News


en | de | fr

Green Troika in Athens

MEPs travel to Greece to put forward Green ways out of the crisis


Since the beginning of the financial and Eurocrisis, the Greens have consistently criticised the one-sided austerity focus of the response being pushed by centre-right governments in Europe. In this context and after the second Greek bailout at the end of last month, the Greens/EFA Co-presidents Rebecca Harms and Dany Cohn-Bendit travelled to Greece with Greek Green MEP Nikos Chrysogelos and the group's General Secretary, Vula Tsetsi. On Tuesday, 27 March the Green delegation held a series of high-level meetings in order to debate the latest developments of the situation and seek to further explore alternatives in Athens. As well as meeting with 30 representatives of the Greek Greens, economic and social stakeholders, trade unions, SMEs and NGOs where the issues of social cohesion and job creation were broadly discussed, the delegation also had constructive discussions with Prime Minister, Mr Lucas Papademos, Foreign Minister Stavros Dimas and the Governor of the Bank of Greece, Mr Georgios Provopoulos.

The Green delegation discussed with Mr. Provopoulos the lack of confidence at the heart of the current Greek crisis. Back in 2008, Mr. Provopoulos was one of the first to warn of a coming economic 'tsunami'. He warned that between 2000 and 2008, Greece had lost 30% of its competitiveness, but this warning fell on deaf political ears. For Dany Cohn-Bendit, it was clear that investors trust the EU more than the Greek government. He proposed creating a structure in the EU to aid the dispersal of unused EU funds that are currently lying idle due to administrative reasons, liquidity problems of the banking sector and mistrust. Cohn-Bendit underlined, that there is a Greek and there is a European responsibility, and that now is the time that both sides discuss and listen to each other. Creating more difficulties, this lack of confidence amongst investors is shared by the people on street. At the meeting, Mr. Provopoulos explained how Greek banks lost €70 billion euro in deposits as fears of a euro pull out increased. €20 billion of this was transferred abroad while an estimated €20-25 billion lies under the mattress. This dramatic drop in liquidity has compounded the pressures that Greek enterprises faced already due to the downturn. Money has been injected, however this has not entered the real economy. At a press conference in the morning, Greens/EFA co-president Rebecca Harms gave specific examples of EU funds available in Brussels that are not being absorbed. Anti-recession measures, a so-called Marshall plan for Greece, were needed, but so little was happening. Harms said that contrary to earlier presumptions that the problem was the co-financing part of the Greek partners (which has been lowered to 5%), the true problem was the liquidity crisis of Greek banks.

Ms Harms spoke of the huge potential for investments around renewables and energy efficiency. These projects, she explained, would have the added value of decreasing Greece's enormous import bills for oil and gas while creating thousands of jobs with the renovations of buildings alone. The opportunities are there so long as the lack of confidence of investors can be overcome. Greek Green MEP Nikos Chrysogelos had previously written a detailed article on the causes of the Greek crisis and the Green way out. He reiterated his call for reform of the political system as well as the economy and taxation. A new politics that truly acted in the public interest was needed to go with a fair and effective public administration to serve the people not bureaucracy. According to the Greek Prime Minister, Lucas Papademos, who the Greens met in the afternoon, there were some positive signals, with lost competitiveness being recovered and the budget deficit decreasing.  However unemployment is at 20% and Greece is now in its 5th year of recession.  The one-sided austerity measures that the Greens/EFA have criticised for so long, the ideological blindness of a neo-liberal Taliban, have to change.  At a public event at the Benaki Museum in Piraeus, the delegation had an opportunity to debate this with Greek citizens.  There is a Green way out of the crisis and the time has come for change. See:

Grüne Troika in Athen

Europaabgeordnete in Athen zeigen grüne Wege aus der Krise


Seit Beginn der Finanz -und Eurokrise haben die Grünen konsequent die einseitige Sparpolitik durch Mitte-Rechts-Regierungen in Europa kritisiert. In diesem Zusammenhang und nach dem in Kraft treten des zweiten griechischen Rettungspaketes Ende letzten Monats reisten die Grünen/EFA Ko-Vorsitzende Rebecca Harms und Dany Cohn-Bendit nach Griechenland. Begleitet wurden sie von dem griechischen grünen Europaabgeordnete Nikos Chrysogelos und der Generalsekretärin Vula Tsetsi.


Am Dienstag, den 27. März, führte die grüne Delegation eine Reihe von Gesprächen auf hoher Ebene, um die neuesten Entwicklungen zu diskutieren und Alternativen zum bisherigen Weg zu erörtern. Neben einem Treffen mit 30 Vertretern der griechischen Grünen, wirtschaftlichen und sozialen Interessengruppen, Gewerkschaften, KMU und NGOs, wo vor allem zu Fragen des sozialen Zusammenhalts und die Schaffung von Arbeitsplätzen diskutiert wurde, führte die Delegation auch konstruktive Gespräche mit Premierminister Papademos, Außenminister Dimas und dem Gouverneur der Bank von Griechenland, Provopoulos.

Cohn-Bendit betonte hierbei, dass es eine griechische und  eine europäische Verantwortung gäbe und es sei an der Zeit, dass beide Seiten einander zuhören. Doch erschwerenderweise wird der Mangel an Vertrauen auf Seiten Investoren auch von den Leuten auf der Straße geteilt. Der Mangel an Vertrauen als Hauptproblem der aktuellen Krise war auch Kern der Gespräche mit Zentralbank-Gouverneur Provopoulos. Bereits 2008 war Herr Provopoulos einer der ersten, der vor einem wirtschaftlichen "Tsunami" warnte.
Er wies darauf hin, dass zwischen 2000 und 2008 Griechenland 30% seiner Wettbewerbsfähigkeit verloren hatte, doch diese Warnung stieß auf taube politische Ohren. Griechische Banken hätten Einlagen im Wert von 70 Mrd. € verloren, als die Angst vor einem Ausschluss aus der Eurozone wuchs. 20 Mrd. € wurden in der Zwischenzeit außer Landes geschafft, während sich noch schätzungsweise 20 bis 25 Mrd. € in Sparstrümpfen verstecken. Dieser dramatische Rückgang der Liquidität hat den immensen Druck, der auf den griechische Unternehmen lastete, noch weiter erhöht. Denn das Geld, welches in das Land gepumpt wurde, kam nie bei der Realwirtschaft an.
 Auf einer Pressekonferenz am Morgen gab Grünen/EFA-Co-Präsidentin Rebecca Harms konkrete Beispiele für EU-Mittel, die zum Teil gar nicht in Anspruch genommen werden. Sie sehe enormes Potenzial für Investitionen rund um erneuerbare Energien und Energieeffizienz. Projekte wie Gebäudesanierungen könnten zusätzliche Arbeitsplätze schaffen und gleichzeitig die Kosten von Öl und Gasimporten senken. Die Chancen seien da, wenn nur der Mangel an Vertrauen überwunden werden könnte.

Siehe:

Troïka verte à Athènes

Une délégation verte se rend en Grèce pour avancer des pistes vertes pour sortir de la crise


Depuis le début de la crise financière et la crise de l'Euro, les Verts ont toujours critiqué l'austérité comme seule réponse proposée par les gouvernements de centre-droite en Europe. Dans ce contexte et après le second plan de sauvetage de la Grèce décidé à la fin du mois de février, les Co-Présidents des Verts/ALE Rebecca Harms et Daniel Cohn-Bendit se sont rendus en Grèce accompagnés de l'eurodéputé vert grec Nikos Chrysogelos et la Secrétaire générale du Groupe, Vula Tsetsi. Ce mardi 27 mars, la délégation des Verts a tenu une série de réunions de haut niveau pour débattre de la situation et explorer des alternatives.

Après une réunion très fructuese avec une trentaine de représentants des Verts grecs, des acteurs économiques et sociaux, des syndicats, PME et ONG, où les questions de cohésion sociale et de création d'emplois ont été largement discutées, la délégation a également eu des rencontres très constructives avec le Premier ministre, M. Lucas Papademos, le ministre des Affaires étrangères, Stavros Dimas et le gouverneur de la Banque de Grèce, M. Georgios Provopoulos.

La délégation des Verts a évoqué avec M. Provopoulos le manque de confiance qui est au cœur de la crise grecque actuelle. En 2008 déjà, M. Provopoulos a été l'un des premiers à annoncer un «tsunami» économique. Il avait prévenu qu'entre 2000 et 2008, la Grèce avait perdu 30% de sa compétitivité, mais cet avertissement était tombé dans les oreilles de politiques sourds. Pour Dany Cohn-Bendit, il est clair que les investisseurs font davantage confiance à l'UE qu'au gouvernement grec. Il a proposé la création d'une structure dans l'UE pour aider à la distribution des fonds de l'UE non utilisés qui sont actuellement gelés pour des raisons administratives, des problèmes de liquidité du secteur bancaire et en raison de la méfiance ambiante. Dany Cohn-Bendit a souligné qu'il y a une responsabilité grecque et une responsabilité européenne, et que le moment est venu pour les deux parties de discuter et d'écouter ce que chacun a à dire.

Plus difficile encore, ce manque de confiance chez les investisseurs est partagé par les gens dans la rue. Lors de la réunion, M. Provopoulos a expliqué comment les banques grecques ont perdu 70 milliards d'euros en dépôts au fur et à mesure que les craintes augmentaient que la Grèce puisse sortir de la zone euro. 20 milliards d'euro ont été transférés à l'étranger tandis qu'un montant estimé entre 20 et 25 milliards était caché sous les matelas. Cette baisse spectaculaire de la liquidité a aggravé les pressions auxquelles les entreprises grecques étaient déjà confrontées en raison de la récession. De l'argent a été injecté, mais il ne s'est toutefois pas retrouvé dans l'économie réelle.

Lors d'une conférence de presse, la Coprésidente des Verts/ALE Rebecca Harms a donné des exemples spécifiques de fonds communautaires disponibles à Bruxelles qui ne sont pas absorbés. Des mesures anti-récession, un soi-disant plan Marshall pour la Grèce, étaient nécessaires, mais si peu a été entrepris. Rebecca Harms a déclaré que, alors que l'on supposait que le problème était la part de co-financement des partenaires grecs (qui a été abaissée à 5%), le problème était en réalité la crise de liquidité des banques grecques.

Mme Harms a parlé de l'énorme potentiel pour les investissements liés aux énergies renouvelables et à l'efficacité énergétique. Ces projets, a-t-elle expliqué, auraient pour valeur ajoutée de diminuer les énormes factures de la Grèce pour l'importation de pétrole et de gaz tout en créant des milliers d'emplois rien que pour les travaux de rénovation de bâtiments. Les possibilités sont là aussi longtemps que le manque de confiance des investisseurs peut être surmonté.

L'eurodéputé vert grec Nikos Chrysogelos avait déjà écrit un article détaillé sur les causes de la crise grecque et une vision verte de sortie de la crise. Il a réitéré son appel pour la réforme du système politique ainsi que de l'économie et de la fiscalité. Une nouvelle politique qui agissait vraiment dans l'intérêt public était nécessaire pour aller de pair avec une administration équitable et efficace du public pour servir les gens non pas la bureaucratie.

Selon le Premier ministre grec, Lucas Papademos, que les Verts ont rencontré l'après-midi, il y avait quelques signaux positifs, avec une perte de compétitivité et un déficit budgétaire en baisse. Cependant le chômage est à 20% et la Grèce est entrée dans sa 5e année de récession. Les mesures d'austérité à sens unique que les Verts/ALE ont critiqué pendant si longtemps, l'aveuglement idéologique du taliban néo-libéral, doivent changer. Lors d'un événement public au Musée Benaki au Pirée, la délégation a ensuite eu l'occasion de débattre avec les citoyens grecs. Il y a une issue verte à la crise et le moment est venu pour le changement.

Consultez: