News


en | fr

Fisheries and nature under Team Juncker

Green MEP Isabella Lövin expresses concern at the downgraded commitment to nature and environment protection


So, overall, are you happy with the proposal from Jean Claude Juncker?

I am worried about the direction the new Commission seems to be taking. My overall impression is that there is a clear risk that both environmental and fisheries policy is demoted and that Jean-Claude Juncker is putting more emphasis on economic growth than protecting the environment.

What is your initial reaction to the proposal of Karmenu Vella as commissioner for environment and fisheries?

It is clear that Karmenu Vella will have two heavy responsibilities. I have no opinion on him as a person, but it is clear that his portfolio will require a huge commitment and I hope that he is prepared to work hard to protect our seas and our environment. I hope that his previous role as tourism minister in Malta has provided him with an understanding that there is an economic value in nature, without exploiting and destroying it. 

What about the structure of the portfolio they will have?

I am very doubtful about the choice of merging environment and fisheries into one portfolio and making one commissioner responsible for areas that previously were the charge of individual commissioners. The two previous commissioners for these portfolios, Janez Potočnik and Maria Damanaki, have both worked more than full time on their respective policy areas. The fisheries commissioner Maria Damanaki spent a lot of time and effort on the international dimension of the fisheries policy, such as global ocean protection and fighting illegal fishing internationally. I fear that these tasks will now become neglected, since Karmenu Vella will also have the broader environment portfolio to deal with.

If appointed, Karmenu Vella will have to report to the designated vice-president for energy union Alenka Bratušek and the vice-president for jobs, growth, investment and competitiveness Jyrki Katainen. Neither of these two 'super-commissioners' has been given the remit by Jean-Claude Juncker of defending the environment in cases of conflict between growth and environmental protection. That is very worrying. 

If you could pose one question to the candidate, what would it be?

In situations where there is a conflict between nature conservation and economy, what side will you be on?

What other issues do you think the candidate will need to address in their hearing?

He will have to make it clear that he will defend the reform of the common fisheries policy and implement it in the way intended by the co-legislators. In particular, it will be the responsibility of the Commission to propose fishing quotas that will lead to larger fish stocks rather than larger short-term catches.

The common fisheries policy must be implemented all over Europe – including the Mediterranean.

Vella will also have to address the implementation of protected marine areas.

He must show commitment to making the EU’s fisheries agreements with countries in Africa and the Pacific Ocean coherent with EU development policy and respect the needs of local fishermen and the right to food security.

The EU must be a leader in sustainability and prevent the depletion of fish stocks of poor countries. We must stop the destruction of the oceans and protect them for our children and generations to come.

La pêche et la nature sous la Commission Juncker

La députée verte suédoise Isabella Lövin se déclare préoccupée par la dégradation de l'engagement en matière protection de la nature et de l'environnement.


 

Dans l'ensemble, êtes-vous satisfaite de la proposition de Jean-Claude Juncker ?

Je m'inquiète de la direction que la nouvelle Commission semble prendre. Mon avis est qu'il existe un risque clair que les politiques de l'environnement et de la pêche soient rétrogradées et que Jean-Claude Juncker mette davantage l'accent sur la croissance économique que sur la protection de l'environnement.

Quelle a été votre première réaction à la proposition de Karmenu Vella en tant que commissaire à l'environnement et à la pêche ?

Il est clair que Karmenu Vella aura deux lourdes responsabilités. Je n'ai pas d'opinion sur lui en tant que personne, mais il est clair que son portefeuille exigera un engagement énorme et j'espère qu'il est prêt à travailler dur pour protéger nos océans et notre environnement. J'espère que son ancien poste de ministre du Tourisme à Malte lui a permis de comprendre qu'il y a une valeur économique dans la nature, sans pour autant avoir besoin de l'exploiter et la détruire.

Qu'en est-il de la structure du portefeuille qu'il aura ?

Je suis très sceptique quant au choix de fusionner l'environnement et la pêche dans un unique portefeuille et rendre un commissaire responsable de secteurs qui étaient auparavant à la charge de différents commissaires. Les deux anciens commissaires chargés de ces portefeuilles, Janez Potočnik et Maria Damanaki, ont tous deux travaillé à plein temps dans leurs domaines de compétence respectifs. La commissaire à la pêche Maria Damanaki a consacré beaucoup de temps et d'efforts à la dimension internationale de la politique de la pêche, comme la protection des océans au niveau mondial et la lutte contre la pêche illégale au niveau international. Je crains que ces tâches soient désormais négligées, car Karmenu Vella aura également le portefeuille de l'environnement, plus large à traiter.

S'il est nommé, Karmenu Vella devra rendre des comptes au vice-président désigné pour l'Union de l'énergie Alenka Bratušek et au vice-président pour l'emploi, la croissance, l'investissement et la compétitivité Jyrki Katainen. Cependant, aucun de ces deux « super-commissaires » ne s'est vu attribuer par  Jean-Claude Juncker la défense de l'environnement en cas de conflit entre croissance et protection de l'environnement. C'est très inquiétant.

Si vous pouviez poser une question au candidat, quelle serait-elle ?

Dans les situations où il existera un conflit entre la préservation de la nature et l'économie, de quel côté serez-vous ?

À quelles autres questions pensez-vous qu'il devra répondre lors de son audition ?

Il devra clairement indiquer qu'il défendra la réforme de la politique commune de la pêche et appliquera cette dernière de la manière prévue par les co-législateurs. Il sera notamment de la responsabilité de la Commission de proposer des quotas de pêche qui permettront de plus grands stocks de poissons plutôt que des captures plus importantes à court terme. La politique commune de la pêche doit être mise en œuvre dans toute l'Europe - y compris en Méditerranée. Vella devra également aborder la question de la mise en œuvre de zones marines protégées.

Il devra faire preuve d'engagement pour rendre les accords de l'Union européenne sur  la pêche avec les pays d'Afrique et de l'Océan Pacifique cohérents avec la politique de développement de l'UE, le respect des besoins des pêcheurs locaux et le droit à la sécurité alimentaire.

L'UE doit être un leader en matière de durabilité et prévenir l'épuisement des stocks de poissons des pays pauvres. Nous devons arrêter la destruction des océans et les protéger pour nos enfants et les générations à venir.


Please share