Communiqué de presse


COP21/ Financements pour le Climat

L'UE sera-t-elle aussi exemplaire qu'elle le clame?


Le financement de la lutte contre la dérèglement climatique était à l'ordre du jour du Conseil Ecofin réunissant les 28 Ministres européens des finances ce mardi 10 novembre.

Réaction de Yannick JADOT, Porte-Parole Verts-ALE pour le climat et membre de la délégation officielle du parlement européen à la COP21:

" A moins de trois semaines du début des négociations de Paris censées sceller un accord contraignant et ambitieux sur le climat, les Ministres des finances de l'UE se contentent d'un signal flou sur l'engagement financier de l'UE dans la lutte contre le dérèglement climatique. Ceux-ci se sont limités à s'engager sur le principe d'une mobilisation financière sans avancer le moindre chiffre ou la quelconque mesure à déployer.

Même mollesse de leur message à l'égard du secteur privé alors qu'il faut les inciter au désinvestissent de leurs portefeuilles sales tout en offrant des perspectives aux investissements favorisant l'émergence d'une économie décarbonée.

En tant qu'écologiste, et comme défendu par le Parlement européen lors du vote de sa résolution du 14 octobre dernier (1), les actions à entreprendre sont connues et doivent être engagées au plus vite.

Premièrement, la mise en place d'une feuille de route pour l'élimination progressive des subventions aux énergies fossiles à l'horizon 2020 en s'attaquant tout d'abord au charbon. Deuxièmement, répondre à la demande des pays en développement qui préconisent l'équilibrage entre le financement de l'adaptation et de l'atténuation avec au moins 50% pour l'adaptation. Enfin, l'instauration de révisions régulières (tous les 5 ans) des contributions financières afin d'assurer la prédictibilité et la cohérence des flux financiers de manière transparente et démocratique.

L'Union européenne doit impérativement se positionner de manière ferme sur la question du financement climatique post-2020. Aspect crucial des négociations de Paris, ce financement est aussi ce qui permettra la transition énergétique des pays en voie de développement, les plus vulnérables au dérèglement climatique alors qu'ils n'y ont pas contribué. Voyons maintenant la position que prendront les chefs d'État ou de gouvernement lors du G20 d'Ankara les 15 et 16 novembre prochains. "

(1) http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P8-TA-2015-0359+0+DOC+XML+V0//FR