Communiqué de presse


fr | de | en

CETA - Expulsion de José Bové par le Canada

Pas de libre expression sur le libre-échange !


Le Président du groupe Verts-ALE vient d’adresser une lettre (voir ci-après) au Président du Parlement européen, Martin Schulz suite à la décision des autorités canadiennes d’interdire au député Verts-ALE José BOVÉ l’accès à leur territoire.

José Bové était invité à Montréal par le Conseil des Canadiens, le Réseau québécois sur l'Intégration continentale (RQIC), Vigilance OGM, l'Union nationale des fermiers, l'Union paysanne et Stop oléoduc pour intervenir sur l’accord de libre- échange CETA que l’UE et le Canada s’apprêtent à signer le 27 octobre UE (CETA ). 

Déclaration de Philippe LAMBERTS, Président du groupe Verts-ALE :

« Cette expulsion injustifiée de José Bové n’est pas un fait mineur. Elle montre l’inconfort de dirigeants qui s’apprêtent à signer le 27 octobre un accord de libre-échange de plus en plus contesté. Mais il fallait quand-même oser en arriver à la censure du débat  ! Pour les défenseurs du CETA, la liberté concernerait avant tout les biens  et services , pas les individus ni leurs déplacements sur le territoire canadien.

Faudra-t-il bientôt décréter des variantes de l’État d’urgence pour que le libre-échange puisse suivre son cours sans être entravé par la liberté d’expression ? »