Press release


en | de | fr

GMO authorisation

Scandalous authorisation of GM maize underlines need to overhaul EU approval procedure


The European Parliament voted to object to a decision by the European Commission to authorise a new glyphosate-resistant GM maize variety (NK603 x T25) for use in the EU. Commenting after the vote, Green food safety spokesperson Bart Staes said:

“In objecting to the authorisation of this GM maize, MEPs have today issued a clear rebuke to the EU Commission over its decision to push ahead with the authorisation of genetically-modified food and feed. Scandalously, the Commission proceeded to finalise the authorisation despite the EP's environment committee having voted to object to the authorisation and without waiting for the plenary vote. This is a blow to the EU's democratic process and underlines the urgent need to revise the EU system for approving genetically-modified food.

"In the absence of a properly reformed authorisation system, it is irresponsible to proceed with further GMO approvals. With the Commission itself having acknowledged the need to reform the flawed authorisation process, it should not be continuing to approve GMOs in the interim.

"The European Parliament rejected a proposal to revise the EU system for authorising genetically-modified food and feed by allowing national opt-outs. MEPs urged the Commission to go back to the drawing board and come forward with a new proposal that properly addresses the major flaws with the EU authorisation process. This should now be a top priority for the Commission."

Gentechnisch veränderte Lebensmittel

EU-Parlament legt Einspruch gegen Genmais ein


Eine Mehrheit der Abgeordneten im Europäischen Parlament hat am heutigen Mittwoch Einspruch eingelegt gegen die Entscheidung der Europäischen Kommission, den gentechnisch veränderte Monsanto-Mais NK603 x T 25 für den europäischen Markt zuzulassen. Damit sind die Abgeordneten einer Initiative der Grünen/EFA-Fraktion gefolgt. Der Einspruch ist rechtlich nicht bindend. Dennoch fordert der umweltpolitische Sprecher der Grünen/EFA-Fraktion Martin Häusling die EU-Kommission dazu auf, ihre Entscheidung zu revidieren:

"Die EU-Abgeordneten zeigen der Pro-Gentechnik-Politik der EU-Kommission die rote Karte. Jean-Claude Juncker darf diese Entscheidung der gewählten Volksvertreter nicht ignorieren, sondern muss dafür sorgen, dass die Zulassung dieser Genmais-Sorte schleunigst zurück gezogen wird. Die Mehrheit der EU-Bürgerinnen und Bürger will keine gentechnisch veränderten Lebens- und Futtermittel. Das muss auch die EU-Kommission begreifen.

Die EU-Kommission hat trotz der Ablehnung im Umweltausschuss vor zwei Wochen und noch vor der Abstimmung im Plenum den Genmais zugelassen. Dieses Vorgehen ist respektlos jeder demokratischen Kontrolle gegenüber. Es zeigt, dass wir dringend einen neuen Vorschlag für einen demokratischen, EU-weiten Zulassungsprozess für gentechnisch veränderte Futter- und Lebensmittel brauchen."

OGM

Le Parlement européen confirme son opposition aux importations


Le Parlement européen a confirmé en plénière la position de sa commission Environnement qui, le 2 décembre dernier, avait voté contre l'autorisation d’importation du maïs OGM NK603-T25 en Europe. Élaboré par la multinationale Monsanto, ce maïs transgénique destiné au bétail est tolérant à plusieurs herbicides, dont le Round-up. Il s'agit de l'herbicide le plus vendu au monde, produit phare de Monsanto dont la substance active, le glyphosate, a été classé comme cancérigène probable par l’OMS.

Le vote du Parlement européen envoie un signal clair aux multinationales de l'agrobusiness: on n'impose pas un OGM aux citoyens contre leur gré. Ce vote s'oppose à une décision de la Commission européenne qui, le 4 décembre, autorisait l'importation du NK603-T25, malgré une décision contraire du Parlement européen. Or ce maïs a déjà été combattu en France, à la fois par les faucheurs volontaires qui s’y sont attaqués en plein champ dès 2006, et par le chercheur Gilles-Eric Séralini, qui a dénoncé ses effets sanitaires catastrophiques dès 2012 [1].

Pour José BOVÉ, membre Verts-ALE de la commission de l'agriculture:
" La Commission refuse toujours d'entendre la voix des citoyens européens et maintient une procédure d'autorisation inique, alors que son Président, Jean-Claude JUNCKER, s'était engagé dès 2014 à proposer une remise à plat des évaluations d'OGM. Nous attendons toujours cette proposition! Tant qu'elle ne sera pas sur la table, nous continuerons à nous opposer et à alerter les citoyens du comportement anti-démocratique de la Commission européenne.

La France, premier producteur européen de maïs, n’a aucun intérêt à autoriser un nouvel OGM sur son territoire, ni pour le bétail, ni pour l’alimentation humaine. L’agriculture industrielle représente près du quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Le modèle agricole qu’induit l’utilisation d’OGM est destructeur pour notre environnement et notre santé. L’urgence climatique nécessite que l’on relocalise l’agriculture et que l’on arrête les importations d’alimentation pour le bétail."

Réaction de Michèle RIVASI, Vice-Présidente du groupe Verts-ALE  et membre Verts-ALE de la Commission Environnement au parlement:

"Bravo à mes collègues députés au Parlement européen. Nous n'avons pas été élus pour servir les intérêts de multinationales comme Monsanto. Notre objectif principal est avant tout de défendre l'environnement et la santé de nos concitoyen-ne-s. Les intérêts économiques de quelques marchands d'OGM et de pesticides passent après. Nous espérons maintenant que la Commission européenne saura prendre en compte notre message. Les représentantes et les représentants des peuple européens ont parlé: nous ne voulons pas d'OGM. 

Nous attendons maintenant, comme nous l'avions demandé en octobre, que la Commission révise la procédure d'autorisation des OGM. Le système actuel ne donne aucune certitude sur la non-dangerosité pour la santé humaine de l’OGM en question. Les autorités européennes doivent principalement se baser sur les études des industriels pour autoriser ou non les OGM. Cela donne parfois des résultats inquiétants. Nous avons par exemple appris le mois dernier que les modifications génétiques réelles de certains OGM de l’agrochimiste Syngenta n’étaient pas celles qui avaient été enregistrées lors de leur autorisation. Dans un cadre européen aussi laxiste et dont profite les industriels, les écologistes refusent donc d’autoriser l’importation des OGM comme ce maïs NK603 x T25 qui ne fera qu’entraîner une augmentation de l’utilisation de l’herbicide RoundUp au détriment de l’environnement, de la santé des agriculteurs et de celle des consommateurs.

Nous sommes ravis que la majorité des députés de la commission ENVI ait soutenu notre opposition à cet OGM et nous attendons encore que la Commission européenne revienne avec une proposition crédible sur la table pour fixer un nouveau cadre concernant l’autorisation des OGM. "

[1]  http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/09/19/un-ogm-de-monsanto-soupconne-de-toxicite_1762236_3244.html