Document


fr | en | de

Pour une réforme de la Politique commune de la pêche

L'heure n'est plus à la timidité !


Après trente ans de Politique commune de la pêche (PCP), la pêche dans les eaux de l'Union européenne est plus que jamais en crise : les stocks de poissons diminuent, le secteur alterne crises économiques et situations sociales dramatiques, les communautés côtières poursuivent un déclin entamé de longue date. Ces tendances étaient déjà présentes avant la création de la PCP en 1982 mais la politique européenne n'a manifestement pas réussi à redresser la situation. Au contraire.

Il est urgent d'agir et de saisir l'occasion de la réforme de la Politique commune de la pêche, qui doit intervenir en 2013, pour changer de cap, sous peine de condamner les ressources halieutiques en même temps que les hommes et les femmes qui en dépendent pour leur alimentation et leur activité. La surpêche pratiquée dans les eaux européennes a conduit à l'épuisement des stocks, nécessitant de recourir à des quantités croissantes de poissons capturés hors des eaux européennes pour satisfaire une demande en progression constante - plus de 60% des poissons consommés en Europe sont importés ou pêchés par des navires européens dans les eaux lointaines. Mais la plupart des stocks en dehors de l'Europe sont également en voie d'épuisement. Il y a donc de moins en moins d'"eaux lointaines" où se procurer du poisson, ce qui conduit à de sérieux problèmes sur la sécurité alimentaire dans de nombreuses régions, notamment en Afrique et en Asie où les pêcheurs locaux font face à des difficultés croissantes pour répondre à la demande locale qui constitue souvent la base du régime alimentaire des populations. La baisse des stocks provoque l'affaiblissement des chaînes alimentaires avec des conséquences environnementales majeures telles que la prolifération d'algues ou de méduses et des changements soudains dans la composition des espèces, voire la disparition de certaines. La biodiversité marine amoindrie diminue la capacité des océans à réguler les équilibres naturels planétaires, en affaiblissant notamment la résistance au changement climatique et à l'acidification des océans. Derrière la situation des pêcheries, les enjeux globaux sont extrêmement élevés pour l'humanité toute entière.

La situation actuelle est souvent décrite comme une crise sociale et économique. En réalité, les années de surpêche ont créé une déflation écologique qui, elle-même, a provoqué une crise socio-économique. Envisager la crise ainsi, selon ses véritables causes, permet d'ouvrir une voie nouvelle qui permettrait d'interrompre le cycle dépressif du déclin de la ressource et des activités qui lui sont liées et, de cette façon, d'envisager un avenir durable pour les communautés côtières de pêcheurs comme pour les stocks de poissons.

En juillet 2011, la Commission européenne a publié ses propositions pour une réforme majeure de la PCP. Les enjeux de cette réforme sont considérables. La Commission en est bien consciente comme elle l'indique dans son introduction:

Ces plans permettront de garantir à l'avenir la conservation des stocks halieutiques ainsi que les sources de revenus des pêcheurs tout en mettant un terme à la surexploitation des stocks et à l'épuisement de ceux-ci. La réforme introduira une approche décentralisée de la gestion de la pêche fondée sur la science, par région et par bassin maritime. Elle améliorera également les normes de gouvernance dans l'UE et au niveau international grâce à des accords de pêche durable.

Le groupe des Verts au Parlement européen partage et soutient pleinement ces objectifs. Cependant il estime que, si les propositions contiennent des éléments positifs à bien des égards, ceux-ci sont souvent trop vagues pour être mis en oeuvre efficacement ou trop timides, sans doute pour ne pas gêner certains États membres et leurs industries de la pêche qui, pour la plupart, souhaitent le statu quo.

(...)


Personne de contact

Téléphone Bruxelles
+32-2-2842849
Téléphone Strasbourg
+33-3-88174188

Merci de partager