[Aller au menu]

11.02.2014

Autorisation du maïs OGM

L'opposition du Conseil face au maïs OGM doit être reconnue par la Commission européenne

Les gouvernements des États membres ont voté aujourd'hui, à l'occasion du Conseil Affaires générales, sur la proposition de la Commission européenne d'autoriser la culture d'une variété de maïs OGM dans l'UE pour la première fois depuis 15 ans. (maïs TC 1507 de la compagnie Pioneer-Dupont). Une forte majorité d'États membres (19) s'est prononcée contre une telle autorisation et seulement 5 États membres l'ont soutenue. Les Verts au PE demandent à la Commission de tenir compte de cette opposition et de retirer l'autorisation proposée.

Réagissant à la décision des États membres, José BOVE, vice-président de la commission de l'agriculture du Parlement européen a estimé que:

"Le Parlement européen, la majorité d'États membres et 80 % des citoyens ne veulent pas d’OGM en Europe, et refusent le maïs 1507 de la société Pioneer. La situation est donc très claire. Malgré l’absence de majorité qualifiée, suite en particulier à l’abstention incohérente de l’Allemagne, qui applique un moratoire de fait sur le maïs OGM MON 810  depuis des années, la décision revient une nouvelle fois à la Commission européenne. Il serait absolument inconcevable que 5 États (Royaume-Uni, Espagne, Suède, Estonie et Finlande), dont 4 ne produisent pratiquement pas de maïs sur leur territoire, se fassent les avocats de Pioneer, la deuxième plus grosse multinationales des semences de la planète.

La Commission européenne est légalement tenue de donner une réponse à Pioneer mais les traités ne lui imposent pas d’accepter automatiquement les OGM. Il ne s’agit donc pas d’une question technique mais bien d’une décision politique. 

En démocratie, la défense de l’intérêt général passe avant ceux d’une entreprise. Dans ces conditions, il me semble évident que le rôle du Président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, est de défendre la majorité des citoyennes et des citoyens, suivre l’opinion majoritaire des États-membres et interdire le maïs 1507 de Pioneer. Toute autre position serait incompréhensible, et inacceptable."