Press release


en | de | fr

Energy efficiency

MEPs endorse deal on new rules as key step to meeting 2020 target but await action on emissions trading scheme


The European Parliament energy committee (ITRE) today endorsed a deal on new EU legislation on energy efficiency and savings (1). Green MEP and draftsperson/rapporteur for the European Parliament Claude Turmes welcomed the vote but cautioned that more needs to be done if the EU to meet its target of reducing energy consumption 20% by 2020, as well as underlining the need for related action to address the glaring flaws in EU's emissions trading scheme. After the vote, the EP rapporteur/draftsperson Claude Turmes said:

"Today's vote brings us a step closer enacting this essential legislation, which will give a boost to Europe's economy and help achieve our energy security and climate goals. The new energy efficiency directive enshrines the EU's 20% energy savings target in a legal framework and sets out binding measures (1), which will go a significant way towards bridging the current gap the EU is facing with regards to meeting its pledge to reduce energy consumption 20% by 2020. However, clearly more needs to be done to fully close the gap. Realising the EU's energy saving target not only makes sense in terms of meeting our energy security and climate change goals, it also makes broader economic sense, stimulating economic activity and creating millions of jobs, whilst bringing down energy bills for businesses and households, and our dependence on energy imports.

“While the new energy efficiency legislation represents a major step forward for EU climate policy, it has added to the urgent need to address the problems with the misfiring emissions trading scheme. The carbon market is clearly in need of regulative intervention in order to address the oversupply of emissions permits and the resulting excessively low carbon price. While the Commission committed to do this in the context of negotiations on the energy efficiency directive, it must  come forward with proposals to address the oversupply of emissions allowances and the unrealistically low carbon price before the summer. As a first step, this means limiting forthcoming auctions of emissions permits. However, ultimately, the Commission will have to completely retire an amount of emissions permits. The sooner this is done, the better."

(1) The legislation includes a number of crucial measures that will deliver concrete energy savings. Member states will have to set out a roadmap for achieving energy savings of 80% in the buildings sector by 2050. Energy companies will also be tasked with delivering 1.5% in annual savings across all end-use sectors, even if this obligation was regrettably watered-down by EU governments. Binding financial instruments and better consumer information (such as through the use of smart meters) are among the other detailed measures included, as are demand response measures that will potentially reduce costs of balancing energy and reduce energy bills

Energieeffizienzrichtlinie

Wichtiger Schritt zum EU-Energiesparziel - dringender Handlungsbedarf bei ETS


Der Industrieausschuss des Europaparlaments hat heute die Energieeffizienzrichtlinie verabschiedet. Der Berichterstatter Claude Turmes von der Fraktion der Grünen/EFA hat das Votum begrüßt und gleichzeitig darauf hingewiesen, dass dennoch mehr Anstrengungen unternommen werden müssen, damit die EU ihr Ziel erreicht, bis zum Jahr 2020 den Energieverbrauch um 20 Prozent zu senken.

Nach der Abstimmung erklärte der Berichterstatter Claude Turmes:

"Energieeffizienz ist ein Erfolgsrezept: Maßnahmen in diesem Bereich verbessern unsere Versorgungssicherheit, reduzieren unsere Importabhängigkeit, tragen zum Klimaschutz, zum wirtschaftlichen Aufschwung und zu Beschäftigungswachstum bei.

Die heute Abstimmung ist damit ein gutes Zeichen für die Wirtschaft, den Klimaschutz und unsere Versorgungssicherheit. Die Richtlinie setzt das Energieeffizienzziel von 20 Prozent in einen legalen Rahmen. Zudem schreibt sie auch verbindliche Maßnahmen (1) vor, die die EU näher an ihr Ziel heranführen, den Energieverbrauch bis 2020 um 20 Prozent zu reduzieren. Trotzdem reicht diese neue Richtlinie nicht aus, die Lücke zwischen dem Anspruch und der Wirklichkeit beim Energiesparen zu füllen. Mehr Anstrengungen bleiben notwendig.

Im Rahmen der Diskussionen um die Effizienzrichtlinie wurde auch das System des bisher unzureichend funktionierenden EU-Emissionshandels angegangen. Es muss unbedingt politisch eingegriffen werden, um das Überangebot an Emissionsrechten zu drosseln und den C02-Preis auf ein angemessenes Niveau zu heben. Es besteht dringender Handlungsbedarf: Die EU-Kommission muss zu ihrem Wort stehen und noch vor Sommer einen Vorschlag vorlegen, wie sie diese strukturellen Schwächen des Emissionshandels konkret angehen möchte. Als ein erster Schritt sollten die bevorstehenden Versteigerungen der Emissionsrechte begrenzt werden. Die EU-Kommission wird allerdings nicht darum herum kommen, einen Teil der Emissionsrechte aus dem Markt zurückzuziehen. Je eher dies geschieht, desto besser für Klimaschutz und Innovation."

Anmerkungen:

(1) Die Richtlinie schreibt eine Reihe von verpflichtenden Maßnahmen vor, die konkret zu Energieeinsparungen führen werden. Mitgliedstaaten müssen bis 2050 einen Fahrplan für 80 Prozent Energieeinsparungen im Gebäudesektor vorlegen. Energieunternehmen müssen 1,5 Prozent Energieverkäufe pro Jahr in allen Kundensparten einsparen, wobei dieses Ziel in einigen Punkten verwässert wurde. Zudem werden eine bessere Verbraucherinformation und Finanzierungsinstrumente im Bereich der Energieeffizienz eingeführt.

Efficacité énergétique

Les eurodéputés votent en faveur de l'accord sur l'efficacité énergétique mais exigent une réforme du système européen d'échange des quotas d'émissions


La commission de l'industrie, de la recherche et de l'énergie (ITRE) du Parlement européen a approuvé aujourd'hui un accord sur une nouvelle législation européenne sur l'efficacité énergétique et les économies d'énergie (1). L'eurodéputé Vert et rapporteur du Parlement européen M. Claude Turmes a salué le vote mais a averti qu'il faudrait faire davantage d'efforts pour que l'UE atteigne son objectif de réduction de la consommation d'énergie de 20% d'ici 2020. Il a également souligné la nécessité d'agir afin de répondre aux lacunes criantes dans le système d'échange de quotas d'émission de gaz à effet de serre.

Après le vote, Claude Turmes a estimé que:

"Le vote d'aujourd'hui nous fait faire un pas de plus vers l'adoption de cette loi essentielle. Une fois adoptée, cette loi donnera un coup de pouce à l'économie européenne et contribuera à la réalisation des objectifs européens en termes de sécurité énergétique et de changement climatique. La nouvelle directive sur l'efficacité énergétique consacrera ,dans un cadre légale, la décision du Conseil européen de Mars 2007 d'un objectif de réduction énergétique de 20%. Il énonce des mesures contraignantes (1) qui combleront de manière significative l'écart entre la situation actuelle en Europe et son engagement à réduire sa consommation d'énergie de 20% d'ici 2020. Cependant, il reste beaucoup à faire pour réduire complètement cet écart. Pourtant, la concrétisation par l'Europe de ses engagements sur l'efficacité énergétique permettra non seulement de répondre à ses objectifs en termes de sécurité énergétique et changement climatique mais aura également un effet bénéfique significatif sur l'économie, stimulant l'activité économique et permettant la création de millions d'emplois, tout en réduisant les factures d'énergie pour les entreprises et les ménages ainsi que la dépendance de l'UE à l'égard des importations d'énergie.

Si la nouvelle Directive sur l'efficacité énergétique représente une avancée majeure pour la politique climatique de l'UE, force est de constater qu'il est nécessaire de résoudre, de façon urgente, les problèmes posés par le système européen d'échange de quotas d'émissions, pour l'instant irrésolus.

Le marché du carbone a clairement besoin d'être régulé afin de limiter la quantité des quotas d'émissions, ce qui augmenterait le prix du carbone et favoriserait la transition énergétique. Alors que la Commission européenne s'est engagée à le faire dans le cadre des négociations sur la directive sur l'efficacité énergétique, elle doit, et ce avant l'été, présenter des propositions afin de régler le problème du surplus de quotas d'émissions ainsi que le prix de la tonne de carbone bien trop faible pour l'heure. Dans un premier temps, cela impliquerait de limiter les futures ventes aux enchères des permis. La Commission européenne devra cependant se résoudre à retirer totalement une partie des droits d'émission. Le plus tôt, le mieux."

(1) La Directive comprend un certain nombre de mesures essentielles qui permettra de réaliser des économies d'énergie concrètes. Les États membres devront présenter leur feuille de route pour la réalisation d'économies d'énergie de 80 % dans le secteur des bâtiments d'ici à 2050. Le secteur de l'énergie sera également contraint de réaliser 1,5 % d'économies annuelles dans tous les secteurs d'utilisation finale, même si cette obligation a été malheureusement édulcorée par les gouvernements de l'UE. Des instruments financiers contraignants ainsi qu'une meilleure information au consommateur (par exemple via l'utilisation de compteurs intelligents) comptent parmi les autres mesures proposées dans la Directive, ainsi que des mesures de maîtrise de demande en énergie qui vont réduire les coûts de l'équilibrage de l'électricité et les factures énergétiques.