[Aller au menu]

06.06.2012

Energies renouvelables

La myopie de la Commission risque de saborder la succes story des énergies renouvelables en Europe

La Commission européenne a présenté aujourd'hui sa communication sur l'état des lieux des énergies renouvelables au niveau européen. Le texte contient aussi des propositions sur les moyens de développer les renouvelables après 2020. Le Groupe des Verts/ALE au Parlement européen regrette le manque d'ambition du texte et l'absence de propositions concrètes dans la communication.

Claude Turmes, eurodéputé Vert - notamment rapporteur de la directive énergies renouvelables, a estimé que:

"Une nouvelle fois, le Commissaire Oettinger manque cruellement d'ambition pour le secteur des énergies renouvelables. La Commission ignore non seulement les principaux défis auxquels doit faire face le secteur des renouvelables, mais elle ne parvient pas non plus à définir une stratégie durable à moyen et long terme. Or, c'est bien de prédictibilité dont a besoin l'industrie verte pour pouvoir continuer de créer des emplois durables. 

Plusieurs scénarios montrent pourtant que les énergies vertes pourraient représenter 45% du mix énergétique d'ici 2030.

C'est de ces scénarios que la Commission devrait s'inspirer pour proposer un objectif contraignant pour 2030. Un tel objectif rassurerait les investisseurs et assurerait une certaine stabilité sur le marché et aiderait à accélérer la transition énergétique chère au nouveau gouvernement français." 

Yannick Jadot, eurodéputé Vert et en charge du dossier Energy Roadmap 2050 pour le groupe des Verts/ALE, ajoute:

"La Commission a raté l'opportunité de définir une vraie politique industrielle européenne et une véritable stratégie pour les énergies renouvelables, alors que ce secteur a absolument besoin de clarté et de protection. La Chine a en effet lancé une guerre des prix sur les énergies renouvelables, et notamment sur le photovoltaïque, à coup de subventions, pour développer une surcapacité de production qui est en train de tuer l’industrie européenne du photovoltaïque.

Face à cette stratégie agressive, l'Union européenne doit se doter d'une politique industrielle cohérente, pour protéger son industrie et sauvegarder sa compétitivité vis-à-vis des pays émergents. Cette approche devra à la fois comprendre des mesures favorisant le contenu local, tout en résolvant le problème de l'accès au capital pour les entreprises renouvelables en Europe. Ce sont les principaux enjeux pour l'Union européenne; pour qu'elle conserve son avance dans ce secteur d'avenir, engage sa transition énergétique et continue de créer des milliers d'emplois durables et non-délocalisables".