Press release


en | fr

Europe must act to promote equal language rights

Press release by the European Free Alliance


EU institutions must fulfil obligations to all European languages

The European Union is failing to protect the rights of millions of speakers of non-official EU languages, according to a group of MEPs who will hold a major conference at the European Parliament in Brussels on Thursday. They say that the EU could and should do much more to promote multilingualism which they describe as a democratic entitlement of EU citizens.

'Language Diversity: A Challenge for Europe' will hear from academics and language specialists as well as politicians from across Europe. In an innovative first, simultaneous translation will be available in the European Parliament in non-official languages, with Welsh and Catalan being added to the mix of languages spoken at the conference.

The conference is hosted by the European Free Alliance group in the European Parliament which brings together MEPs representing stateless nations, regions and minorities.

The group will call for:

  • Official EU language status for Catalan, Basque, Galician, Welsh and Scots Gaelic;
  • Stronger measures at EU level to support endangered languages such as Corsican, Breton, Scots and Occitan;
  • Action at EU level to tackle linguistic repression.

Catalan, Basque, Galician, Gaelic and Welsh among them total approximately fourteen million speakers yet continue to be denied official status at EU level. The MEPs will also argue that much more support at EU level is needed to secure a viable future for endangered languages such as Corsican and Breton.

Speaking ahead of the conference, EFA Group President and Plaid Cymru MEP Jill Evans (Wales) said:

"The discrimination against some languages has to end so that there is equality for all people in the EU. We are constantly talking about how Europe can develop a better relationship with its citizens. There is no better place to start than by using the languages people actually speak. Our seminar will set this issue firmly on the agenda of Parliament."

"I am delighted to be the first MEP to speak the Welsh language with interpretation in the European Parliament. I will be handing the Chair over to my MEP colleague Oriol Junqueras who will be the first to speak Catalan with interpretation. This is an historic day. We have campaigned long and hard for recognition of our languages in the parliament and this is another step forward."


Corsican MEP François Alfonsi added:

"The European Union cannot be allowed to just sit back and allow ancient languages which have been fundamental to European history to simply disappear because of narrow political considerations.

"We need a clear commitment from the European Commission, and specifically from Commissioner Vassiliou that she will take action before it's too late. It's unrealistic and unacceptable to say that this is a matter for the member states."


Oriol Junqueras MEP of Esquerra Republicana de Catalunya commented:

"Catalan is spoken by over ten million people in the European Union. This means that Catalan is the thirteenth most widely spoken EU language. There are 23 official languages in the EU, however, Catalan is not among them.

"It is a clear symptom of a democratic deficit from the EU which has to be solved. The fact of not recognising Catalan is weakening the EU. The EU should see multilingualism as an opportunity to bring itself closer to its citizens".


Tatjana Zdanoka MEP (PCTVL, Latvia) said:

"It is no longer credible for the European Union to ignore discrimination based on language. We are seeing this particular kind of discrimination being practiced against a variety of language groups in Europe such as Russian speakers in the Baltic, and Hungarian speakers outside Hungary.

"Getting to grips with this increasingly difficult situation will be a key test for the new EU Commissioners responsible for multilingualism and for fundamental rights, and for the new Commission as a whole. I hope that Commissioners Vassiliou and Reding will spell out coherent policies for combating language discrimination in the near future, and take into account the best standards and practice available in this field."


Frieda Brepoels MEP (N-VA, Flanders) added:

"I am absolutely convinced of the added value that multilingualism brings to the European Union. Diversity and multilingualism are fundamental basic principles of the European Union.

"We have to be extremely vigilant in defending the position of all languages in the EU. European citizens must be able to follow the functioning of the institutions in their own language so that they feel more involved themselves and can fully take part in the European project."


Ian Hudghton MEP (SNP, Scotland) commented:

"Scotland's indigenous languages are an important part of daily life for many people - and are an important part of Europe's culture. Just as the use of the Gaelic and Scots languages has been promoted by the parliament and government in Scotland, so they should be encouraged by the institutions of Europe.

"We live in an age of increased globalisation which brings with it certain pressures on non-official and lesser-used languages. It also however brings with it opportunities - and the EU has an important role to play in assuring a long-term future for Europe's rich linguistic tapestry."

L'Europe doit agir pour promouvoir l'égalité des droits linguistiques

Communiqué de presse du Groupe de l'Alliance Libre Européenne


Les institutions européennes doivent tenir leurs obligations envers les langues européennes

L'UE échoue en ne protégeant pas les droits de millions de personnes qui parlent les langues non-officielles. C'est pour cela qu'un groupe de députés européens organisent une conférence au Parlement européen de Bruxelles cette semaine (Jeudi). Ils pensent que l'UE pourrait et devrait faire beaucoup plus pour promouvoir le multilinguisme qu'ils considèrent comme un droit démocratique des citoyens européens.

Dans la conférence ''Diversité linguistique : un défi pour l'Europe'' interviendront des professeurs et des spécialistes des langues ainsi que des hommes politiques de toute l'Europe. Pour la toute première fois, la traduction simultanée sera accessible dans des langues non-officielles au sein même du Parlement Européen. Aux langues habituellement parlées au Parlement, seront ajoutés le Gallois et le Catalan.

La conférence est proposée par le groupe Alliance Libre Européenne du Parlement Européen qui est composé de l'ensemble des députés représentants les minorités, les régions et les nations infranationales.

Le groupe demande :

  • Un statut pour les langues européennes officielles comme le Catalan, le Basque, le Galicien, le Gallois et le Gaélique écossais;
  • Des mesures plus fortes au niveau européen pour supporter les langues en danger comme par exemple le Corse, le Breton, l'Ecossais et l'Occitan;
  • Une action au niveau européen pour arrêter la répression linguistique.

Parmi les Catalans, les Basques, les Galiciens, les Gaéliques et les Gallois, approximativement 14 millions de personnes parlent leurs langues et continuent d'être privés d'un véritable statut officiel de leurs langues au niveau européen. Les Députés européens apporteront aussi leur soutient au niveau européen nécessaire pour sauver des langues en danger comme le Breton et le Corse.

En introduction de la Conférence, la présidente de groupe ALE et Députée européenne du Plaid Cymru Jill Evans (Pays de Galles) a déclaré :

''La discrimination faite aux nombreuses langues doit s'arrêter. Nous sommes constamment en discutions pour savoir comment l'Europe peut développer une meilleur relation avec les citoyens. Il n'y a pas de meilleur moyen pour commencer qu'en utilisant les langues que les gens parlent. Notre séminaire ancrera solidement cette question à l'agenda du Parlement.''

''Je suis charmée d'être la première Député européenne à parler le Gallois avec interprétation au sein du Parlement européen. Je passerai la parole à mon collègue Oriol Junqueras qui sera le premier à parler le Catalan avec interprétation. C'est un jour historique. Nous avons fait campagne longtemps et durement pour la reconnaissance de nos langues dans le Parlement Européen et cette conférence est une nouvelle étape.''


François Alfonsi, Député européen (Corse) a ajouté :

''L'UE ne peut pas autoriser qu'on laisse les anciennes langues qui ont été fondamentales à l'histoire européenne de simplement disparaitre à cause de simples considérations politiques.''

''Nous avons besoin d'un réel engagement de la Commission Européenne, et spécifiquement de la part du commissaire Vassiliou pour qu'elle prenne les mesures avant qu'il ne soit trop tard.''


Oriol Junqueras, député européen (Catalan) a commenté :

''Le Catalan est parlé par plus de 10 millions de personnes dans l'UE. Cela veut dire que le Catalan est la treizième langue européenne la plus largement parlée. Il y a 23 langues officielles dans l'UE, cependant, le Catalan n'en fait pas partie.''

''C'est un symptôme claire du déficit démocratique de la part de l'UE qui doit être résolu. La non-reconnaissance du Catalan est en train d'affaiblir l'UE. L'UE doit voir le multilinguisme comme une opportunité pour se tenir elle-même plus proche de ses citoyens.''


Tatjana Zdanoka, députée européenne (PCTVL, Lettonie) a dit :

''Ce n'est plus crédible pour l'UE d'ignorer les discriminations contre les langues. Nous observons que ce genre de discrimination est pratiqué contre divers groupes linguistiques en Europe comme par exemple les russophones dans les pays Baltes et les personnes parlant le Hongrois hors de la Hongrie.''

''Attaquer de front cette difficile situation qui est de plus en plus importante sera le test-clé pour les nouveaux Commissaires responsables du multilinguisme et des droits fondamentaux autant que la Commission dans son ensemble. J'espère que les Commissaires Vassiliou et Reding feront connaitre leurs politiques cohérentes pour combattre la discrimination linguistique dans un futur proche, prenant compte des meilleurs standards et des meilleurs pratiques disponible dans ce champ.''


Frieda Brepoels, députée européenne (N-VA, Flandre) a ajouté :

''Je suis absolument convaincu de la plus-value que le multilinguisme rapporte à l'UE. La diversité et le multilinguisme sont des principes fondamentaux de l'UE.''

''Nous devons être extrêmement vigilant en défendant la position de toutes les langues dans l'UE. Les citoyens européens doivent être capables de suivre le fonctionnement des institutions dans leurs propres langues afin de se sentir plus impliqués eux-mêmes et pouvoir prendre pleinement leur place au sein du projet européen.''

Ian Hudghton, député européen (SNP, Ecosse) a commenté :

''Les langues locales d'Ecosse sont une part importante de la vie quotidienne de nombreuses personnes ainsi qu'une part importante de la culture européenne. De la même façon que l'utilisation du Gaélique et des langues écossaises ont été promues par le parlement et le gouvernement en Ecosse, ils doivent être encouragés par les institutions d'Europe.''

''Nous vivons dans l'époque de la mondialisation qui contient avec elle certaines pressions sur les langues non-officielles et les langues les moins utilisées. Cependant elle apporte aussi avec elle des opportunités, et l'UE a un important rôle à jouer en assurant un futur à long-terme pour la riche tapisserie linguistique de l'Europe.''