Press release


en | fr

Youth employment

Commission proposal a boost for youth employment scheme roll-out


The European Parliament today approved a proposal to increase the initial pre-financing amount of the European Youth Employment Initiative (1). After the vote, Green employment and youth spokesperson Terry Reintke said:

"This will give a welcome boost to the Youth Employment Initiative and hopefully address the limited uptake of the scheme so far. The increased pre-financing rate should make it easier for cash-strapped regions to participate and we hope this is now swiftly implemented, so the benefits can filter through to young people who are struggling to find jobs.

"With crisis-hit EU member states those most affected by rocketing youth unemployment, EU support is essential. The vote by the European Parliament today is a strong signal. Now it is up to the member states to stop finding excuses and start acting. The over 7 million young people in the EU currently not in employment, education or training need to be given some kind of perspective."

(1) The European Youth Employment Initiative (YEI) aims to support particularly young people not in education, employment or training in regions with more than 25 % youth unemployment. It is funded by 3.2 billion EUR from the European Social Fund (ESF) and 3.2 billion EUR from a dedicated Youth Employment budget line. The proposal by the European Commission, which has been approved by the European Parliament today, is aimed at increasing the pre-financing amount for the ESF allocation of the YEI from 1-1.5 % to 30 %. The increase would allow make it easier for member states to quickly set up projects in their regions.

Initiative Emploi des jeunes (1)

La Commission facilite l'accès au financement pour booster l'emploi des jeunes


Le Parlement européen vient d'approuver la proposition de la Commission européenne d'augmenter les montants du préfinancement issu du budget communautaire afin que les États membres activent la mise en route des projets favorisant l'emploi des jeunes le plus rapidement possible.  Cette proposition a été adoptée sans modification de la part du Parlement afin d'accélérer au maximum la procédure. La balle est donc dans le camp des États membres.

Pour Terry REINTKE, shadow rapporteure, membre de la Commission emploi et affaires sociales :

" L'idée de la Commission est de booster l'initiative emploi des jeunes restée jusqu'ici non suffisamment exploitée par les États. À eux maintenant de prendre le relai  et d'agir pour les jeunes qui sont deux fois plus touchés par le chômage que leurs aînés. Pour les États sévèrement touchés par la crise, l'augmentation du pré- financement jusqu'à 30% est une réelle bouffée d'oxygène apportée par l'Union européenne. 

Les États n'ont donc plus d'excuses face aux 7 millions de jeunes de 15 à 24 ans sans emploi, ne suivant ni études ni formations (NEETs)."  

Pour Karima DELLI, membre de la commission emploi et affaires sociales:

" À ce jour, aucun emploi n'a encore été créé grâce à la garantie jeunesse. Le retard à l'allumage dont se sont rendus coupables les États membres n'est plus justifiable maintenant que tant d'argent est sur la table. Encore faut-il qu'ils améliorent leurs dispositifs administratifs pour soutenir activement les jeunes chômeurs et les prémunir de la pauvreté ou de l’exclusion. En France 28 départements sont encore privés de ce programme plus d'un an après son lancement. Au-delà des problèmes financier et administratif, les pays devront investir dans des secteurs d'avenir. Sans cela, la garantie jeunesse restera une béquille temporaire à défaut d'être une voie d'entrée sur le monde professionnel et l'autonomie pour les jeunes."

(1) Lancée en 2013 et en vigueur depuis janvier 2014, " l'initiative pour l'emploi des jeunes" vise à renforcer la lutte  contre le chômage des moins de 25 ans dans les régions où il touche plus de 25% d'entre eux.