[Go to navigation]

23.06.2011

UE-Guatemala

Perenco - une exploitation controversée du pétrole en zone protégée

Catherine Grèze, députée européenne du Groupe des Verts/ALE et Anibal Garcia, député et candidat à la vice-présidence du Frente Amplio aux côtés Rigoberta Menchu au Guatemala, expriment leur préoccupation quant aux activités de l’entreprise pétrolière franco-britannique Perenco au Guatemala, mécène du Quai Branly à Paris dans le cadre de l’exposition « Maya de l’aube au crépuscule ».

« Il est inacceptable qu’une entreprise de capitaux français, se présentant comme protectrice des arts, de la nature et des populations locales, exploite dans une zone protégée par la Convention Ramsar, à quelques dizaines de kilomètres du site de Tikal classé au patrimoine Mondial de l'humanité par l'UNESCO et refuse de réaliser les études d’impact environnemental auxquelles elle est légalement contrainte », affirme l’eurodéputée Catherine Grèze, à l’issue d’un entretien avec le député guatémaltèque.

Le renouvellement du contrat d'exploitation des puits Xan, réalisé en août 2010 a été, selon le député Anibal Garcia, « marqué par de probables trafics d’influence et achats de volonté afin d’obtenir un contrat très favorable à l’entreprise et passer outre certaines législations environnementales nationales ».

Madame Grèze enverra à ce propos une lettre à l’ambassadeur français au Guatemala où elle se déclare également choquée du financement de bataillons militaires par l’entreprise elle-même, dans une zone qui a connu de nombreuses violations des droits humains par l’armée pendant la dictature militaire.

Monsieur Garcia et Madame Grèze, qui y voient encore une raison pour rejeter l'accord  de libre échange entre l'UE et l'Amérique centrale, appellent à une législation européenne contraignante quant au respect des droits humains et environnementaux par les entreprises européennes et leurs filiales à l'étranger.