©harri-kuokkanen

Press release


en | de | fr

To stop terrorist attacks, we need better police cooperation, not blanket suspicion

One year after the Brussels attacks


A year on from the attacks in Brussels, EU Member States should end their policy of blanket suspicion and focus on better police cooperation, says Jan Philipp Albrecht, Vice-Chair of the Civil Liberties, Justice and Home Affairs committee and Greens/EFA home affairs spokesperson.

"A year on from the attacks in Brussels, we mourn the victims of all terrorist attacks, both here and abroad. Our thoughts are with their families and loved ones.

"If we are to be effective in the prevention of further attacks, Member States must end their policy of blanket suspicion and focus instead on better cross-border cooperation between police and law enforcement authorities. It is well-qualified and well-equipped police that will help stop future attacks, not treating all citizens as potential terrorists.

"The recent report from Europol highlights the connection between organised crime and terrorism and sets out good measures to break this link. The establishment of a European Counter Terrorism Centre, a crack-down on money laundering and the financing of terror, and stronger rules against firearms would all be practical steps to help keep people safe. Sadly, Member States seem to prefer to spend billions of Euros on symbolic, ineffective and disproportionate measures such as passenger name records and the proposed entry/exit system. With such a view still prevailing, it is good that Commissioner Julian King has chosen to examine the effectiveness of some 250 EU decisions in the fight against terrorism."

Europol Report 2017 https://www.europol.europa.eu/activities-services/main-reports/european-union-serious-and-organised-crime-threat-assessment-2017

Mehr Polizeikooperation statt Prinzip Generalverdacht

Terrorismus/Attentate von Brüssel


„Wir trauern um alle Opfer terroristischer Anschläge und fühlen mit den Angehörigen und Nächsten. Damit wir in Zukunft eine bessere Chance haben, solche Anschläge zu verhindern, müssen die EU-Mitgliedstaaten bei der Terrorbekämpfung mehr auf Polizeikooperation setzen statt auf das Prinzip Generalverdacht. Sinnvoll gegen den Terror sind gut ausgebildete und ausgestattete Polizeikräfte, grenzüberschreitende Zusammenarbeit von Polizei und Sicherheitsbehörden sowie gemeinsame Ermittlungsteams unter dem Dach von Europol.

Der neue Europol-Bericht stellt eine enge Verbindung zwischen organisierter Kriminalität und Terrorismus fest. Das Europäische Zentrum zur Terrorismusbekämpfung, Maßnahmen zur Eindämmung der Geldwäsche und Terrorfinanzierung, strengere Regeln für den Besitz von Feuerwaffen und die geplante Strafregister-Datenbank können sinnvoll sein, um die Verbindung zwischen Terrorismus und Geldwäsche, Schmuggel und Menschenhandel zu kappen.

Die EU-Mitgliedstaaten halten am Generalverdacht fest und planen Milliarden Euro ein für symbolische, ineffektive und unverhältnismäßige Maßnahmen wie Fluggastdatenspeicherung und ein Ein- und Ausreisesystem. Es ist gut, dass EU-Kommissar Julian King, die rund 250 Beschlüsse der Europäischen Union zur Terrorbekämpfung auf ihre Wirksamkeit prüfen will.“

Europol-Bericht 2017 (auf Englisch):

https://www.europol.europa.eu/activities-services/main-reports/european-union-serious-and-organised-crime-threat-assessment-2017

Un an après les attentats de Bruxelles, une meilleure coopération policière est toujours nécessaire

Lutte contre le terrorisme


Déclaration de Philippe LAMBERTS, Président du groupe Verts / ALE.

« Un an après les attentats de Bruxelles, nos pensées vont aux victimes, à leur famille et à leurs proches.

Au lieu de continuer à gaspiller du temps et de l’argent sur la surveillance généralisée des citoyens, nos États devraient se concentrer sur le renforcement de coopération transfrontalière entre la police et les autorités judiciaires.  Ce n’est pas en traitant les individus comme des terroristes potentiels que de nouvelles attaques pourront être évitées mais bien en se dotant de services de police qualifiés et disposant des ressources appropriées.

Europol (1)  a proposé récemment des mesures pour briser les liens entre le crime organisé et le terrorisme.

Des milliards d'euros sont dépensés par les États pour des mesures inefficaces et disproportionnées comme l’a montré le dossier « passagers aériens ». Autant de milliards qui pourraient financer des actions concrètes permettant de garantir la sécurité des citoyens comme la création d’un Centre européen de lutte contre le terrorisme, la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme ou encore un renforcement des contrôles sur les armes à feu. »

Déclaration d’Eva JOLY, membre de la Commission Justice et affaires intérieures :

« Il y a bientôt un an, Bruxelles était frappée par l’horreur. Après les hommages, on nous avait promis l’action. Mais les États n’ont été que dans la réaction et la « gesticulation politique », n’hésitant pas à jouer la « carte de la peur » auprès des citoyens pour faire voter des lois de surveillance « très intrusives », selon les termes du Rapporteur spécial des Nations-Unies sur la vie privée. Dans son rapport publié début mars, Joseph Cannataci dénonce les risques et l’inefficacité des lois de surveillance qui se sont multipliées ces dernières années, notamment en Allemagne, en France et au Royaume-Uni.

Les Verts appellent depuis longtemps à une évaluation des lois anti-terroristes, à un état des lieux de leur efficacité et de leurs failles avant de promulguer de nouvelles lois toujours plus liberticides et dont l’efficacité reste à prouver. La décision du Commissaire Julian King d'examiner l'efficacité des quelques 250 décisions de l'UE dans la lutte contre le terrorisme est donc plus que bienvenue.

Il est en effet urgent de tirer les leçons des attentats, en particulier de combler les lacunes en matière d'échange d'informations. Or, la plupart des États membres refusent toujours de rendre obligatoire et automatique cet échange, une mesure pourtant simple et absolument indispensable. »

(1) Rapport Europol 2017 https://www.europol.europa.eu/activities-services/main-reports/european-union-serious-and-organised-crime-threat-assessment-2017