windmills
nicholas-doherty

Communiqué de presse


fr | en | de

État de l'union de l'énergie

Déclaration de Michèle Rivasi


Déclaration de Michèle Rivasi, rapporteure du Parlement européen sur la gouvernance de l'Union de l'énergie, suite à la Communication* de la Commission européenne de ce mardi : 

 

« Si la taxation de l’énergie a effectivement un rôle essentiel à jouer, il n'empêche que la Commission européenne a manqué de rappeler aux gouvernements européens leur engagement en faveur des objectifs 2030 en matière d'énergie renouvelable (au moins 30 %)  et d'efficacité énergétique(au moins 32,5%). L'absence de résultat sur les objectifs énergétiques et climatiques fixés pour 2030 compromettrait sérieusement la transition vers une  économie basée sur zéro émission et 100% d'énergies renouvelables d’ici 2050."

"Il était temps de mettre à l’agenda la question de la refonte du traité Euratom demeuré inchangé depuis sa signature par les six pays fondateurs en 1957. Ce traité, dont le seul but est de promouvoir l’énergie nucléaire, est antidémocratique et obsolète. Il est doté d'une personnalité juridique distincte du reste de l'UE. Le Parlement européen n’a pas de pouvoir de co-décision. Ce Traité est hors des réalités actuelles. Les accidents, mais aussi la rationalité économique ont fait pencher les États vers une sortie du nucléaire. La Finlande, la France et le Royaume-Uni restent les seuls favorables au nucléaire. L’Italie, les Pays-Bas, l’Allemagne, en tant que coauteurs du Traité, ont déjà arrêté ou vont arrêter leur production d’électricité nucléaire. Quant à la Belgique, les fermetures temporaires de ses réacteurs nucléaires se multiplient. Il est temps d'en finir avec l’exception nucléaire et de mettre cette énergie au rang des autres secteurs énergétiques.

La Commission européenne reconnaît finalement le déficit démocratique d'Euratom. Ce qu'elle propose demeure cependant inadéquat: créer un groupe d'experts de haut niveau pour proposer des modifications d'Euratom après 2025. La Commission maintient donc l’opacité alors qu'il est nécessaire que les États et le Parlement européen s'emparent de la question. Enfin, je regrette que la Commission européenne  continue d'intégrer le nucléaire dans tous les scénarios " net-zero emissions" d'ici 2050. On est en droit de s'interroger sur la crédibilité de ses projections... À moins qu'elle n'estime réaliste de tabler sur la construction d’une quarantaine d’EPR avec la collaboration de Rosatom ou sur la prolongation à l'infini de nos vieilles centrales ? »

* La Communication « une prise de décision plus efficace et démocratique dans la politique énergétique et climatique de l'UE » met l’accent sur l'importance  de la taxation de l’énergie. La Commission appelle également les dirigeants de l'UE à "s'engager activement" dans une refonte du traité Euratom, vieux de 62 ans, qui régit l'énergie nucléaire.