Communiqué de presse


fr | en | de

Aéroports

Les eurodéputés rejettent la libéralisation des services d'assistance en escale mais ne règlent pas le problème des nuisances sonores


Les députés membres de la commission des transports du Parlement européen viennent de voter deux nouvelles propositions législatives de la Commission européenne sur les aéroports, l’une relative à la gestion du bruit des avions et l’autre aux services d’assistance en escale. Les Verts, qui regrettaient la place accordée par ces propositions à l'expansion des aéroports aux dépens des intérêts des citoyens, des standards sociaux et environnementaux, accueillent favorablement le vote de rejet de toute libéralisation supplémentaire des services d'assistance en escale et déplorent que la proposition de législation sur le bruit des avions n’ait pas subi le même sort. 

A l'issue du vote, Isabelle DURANT a estimé que:

« Les députés européens ont aujourd'hui voté contre la proposition de la Commission européenne visant à libéraliser davantage les services d'assistance en escale. Ils ne répondent cependant pas aux préoccupations des employés des aéroports concernant les normes sociales et les questions liées à l'emploi. Les mauvaises conditions de travail pour le personnel au sol minent la qualité des services et ont des conséquences inacceptables sur la sûreté et la sécurité. Les conditions de travail précaires sont contraires aux intérêts des travailleurs et des passagers.

La seule chose qui semble motiver ces propositions de la Commission sur les aéroports, ce sont leurs problèmes de capacité, à l’exclusion des enjeux non moins importants que sont la santé et la qualité de vie des citoyens impactés par leurs activités et l’environnement en général.

Bien que les parlementaires aient marginalement modifié la proposition sur le bruit dans les aéroports, le résultat final demeure totalement insuffisant en termes de protection des habitants vivant dans les environs d’un aéroport. Les députés ont même fini par approuver le droit de regard et d’annulation demandé par la Commission européenne en matière de dispositifs locaux de lutte contre le bruit. Si cette proposition est également adoptée par la plénière du PE et le Conseil, cela signifie qu’il sera dorénavant possible pour la Commission européenne d’annuler les mesures de limitation du bruit à la source décidées par les aéroports ou par leurs autorités de tutelle dans l’intérêt des populations exposées aux nuisances des avions et notamment aux vols de nuit.

Pour les Verts, l’Union européenne ne peut ignorer plus longtemps les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé en matière de nuisances sonores liées aux transports aériens. L’impact du bruit, et en particulier des vols de nuit, sur la santé n’est plus à démontrer. Ce n’est pas juste une question de confort, mais bien une question de mort prématurée pour des centaines de milliers d’européens exposés à des nuisances sonores excessives. Il est urgent que l’Union Européenne se dote de véritables normes de protection contre le bruit, à l’échelle de l’Union. Il ne s’agit pas d’imposer à tous les opérateurs les mêmes dispositifs de lutte contre le bruit, mais bien d’offrir une protection adéquate à l’ensemble des citoyens européens, en évitant par là-même les problèmes de dumping environnemental et de concurrence déloyale que pose l’absence actuelle de socle commun en la matière. »


Merci de partager