Actualités


fr | en | nl | de

OGM dans les champs

ni ici, ni ailleurs!


Dans les semaines à venir, la Commission européenne soumettra probablement à un comité d’experts européens une autorisation pour la culture de 3 variétés de maïs OGM : le Mon810  de Monsanto (résistant à la pyrale du maïs), le Bt11 de Syngenta (qui produit une toxine contre la pyrale du maïs et résiste à un groupe d’herbicides) et le TC1507 de Dupont (résistant à la pyrale du maïs et à plusieurs herbicides), tous utilisés dans la fabrication d’alimentation pour bétail.

Ce Comité peut valider ou bloquer les propositions de la Commission européenne s’ils atteignent une majorité qualifiée lors du vote. Les premières discussions qui ont eu lieu il y a quelques années concernant le maïs TC1507 et les risques qu’il présente pour l’environnement (et en particulier les abeilles) ont été l’occasion de débats très tendus, amenant alors la Commission à retirer son projet d’autorisation.

Mais la situation a changé l’année dernière avec l’entrée en vigueur de la réglementation dite « opt-out » : elle permet aux États Membres d’interdire sur leur territoire la culture d’une plante OGM même si elle est autorisée au niveau européen. 17 Etats membres ont fait usage de la première “phase” de cette nouvelle procédure afin d’interdire les maïs OGM sur leur propre sol, justifiant cette interdiction par des raisons environnementales, économiques, ou de sauvegarde de l’agriculture biologique.   

 « La procédure de validation des OGM au niveau européen est profondément biaisée et antidémocratique : telle qu’elle est aujourd’hui, elle permet aux États-membres de jouer sur la majorité qualifiée pour n’émettre aucun avis, ni positif ni négatif, sur l’autorisation d’OGM. Cette situation risque d’empirer avec l’entrée en vigueur de l’opt-out. Résultat, les Etats donnent le dernier mot à la Commission européenne pour mieux se défausser sur Bruxelles ensuite. Il faut que la procédure s’oriente vers une majorité simple et que la Commission ne puisse pas autoriser même si les États n’arrivent pas à se mettre d’accord. »

Comme nous le dénonçons depuis 1998, les OGM en plein champ sont une aberration économique, environnementale et agronomique, dont les effets ne s’arrêtent pas à la frontière. En effet, la pollution de l’air et des eaux par les produits utilisés avec ces plantes GM impactera les pays voisins. Plus inquiétante encore est l’apparition en Espagne d’une plante adventice apparentée au maïs, la téosinte, qui peut se croiser avec le maïs Mon810.  Cela pourrait mener à la création d’une mauvaise herbe très résistante contenant le gène modifié du Maïs Mon810. L’évaluation de la situation par l’EFSA, qui conclue à une absence de risque car la propagation de la téosinte serait maitrisée par les autorités espagnoles, relève d’un optimisme bien éloigné de la réalité: la diffusion déjà extrêmement inquiétante de la téosinte ces 7 dernières années contredit ces affirmations. La téosinte a d’ailleurs commencé à apparaitre dans le sud de la France, et il n’y a aucune raison que cela s’arrête là.

Pour José Bové,  “ Tant que les États rechigneront à prendre leurs responsabilités, on n’aura pas de cadre juridique clair sur les OGM en Europe. Ca ne peut plus durer, alors même que les nouveaux OGM sont sur la table des discussions. La situation doit également être clarifiée vis-à-vis des importations agricoles de l’UE : aucun OGM, qu’il vienne d’Afrique[1] ou d’Amérique du sud ne doit passer au prétexte de nourrir à bas prix nos animaux de ferme.”

Le 6 octobre dernier, Le Parlement européen s’est opposé [2] à ces trois autorisations de culture de maïs génétiquement modifiés. La responsabilité de les bloquer est désormais entre les mains des États-membres... et des citoyens.   


[1] Le Parlement européen a voté en juin 2016 un rapport dénonçant, entre autres problèmes, l’utilisation du partenariat public/privé “Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition” pour forcer la culture d’OGM en Afrique, contre l’avis des gouvernements locaux.

[2] Oppositions au placement sur le marché de semences de maïs BT11, de maïs 1507, et de maïs Mon810

 

GGO’s en kromme redeneringen


Binnenkort legt de Europese Commissie drie verordeningen over genetisch gewijzigde organismen (ggo’s) voor aan haar Expertencomité voor planten, dieren, voeding en voeders. Elke verordening houdt een hernieuwde toelating in van bestaande ggo-maïsteelten. Het gaat om de gekende MON810 maïs van Monsanto (resistent tegen de stengelboorder, en vooralsnog de enige in Europa toegelaten ggo), de BT11-maïs van Syngenta (die produceert de Bacillus thuringensis tegen de stengelboorder en is resistent tegen verschillende herbiciden) en de TC1507-maïs van DuPont (resistent tegen stengelboorder en diverse herbiciden). Deze drie gewassen dienen als veevoeder.

Het Expertencomité, met afgevaardigden uit alle lidstaten, kan de voorstellen van de Commissie aanvaarden of weigeren maar heeft daarvoor een gekwalificeerde meerderheid nodig. De eerste discussies enkele jaren terug - toen over de toelating van de TC1507 - gingen over de schadelijkheid voor het milieu (vooral het effect op bijen) en waren dermate controversieel dat de Commissie het voorstel uiteindelijk terugtrok.

Maar vorig jaar veranderde de situatie door nieuwe Europese regelgeving. Elke lidstaat kan voortaan een ggo op het eigen grondgebied verbieden via de zogenaamde ‘opt-out procedure’, ook al is die ggo officieel wél in Europa toegelaten. Vandaag hebben 17 lidstaten de eerste fase van deze opt-out al ingeroepen. Milieurisico's, de lokale economie of biologische landbouw zijn de voornaamste redenen om deze maïs van hun grondgebied te weren.

“De redenering van de Europese Commissie bij die opt-out procedure’ is dat lidstaten die op hun eigen grondgebied een ggo kunnen verbieden, tegelijk de toelating op Europees niveau niet langer zullen tegenhouden. Maar hoe krom is dat? Waarom zouden lidstaten zo’n hypocriete houding aannemen? Als je wil dat er geen ggo’s komen, dan zorg je er toch voor dat ze niet geteeld kunnen worden in de EU? Klaar! Milieuproblemen stoppen echt niet aan de grenzen!” zegt Bart Staes, Europees parlementslid voor Groen.

Inderdaad, de lucht- en watervervuiling door het gebruik van pesticiden in samenhang met deze ggo’s, zal ook in de buurlanden merkbaar zijn. Onrustwekkend in Spanje (het enige Europese land waar op relatief grote schaal ggo’s geteeld worden) is bijvoorbeeld dat teosinte, een maïs-minnend onkruid, zich naast de MON810-maïs ontwikkelde tot een super-onkruid met dezelfde resistentie. De inschatting van de Europese voedselveiligheidsautoriteit (EFSA), dat de Spaanse overheid ervoor zal zorgen dat teosinte zich niet verder verspreidt, is - zacht uitgedrukt - nogal naïef. Teosinte verspreidt zich onrustwekkend snel. Zo is er bewijs dat het kruid recent is opgedoken in het Zuiden van Frankrijk en niets wijst er voorlopig op dat die dit vanzelf zal stoppen.

“Als wij niet willen dat ggo’s ons milieu vervuilen, dan lijkt het me evident dat we ook niet willen dat ze onze buurlanden vervuilen, of Afrikaanse[1] of Zuid-Amerikaanse landen, enkel en alleen om ons vee goedkoop te kunnen voederen met genetisch gewijzigde gewassen,” vindt Bart Staes.

Het Europees parlement keurde op 6 oktober jl. nog drie bezwaren[2] goed tegen deze gewassen. De bal ligt dus nu in het kamp van de lidstaten.


[1] Het Europees Parlement wees in juni 2016 via een resolutie op het probleem van (o.a.) de privaat-publieke samenwerking ‘De nieuwe alliantie voor voedselzekerheid en voeding’ die in Afrika ggo’s opdringt tegen de wil van de lokale overheden in.

[2] Bezwaar tegen het op de markt brengen van genetisch gewijzigd BT11-maïszaad, 1507-maïszaad en het zaad van de MON810-maïs.

 

Personne de contact

Téléphone Bruxelles
+32-2-2833110
Téléphone Strasbourg
+33-3-88164150

Personne de contact

Téléphone Bruxelles
+32-2-2833110
Téléphone Strasbourg
+33-3-88164150

Merci de partager