Actualités


fr | en

Ratification de l’Accord de Paris

plus une minute à perdre


 

La Commission européenne a présenté, vendredi 10 juin, une proposition de décision du Conseil pour hâter la ratification européenne de l’Accord de Paris, premier accord international scellé en décembre dernier sur la réduction mondiale des émissions de gaz à effet de serre, successeur du Protocole de Kyoto après 2020.

Cette proposition est un bon signal politique pour une ratification avant la fin de l’année, et encourage à l’action, notamment en vue du prochain Conseil ENVI du 20 juin où ce point sera abordé. Il est essentiel d’encourager une ratification accélérée de l’Accord et une mise en œuvre rapide des engagements si l’on souhaite respecter l’objectif des 1,5°C, et ainsi acter la confiance de tous les acteurs concernés (élus, régions, entreprises, société civile, investisseurs). Il en va également de la crédibilité de l’Union européenne à peser sur la scène internationale, en matière de lutte contre le dérèglement climatique alors que des pays comme la Chine, les États-Unis ou encore l’Inde se sont engagés à ratifier cette année. Pour entrer en vigueur, l’Accord de Paris doit désormais être ratifié par 55 pays représentant 55 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Or, si les 171 signatures recueillies à New York le 22 avril représentent 93 % des émissions mondiales, selon les calculs du World Resources Institute (WRI), pour l’instant, les pays qui ont ratifié l’Accord ne représentent que 0,04% des émissions mondiales... La ratification de l’UE est donc clé pour remplir ce contrat, responsable pour environ 10% des émissions mondiales.

Mais elle devra s’accompagner d’une révision de nos politiques climatiques au regard des engagements pris à Paris, et ce avant 2020. L’idée est d’installer, dans chaque pays - et au niveau global - un cercle vertueux de rehaussement des ambitions qui nous fasse passer de la situation actuelle insoutenable, où l'addition des promesses de réduction des émissions de gaz à effet de serre nous emmène vers 3 degrés de réchauffement et le chaos climatique, à une situation de responsabilité, bien en deçà de 2 degrés. Ce que signifie l’Accord de Paris pour l’Europe est clair : l’UE doit réévaluer ses objectifs en matière d’énergie et de climat pour 2020, 2030 et 2050. L'UE a déjà dépassé l'objectif de 20% de réduction  de ces émissions pour 2020 mais elle avait promis d’adopter un objectif de 30% de réduction pour 2020 si la communauté internationale agissait. C’est le cas aujourd’hui, elle doit - et peut montrer la voie.  L'UE doit également adopter et soumettre à la Convention des Nations Unies des objectifs pour 2030 rehaussés, compatibles avec l'objectif de 1,5°C : au moins 60% pour les émissions, 45% pour les renouvelables, 40% pour l’efficacité. 

Il n’y a plus de temps à perdre. Le Parlement européen et le Conseil doit approuver sans tarder cette proposition de ratification de la Commission européenne, afin que le Conseil ENVI du 20 juin prochain soit prolifique et ambitieux. Ce cercle vertueux de la transition énergétique est entre les mains des chefs d’États et du gouvernement, qui doivent défendre haut et fort une économie et une société climatiques génératrices d'activités économiques et d'emplois sur tous les territoires, donc de services publics et de culture, donc de mieux-vivre.

Paris Agreement’s ratification

Every minute counts


 

The European Commission last Friday presented a highly welcome proposal for the European Union to begin early ratification of the Paris Agreement, the international, legally binding deal reached last December to tackle climate change, replacing the Kyoto Protocol.

This proposal is a positive step towards ratifying the Paris Agreement this year, and it shines a spotlight on the upcoming EU environment Ministers meeting on June 20. Early action and swift implementation are absolutely essential to keep the global temperature increase well below 2°C and to pursue efforts to keep it to 1.5°C, as per the commitments made in Paris. But also, the risk of the European Union not being part of the group of countries bringing the Paris Agreement into force would have a major impact on the EU’s credibility as being at the forefront of the fight against climate change. As the Paris Agreement comes into force when 55 countries representing 55% of global greenhouse gas emissions deposit their instruments of ratification with the United Nations, it is important that the EU shifts up a gear and ratifies the agreement before the next COP22 in Marrakesh this November. To date, the USA, India, China and tens of other countries have already confirmed that they will ratify this year — the European Union cannot afford to get left behind.

Early ratification is good, but not enough. The current national pledges for commitments made by the EU and others are insufficient to achieve the temperature goal set out in Paris: they would in fact lead to a dramatic increase of 3°C! This means that the EU must increase its short, medium and long term climate and energy objectives if they are to be coherent with the commitments made in Paris. The EU needs first to increase its 2020 greenhouse gas reduction target to 30%, as it has promised to do in case of global action on climate change - which is now the case. Crucially, the EU must also up the ambition of its 2030 targets to 60% of greenhouse gas emissions reduction, 45% of share of renewables and 40% of energy efficiency. The international stocktaking in 2018, foreseen under the Paris Agreement, is the perfect time to deliver these improvements and ensure coherency with the Paris Agreement. There is no other way to be credible in our intention to fully decarbonise our economy by 2050.

It is time to align with the Paris Agreement, and to do it quick. The European Parliament and Council must promptly approve the Commission’s proposal, and all eyes will be on next week’s Environment Council. There is no time to waste. The Paris Agreement signalled a clear and strong comedown from dirty forms of energy, and we need to move fast if we want to limit global warming. Every minute counts.


Personne de contact

Téléphone Bruxelles
+32-2-2843140

Personne de contact

Téléphone Bruxelles
+32-2-2843140

Merci de partager