State of the Union debate - President of EU Commission von der Leyen
Photo European Union

Communiqué de presse


fr | en | de

L’UE doit agir sur les réfugiés, le climat et l'État de droit

État de l’UE


Dans le cadre du débat sur l’«État de l’Union européenne » entre la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen et les membres du Parlement européen, le groupe des Verts-ALE réclame le soutien aux réfugiés, la protection du climat ainsi qu’un mécanisme permanent contraignant pour faire respecter l'État de droit dans l'UE.
 
Déclaration de Philippe LAMBERTS, Président du groupe des Verts-ALE :
 
" L'UE doit mettre fin à l'érosion de la démocratie. Les atteintes à la liberté de la presse et à l'indépendance judiciaire en Pologne et en Hongrie se déroulent sous nos yeux. Refusons une fois pour toutes de les laisser nous conduire à l'abandon de l'État de droit. Nous avons besoin, de toute urgence, d'un mécanisme permanent et contraignant pour garantir l'État de droit et permettre ainsi aux Européens de se reconnaître dans une Union de valeurs et pas simplement un marché. "
 
"L’UE doit relever une multitude de défis. Nous serons aux côtés de la Commission européenne dans sa lutte contre l'affaiblissement de l'État de droit et la menace d'un effondrement du climat, dans sa bataille pour la reconstruction économique et la cohésion sociale. Si nous ne relevons pas ces défis, notre Union continuera à se détériorer de manière irrémédiable. "
 
"Avec le Green Deal, Ursula von der Leyen, a fait un pas en avant audacieux et a semé les graines d'une réorientation profonde des politiques de l'UE.
En faisant du Green Deal le cœur du plan européen de relance, elle a démontré une capacité à s’affranchir des pressions exercées à l’encontre de ce projet.
Le moment est maintenant venu de passer des paroles aux actes. Le "Green Deal" doit se traduire par des objectifs audacieux et contraignants dans les domaines du climat, de la biodiversité et de la préservation des ressources. Quant aux trous noirs du "Green Deal"; à savoir la politique agricole commune et la politique commerciale, leur révision fondamentale s'impose afin de les rendre compatibles avec ce Green deal. »
 
"Enfin, la Commission européenne doit utiliser tous les leviers à sa disposition pour obliger les grandes entreprises à payer ce qu'elles doivent à nos sociétés."
 
"Chaque fois que la Commission aura le courage d'agir avec audace, nous nous engageons à lui apporter notre soutien."