les nombreux autres journalistes qui sont actuellement en détention dans des cellules de commissariats, ou qui ont été arrêtés et relâchés sans avoir été inculpés au cours de l’état d’urgence, ainsi que ceux qui font l'objet d’un mandat d’arrêt, mais qui n’ont pas encore été arrêtés; que des journalistes ont été arrêtés pendant de longues périodes sans chef d’accusation et sans avoir accès à un avocat, et que les allégations de torture et de mauvais traitements sont légion;

G.  considérant que des milliers de personnes sont aujourd’hui confrontées à des restrictions en matière de déplacements en Turquie et que nombre d’entre elles se sont vu confisquer leur passeport, notamment de nombreux membres de la famille des personnes qui font l’objet de «mesures antiterroristes»;

H.  considérant que des informations concernant de nouveaux cas de harcèlement et de nouvelles arrestations continuent d’arriver chaque jour, et que la répression a atteint un stade où la presse écrite et les organes de radiodiffusion indépendants ont cessé d’exister en Turquie;

I.  considérant qu’à ce jour de nombreuses questions restent en suspens quant au déroulement précis des événements qui se sont déroulés le 15 juillet et que, dans des milliers d’affaires de citoyens turcs faisant l’objet d’une enquête, aucun élément n’a été apporté afin d’établir un éventuel lien avec la tentative manquée de coup d’État;

J.  considérant que l’instauration de l’état d’urgence pour une durée limitée après une tentative de coup d’État peut être justifiée afin de protéger les institutions démocratiques, de rétablir la stabilité et la sécurité dans le pays et de traduire les auteurs du coup d’État en justice;

K.  considérant néanmoins que les restrictions imposées en Turquie vont bien au-delà de ce qui est autorisé en vertu du droit international des droits de l’homme, et qu’elles représentent un cas flagrant d’utilisation abusive des lois d’urgence, notamment en ce qui concerne la prolongation de la période pendant laquelle une personne peut être détenue sans chef d’accusation à 30 jours et la prolongation de la période au-delà de laquelle un détenu doit avoir accès à un avocat à cinq jours, ainsi que le droit de l’administration de fermer tout organe de presse, d’arrêter et de fouiller des personnes sans autorisation judiciaire, et de confisquer les passeports de toute personne faisant l’objet d’une enquête;

L.  considérant que la Turquie occupe le 151e rang sur 180 pays dans le classement mondial de la liberté de la presse 2016 de Reporters sans frontières et qu’elle continue de descendre dans le classement;

M.  considérant que la situation des médias en Turquie est symptomatique de la grande purge qui a eu lieu dans tous les secteurs de la société et qui a entraîné le licenciement ou la suspension d’environ 100 000 policiers, militaires, juges et fonctionnaires, la fermeture de dizaines d’universités et d’écoles, l’expropriation d’entreprises et l’arrestation de leurs dirigeants, ainsi que la levée de l’immunité de membres du Parlement;

1.  réitère sa condamnation de la tentative de coup d’État, présente ses condoléances aux victimes et exprime son soutien plein et entier aux institutions démocratiques de Turquie;

2.  demande la libération immédiate et inconditionnelle de tous les journalistes, professionnels des médias et autres personnes concernées pour lesquelles il n’est pas possible d’apporter la preuve de leur participation à une quelconque activité terroriste ou criminelle;

3.  rappelle à la Turquie que les mêmes normes de base devraient s’appliquer aux pays candidats à l’adhésion de l’Union et aux États membres de l’Union, notamment le respect de l’état de droit et des droits de l’homme, y compris le droit à un procès équitable, et demande instamment aux autorités turques de revenir au principe de la présomption d’innocence;

4.  souligne que les dérogations à certains engagements internationaux pris en matière de droits de l’homme ne sont acceptables que dans les situations d’urgence menaçant la vie de la nation et que, conformément à l’article 19, paragraphe 3, du pacte international relatif aux droits civils et politiques, les restrictions à la liberté d’expression doivent être proportionnées et s’appliquer dans la stricte mesure où la situation l'exige;

5.  condamne la fermeture brutale de toutes les stations de radio et chaînes de télévision et de tous les journaux, et se déclare vivement préoccupé par la manière systématique dont les autorités éliminent le pluralisme médiatique en Turquie; appelle de ses vœux la réouverture des médias fermés sur de fausses accusations;

6.  exprime sa vive préoccupation quant aux décisions arbitraires prises par les autorités judiciaires et le gouvernement à l’encontre de journalistes et de nombreux autres professionnels, qui ont conduit à des expulsions massives des institutions publiques et à des arrestations, ainsi qu’à des violations des droits de l’homme, y compris à des cas présumés de torture et de mauvais traitements, à des problèmes liés à l’accès à un avocat, et à l’absence de voies de recours;

7.  demande que les enquêtes sur l’implication présumée de personnes dans la tentative de coup d’État soient menées conformément au droit à un procès équitable, de manière impartiale et sur la base d’éléments de preuve convaincants, et pas uniquement sur la base de l’existence de liens avec le mouvement Hizmet/Gülen;

8.  souligne que, sans une justice indépendante et impartiale, le fonctionnement de l’état de droit dans le pays est mis en péril; demande que soient mises en œuvre, dans les plus brefs délais, les recommandations de la Commission de Venise de mars 2016 et la réforme de la législation antiterroriste;

9.  invite le Parlement et toutes les composantes des institutions démocratiques du pays à jouer leur rôle constitutionnel;

10.  invite le Service européen pour l’action extérieure (SEAE) et les États membres à continuer de surveiller attentivement les implications concrètes de l’état d’urgence et à envoyer le plus possible d’observateurs aux procès de journalistes et aux autres procès concernant une violation présumée du droit à la liberté d’expression, au titre des articles 324 et 220 du code pénal;

11.  demande au Conseil de l’Europe de mener une enquête sur l’état d’urgence en Turquie afin de déterminer dans quelle mesure les restrictions des droits sont nécessaires pour répondre aux exigences de la situation;

12.  charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, à la vice-présidente de la Commission/haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, aux gouvernements des États membres, ainsi qu'au gouvernement et au Parlement de la République de Turquie.

 

(1)

Textes adoptés de cette date, P8_TA(2016)0133.