Vietnam river boat
@christiane ahumada

Communiqué de presse


fr | en | de

L'UE s'entête avec des accords commerciaux qui la mettent en porte-à-faux

Accord de libre-échange UE/Vietnam


Le Parlement européen a donné son feu vert aux accords de libre-échange (ALE) et de protection des investissements (API) entre l’Union européenne et le Vietnam signés en juin 2019.
 
Il s’agit du premier accord commercial de nouvelle génération signé avec un pays en voie de développement. Alors que l’ALE ne doit être ratifiée que par l’UE, l’API doit l’être également par tous les États membres.
 
Déclaration de Saskia Bricmont, membre de la Commission du Commerce international en charge du dossier :
 
« Le Parlement se rallie à l'obstination de la Commission européenne et d'une majorité d'États membres pour poursuivre une politique commerciale aux antipodes du Pacte vert européen et du rapport adopté il y a moins d’un mois sur la promotion par l’UE des droits humains dans le monde.
 
L’UE refuse de considérer que la perspective d’un accord, dont les Vietnamiens seraient les grands bénéficiaires*, constituerait un incitant pour introduire de réelles réformes démocratiques au Vietnam.
Certes, le Code du travail a été amendé. Mais des questions subsistent sur l’impact réel de cette révision, d’autant que le code pénal décrié par les Nations unies continue d'être un obstacle à la liberté d’expression et d’association.  Dès lors, les activités des syndicats et les journalistes indépendants resteront brimés. Enfin, les Verts sont également préoccupés par la déforestation illégale, la pêche non durable et le trafic d’animaux.
 
En dépit de tous ces éléments et d'une enquête en cours sur le conflit d’intérêts présumé du rapporteur initial, le Parlement n’a pas jugé bon de reporter ce vote.
 
Ce nouvel accord commercial soutenu par une vaste majorité de députés, y compris socialistes, met l’UE en porte-à-faux. Sans refonte de notre politique commerciale, nous tuons dans l'oeuf le Green Deal mais aussi nos objectifs dans le domaine des droits humains. Pas plus tard que demain, notre Parlement adoptera pourtant un rapport** préconisant que ces droits soient placés au cœur de la politique commerciale..."

 

(*) selon une étude d’impact économique de la Commission

(**) Proposition de résolution - Les priorités de l’UE pour la 64e session de la Commission de la condition de la femme des Nations unies