Press release


en | fr | de

Energy union

Missed opportunity for promoting real energy transition in Europe


<xml> </xml>

The European Commission today presented its proposal for a European energy union, which will be discussed by EU leaders at a summit next month. Commenting on the proposals, Green energy spokesperson Claude Turmes said:

"The energy union should be a flagship project for Europe over the coming years but today's proposal marks an inauspicious start. The Commission's proposal is a missed opportunity for outlining a path to a real energy transition in Europe. The overarching focus is on finding new supply routes for gas and reviving nuclear power, rather than trying to wean us off our damaging dependence on unreliable energy exporters. If the EU wants to get serious about energy security, it should be prioritising energy efficiency as the first line of defence.

"It is welcome that the Commission is looking to present new legislation on energy efficiency and renewable energy. One key focus should be to increase the ambition of Europe's targets on energy saving and renewables share. However, despite some flowery rhetoric, the Commission is only half-hearted on these two elements, which should be the central plank of any meaningful energy union. This is disappointing given Commission president Juncker's promise to make Europe a leader on renewables. The Commission ignores the now urgent need to scale down coal power generation and instead trying to relaunch the red herring of 'clean fossil fuels'. It is also biased in its approach to the internal market: clamping down on promotion schemes for renewable energy, whilst ignoring the massive state subsidies that continue to flow to nuclear power."

Green energy spokesperson Bas Eickhout added:

"Europe's energy union should be ensuring that citizens and municipalities have a real say in and control of the energy system. This will be crucial for ensuring an effective energy transition based on renewables and energy efficiency, which will benefit all in our societies. This must be the focus if we are to truly strengthen our energy security, create high-quality jobs, boost our economy and ensure we do our part to prevent climate change. Unfortunately, the Commission seems to regard citizens as mere consumers, rather than active partners in the process.

"Today's proposals will not create the energy system we need to stop climate-warming greenhouse gases and limit the increase in global temperatures to below 2 degrees, which is necessary to prevent catastrophic climate change. This will require a much more rapid shift to safe and clean home-grown renewable energy. Hopefully, this is only the start of a process that will lead to a more comprehensive and future-oriented European energy union."

(1) The Greens last month outlined their proposals on what Europe's energy union should look like. The paper and a short overview can be found at: http://www.greens-efa.eu/a-green-energy-union-13369.html

Union de l'énergie

Une occasion ratée d'amorcer une réelle transition énergétique en Europe


La Commission européenne a présenté aujourd'hui sa proposition sur l'Union européenne de l'énergie. Celle-ci sera discutée le mois prochain par les leaders européens.

Claude Turmes, Porte-parole sur l'énergie du groupe Verts-ALE a déclaré: 

"L'Union européenne de l'énergie devrait faire partie des projets phares de l'UE pour les années qui viennent. Au lieu de cela, la Commission européenne rate l'occasion d'amorcer une réelle transition énergétique du continent.  Plutôt que de se concentrer sur les moyens d'accroître l'autonomie énergétique européenne dont les coûts financiers et politiques sont colossaux, la Commission se focalise sur la recherche de nouvelles routes pour l'approvisionnement en gaz et la renaissance du nucléaire. 

Une non-réponse à notre dépendance énergétique envers des exportateurs aux régimes contestables quand la priorité devrait être donnée à l'efficacité énergétique, la meilleure des armes pour garantir la sécurité énergétique européenne.

Nous accueillons cependant positivement la volonté de la Commission de proposer une nouvelle législation sur l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Celle-ci devrait, selon nous, privilégier des objectifs européens plus ambitieux sur les économies d'énergie et la part des renouvelables dans la production d'énergie.

Deux éléments qui devraient être au coeur du projet sur l'Union européenne de l'énergie mais qui ne semblent manifestement pas primordiaux aux yeux de la Commission européenne. Celle-ci ne tient pas compte de la nécessité de sortir de la production d'énergie à partir du charbon et des projets sur les soi-disant combustibles fossiles propres. De plus, en en favorisant le nucléaire massivement subsidié au détriment des énergies renouvelables, la Commission européenne perpétue une tradition contestable du point des règles régissant le marché intérieur basé sur une concurrence libre et non faussée." 

Pour Yannick JADOT, eurodéputé écologiste et coordinateur du groupe des Verts/ALE pour la COP21 : 

"L'Union européenne de l'énergie devrait s'assurer que l'ensemble des citoyens et des municipalités aient un véritable rôle à jouer dans le contrôle de leur système énergétique. C'est un principe clé de la réussite d'une transition énergétique bénéfique à l'ensemble de nos sociétés, basée sur les renouvelables et l'efficacité énergétique. Cela doit être la priorité si nous souhaitons sérieusement renforcer notre sécurité énergétique, créer des emplois de qualité, relancer notre économie et s'assurer que nous jouons notre rôle dans la lutte contre le dérèglement climatique. Cependant, la Commission semble ne voir dans les citoyens que de simples consommateurs et en aucun cas des partenaires actifs dans ce processus. 

Les propositions faites aujourd'hui ne permettront pas de créer le système énergétique dont nous avons besoin pour éliminer les gaz à effet de serre et ainsi limiter à 2°C l'augmentation de la température, seuil critique préconisé pour éviter les catastrophes climatiques. Nous aurons besoin d'un changement de paradigme bien plus rapide vers des énergies propres et sûres. Heureusement, nous ne sommes ici qu'au début du processus qui doit définir une Union européenne de l'énergie plus juste et plus adaptée aux grands défis d'aujourd'hui."

(1) Le mois dernier, les Verts ont publié leur vision de ce que devrait être la future Union européenne de l'énergie. Ce texte peut être consulté ici : http://www.greens-efa.eu/une-union-de-l-energie-verte-13519.html

Europäische Energieunion

Verpasste Chance für Europäische Energiewende


Die Europäische Kommission stellte heute ihren Vorschlag für die Schaffung einer Europäischen Energieunion vor. Dieser soll dann während des nächsten EU Gipfels von den Staats- und Regierungschefs besprochen werden.
Rebecca Harms, Vorsitzende der Grünen/EFA Fraktion, kommentiert: 
„Die Europäische Union braucht ein gemeinsames Zukunftsprojekt. Die Energieunion hätte das Zeug ein solches Zukunftsprojekt zu sein. Doch die heute präsentierten Vorschläge der Kommission sind nicht mehr als eine verpasste Chance. Statt der Europäischen Energiewende den Weg zu ebnen, will die Kommission die Abhängigkeit von Russland durch Pipelines in andere nicht-demokratische Staaten, durch Schiefergas und durch teure Förderung der Atomkraft  überwinden. Die Europäische Kommission ignoriert die dringende Notwendigkeit, bei der Kohlestromerzeugung gegenzusteuern und plant den Relaunch der sogenannten ‚sauberen fossilen Energie'. Eine Energieunion wird zukunftsfähig, wenn sie Energieeinsparung, Effizienz und Erneuerbare Energien ins Zentrum setzt, und nur damit garantieren wir eine nachhaltige Versorgungssicherheit."  
Claude Turmes, energiepolitischer Sprecher der Grünen/EFA Fraktion fügt hinzu:
"Wir werden gegen dieses ideenlose Vorgehen streiten. Wir wollen eine Energieunion für morgen und nicht die von gestern. Die Europäer müssen endlich gemeinsam Innovation und Klimaschutz voranbringen. Und sie können zusammen mit einer zukunftsfähigen Energiestrategie auch Sicherheit zurückgewinnen, die durch die hohe Abhängigkeit von Importen aus Russland gefährdet ist. Die Zukunft gehört der Energieeffizienz und den Erneuerbaren. In diesen Feldern entscheidet sich, ob wir ehrgeizig und erfolgreich sind beim Klimaschutz und bei der Energiesicherheit."