Communiqué de presse


fr | en | de

Piles et substances nocives

Les eurodéputés rechargent les règles européennes


Ce mercredi 20 mars, la commission de l'environnement du Parlement européen a voté en faveur de propositions visant à réviser la législation européenne sur les piles et batteries. Les Verts au Parlement européen se félicitent des résultats du vote de la commission de l'environnement et de la santé publique. 

S'exprimant au nom du Groupe des Verts/ALE, Michèle RIVASI a estimé que: 

"Le vote d'aujourd'hui sur l'utilisation des piles garantira plus de sécurité et plus de respect pour l'environnement; les députés européens membres de la commission de l'environnement ont  en effet décidé de  recharger les règles européennes sur les piles et les substances nocives.

Des solutions alternatives plus sûres et de meilleure qualité concernant le cadmium dans les piles ou les instruments électriques sont déjà disponibles, cela n'a aucun sens de continuer à autoriser l'utilisation de ces substances nocives. Des dérogations à   la réglementation européenne,  interdisant l'utilisation du cadmium et du mercure,  devraient être levées à la suite du vote d'aujourd'hui. Cela signifie également que ces substances ne pourront plus être utilisées dans les piles (pour le mercure à partir de 2015 et du cadmium à partir de 2016).

Plus important encore, les députés européens ont également décidé de faciliter le recyclage des piles en vue d'une réutilisation et d'une élimination plus sûre des piles dans les appareils. Au cas où il ne serait pas facile de retirer des piles d'un appareil, cela devrait alors être assuré par des professionnels  (et non seulement les fabricants). Cela permettrait de briser le monopole des constructeurs et faciliterait grandement la chaîne de gestion des déchets de ces dispositifs.

J'espère que le résultat de ce vote sera identique en session plénière du Parlement européen et que les gouvernements de l'UE en feront de même afin de garantir que ces nouvelles règles puissent entrer en vigueur dès que possible."