Communiqué de presse


fr | en | de

Budget

Le Parlement européen approuve un budget déséquilibré et insuffisant pour l'Union Européenne


Le Parlement européen a voté aujourd'hui l'adoption d'un accord sur le budget de l'UE pour 2012. Les Verts au PE ont critiqué cet accord, qui revoit à la baisse des propositions initiales de la Commission européenne (1) malgré les responsabilités croissantes attribuées aux institutions européennes. Le Groupe des Verts au PE est également préoccupé par les dépenses prévues dans des domaines clés, notamment le financement disproportionné pour le nucléaire par rapport au financement des technologies favorisant des technologies d'énergies sûres et durables.

Après le vote,  Isabelle Durant, Vice-présidente du PE et membre de la commission du budget, a estimé que:                  

" L'approbation par le Parlement européen du budget de l'UE revoit à la baisse les ambitions de l'UE et ses possibilités pour une réponse européenne à la crise. Le budget de l'UE est un instrument clé pour l'investissement européen en vue de stimuler la relance économique européenne en réponse à la crise et à la rigueur budgétaire qu'elle impose aux budgets nationaux. Au lieu de soutenir les efforts et la mutualisation des moyens européens pour soutenir l'économie réelle, cet accord réduira hélas les capacités réelles de l'UE ainsi que  sa marge de manœuvre."  

"Il est également regrettable de constater l'insuffisance de moyens qui resteront affectés à la stratégie 2020, présentée comme LE grand projet de l'UE de la décennie, en particulier dans ses aspects sociaux. La mettre en danger risque fort de nous amener, à la veille de l'échéance de 2020, à constater, une fois encore, l'échec patent d'une stratégie intégrée."

" Les dépenses proposées dans des domaines clés n'assureront pas la transformation durable de l'économie européenne. Au lieu de faire de l'investissement dans les technologies et les énergies vertes une priorité, le budget alloue un montant disproportionné au nucléaire.  Le financement du projet ITER (fusion nucléaire) en est une parfaite illustration et constitue une véritable  bombe à retardement budgétaire. Alors que dans tous les domaines des coupes parfois aveugles sont opérées, le Conseil s'entête à refuser de réévaluer ce projet. Alors même qu'on ne peut en attendre une commercialisation qu' en 2050 au mieux, voire jamais, le Conseil persiste en sacrifiant sur l'autel d'ITER une vraie stratégie durable, porteuse également en matière d'emploi, dans le domaine des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique. "

(1) Le budget augmentera d'environ 1,9% par rapport à 2011, bien inférieur au montant proposé par la Commission européenne ou la position énoncée par le Parlement européen le mois dernier, quand les députés européens ont voté pour une augmentation de 5,2% afin de refléter les compétences croissantes de l'UE.


Merci de partager