Actualités


Erasmus+

un programme pour tous les citoyens européens


Le Parlement européen s’est exprimé le 19 novembre 2013 en faveur d’Erasmus +, le nouveau programme de l’UE pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport pour la période 2014-2020. Il permettra à plus de cinq millions de personnes de participer à des programmes européens de mobilité. Avec un budget de 13,1 milliards d'euros, le programme Erasmus + se voit doté de 40% de budget supplémentaire par rapport à la programmation précédente. Pour Malika Benarab-Attou, députée européenne du groupe des Verts/ALE, membre de la commission Culture et Éducation : « Il est essentiel, dans la période de crise que nous connaissons, que l'UE continue à inspirer les citoyens et pour cela, il nous faut créer davantage de possibilités en matière d'éducation et de formation sous toutes ses formes, financer résolument les programmes en faveur des publics défavorisés en général et des jeunes en particulier. » Ce niveau de financement permettra d’augmenter le nombre de bourses de mobilité et les projets de coopération dans le cadre des programmes « Comenius », « Leonardo », « Erasmus », « Grundtvig » et « Jeunesse en action » et d’étendre de manière significative leur portée aux apprenants et personnels de l’enseignement et de la formation. La mobilité est un aspect clé du nouveau programme. L’accent est mis sur l’amélioration des échanges, mais aussi sur la connaissance des autres cultures, en Europe et ailleurs. Le programme souligne aussi l’importance de l’éducation et de la formation non formelle, qui doit être de qualité, ainsi que l’objectif d’assurer une meilleure transition de l’éducation au monde professionnel. Le groupe des Verts est satisfait du plafonnement du budget qui sera alloué au mécanisme de garantie de prêts pour les étudiants en mastère (ou équivalent) Erasmus à 3,5 % du budget total, assurant ainsi une masse critique pour tester le nouvel instrument. Il faudra rester très vigilant quant au niveau d’endettement des jeunes et s’assurer que ce mécanisme de garantie soit étroitement contrôlé. Les Verts regrettent que le texte n’inclue pas les jeunes demandeurs d'emploi parmi les publics concernés par le programme, en les envoyant vers le Fonds Social Européen. Les régions devront rester vigilantes et faire jouer au mieux le principe de complémentarité prévu par le règlement Erasmus +, afin que ces jeunes en situation précaire puissent bénéficier d’une aide par le biais du Fonds Social Européen. Les Verts expriment aussi leur inquiétude au sujet des actions de coopération en matière d'éducation supérieure entre l’UE et les pays tiers, qui relèvent essentiellement de la rubrique 4 du budget de l’UE dont les montants destinés au programme même Erasmus + restent encore à préciser. Voir notre page spéciale sur le cadre financier pluriannuel (CFP) pour plus de détails sur le CFP et les programmes budgétaires pluriannuels.

Député(e)s responsables

Merci de partager