Press release


en | de | fr

Transparency and anti-corruption

EU rules on whistleblower protection must be prioritised


The European Parliament today adopted a report on the fight against fraud. The report included a clear call on the European Commission to bring forward a legislative proposal on the protection of whistleblowers. After the vote, Green transparency spokesperson Benedek Javor said:

"It is high time that whistleblowers were guaranteed protection across Europe. MEPs today delivered a clear message to the EU Commission that it must propose legislation to this end and stop stalling. Whistleblowers play a hugely important role in a democracy, ensuring vital information in the public interest is brought to light, and they deserve protection for fulfilling this role. The LuxLeaks case is just the latest example of this. The precariousness of whistleblowing must end.

"The report also set out a number of other important recommendations to tackle fraud and corruption in the EU, including VAT fraud. It includes a call to finally establish a European public prosecutor's office to ensure the EU has the resources to properly investigate and clamp down on fraud and corruption, notably of EU funds. Tackling fraud with regard to EU funds is crucial for the credibility of the EU funds and member states and the Commission must redouble their efforts to this end."

Transparenz und Anti-Korruption

EU-Parlament fordert Schutz für Whistleblower


An diesem Mittwoch hat das Europäische Parlament einen Initiativbericht gegen Betrug und Korruption in der EU verabschiedet. Darin fordert das EU-Parlament von der Europäischen Kommission, einen Vorschlag für den Schutz von Whistleblowern vorzulegen. Dazu sagt Sven Giegold, Abgeordneter der der Grünen/EFA-Fraktion und Berichterstatter für Transparenz im Ausschuss für konstitutionelle Fragen im Europäischen Parlament:

"Es ist höchste Zeit, das Whistleblower in der EU besser geschützt werden. Die EU-Kommission hat nun einen klaren Auftrag: Sie muss zügig einen Vorschlag für den Schutz von Whistleblowern auf den Tisch legen. Sie darf diesen Vorschlag nicht immer wieder verschieben. Whistleblower sind für eine demokratische Gesellschaft unersetzlich. Sie machen für die Allgemeinheit wichtige Informationen öffentlich und legen Missstände offen. Die LuxLeaks-Affäre ist dafür nur ein Beispiel. Dafür verdienen sie gesetzlichen Schutz. 

Das EU-Parlament unterstreicht die Forderung nach einem europäischen Staatsanwalt, um effektiv gegen Korruption und Betrug in der EU vorzugehen. Bisher verlaufen viele Verdachtsmomente im Sand, weil nationale Ermittlungsbehörden kein Interesse an den Fällen, die zum Beispiel den Umgang mit EU-Fördergeldern betreffen, haben. Für das Image der EU bei den Bürgerinnen und Bürgern ist es wichtig, dass Betrug mit den EU-Fördergeldern verhindert und Korruptionsfälle aufgeklärt werden."

Lutte contre la fraude - Transparence

Lanceurs d’alerte "sous haute surveillance"


Le Parlement européen a adopté aujourd’hui un rapport sur la protection des intérêts de l'UE et la lutte contre la fraude. Celui-ci invite la Commission européenne à proposer rapidement une législation protégeant les lanceurs d’alerte.

Pour Pascal DURAND, membre des Commissions juridique et constitutionnelle :

« En révélant des informations d’intérêt public maintenues secrètes, les lanceurs d’alerte jouent un rôle fondamental dans nos démocraties et doivent donc bénéficier d’une protection efficace dans toute l’Europe. C’est le signal envoyé aujourd’hui par le Parlement à la Commission européenne pour qu'elle élabore rapidement une proposition législative en la matière.

Cela confirme par ailleurs notre position au regard de la directive sur les secrets d’affaire. Cette directive en cours de négociation permettrait de protéger la confidentialité d’à peu près n’importe quelle information en raison du caractère volontairement flou de la définition du "secret d'affaire". Autrement dit, des révélations comme celles du Luxleaks, qui ont permis de mettre en lumière la nécessité d'agir contre l'évasion fiscale, ne pourraient voir le jour. »

Pour Eva JOLY, membre de la Commission libertés civiles, justice et affaires intérieures :

"Nous devons beaucoup à ceux qui, comme Antoine Deltour, ont un jour pris le risque de parler. Ses révélations dites "Luxleaks" ont mis les responsables européens au pied du mur.  

Sans A. Deltour et les autres lanceurs d'alerte, l'inertie l'aurait certainement emporté. Mais le prix à payer pour eux est immense. Les lanceurs d’alerte ne sont pas uniquement victimes d’intimidation. Ils font aussi l'objet de procédures judiciaires. C'est le cas de A. Deltour qui est actuellement poursuivi par les autorités luxembourgeoises  pour avoir transmis à un journaliste des documents confidentiels. Leur protection est un devoir pour nos démocraties.

Ce rapport énumère par ailleurs des recommandations afin de lutter plus efficacement contre la fraude et la corruption au sein de l’UE. Des agissements qui sont évidemment délétères pour les intérêts financiers européens mais également pour les contribuables. La transparence ainsi que la coopération entre les États et la Commission figurent parmi les prérequis d’une lutte efficace contre les malversations dans l’utilisation des fonds européens. 

Enfin, l’instauration rapide d’un Parquet européen serait un pas décisif qui nous permettrait d'accélérer et d'accroître notre capacité d'intervention contre ces pratiques illicites. »