Communiqué de presse


fr | de | en

Sommet européen

Pas d’orientations claires sur l’emploi et l’économie mais maintien du cap vis-à-vis de la Russie


La présidente du groupe Verts-ALE, Rebecca Harms, présente à Bruxelles, a commenté les résultats du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement européens:

" Si ce sommet n’a pas été l’occasion de grandes décisions en matière d’emploi et de relance économique, il aura au moins servi à faire émerger une Union européenne unifiée en matière de politique étrangère. Les sanctions économiques contre la Russie seront maintenues. Persévérer avec fermeté sur la voie diplomatique envers la Russie sans se laisser intimider par les provocations militaires de Poutine est pertinent.  L’UE doit s’assurer du respect du Protocole de Minsk par la Russie pour aboutir à une solution pacifique dans la région du Donbass de l'Ukraine. Pour éviter une catastrophe humanitaire dans l'est de l'Ukraine pendant les mois d’hiver, l’UE et le gouvernement ukrainien devront travailler ensemble. Le gouvernement russe et les dirigeants séparatistes ne peuvent entraver le travail de la Croix-Rouge et autres organisations internationales. L'UE doit également aider l'Ukraine à accomplir ses réformes  et à lutter contre la corruption, en fournissant, notamment, une aide financière.

Quant au plan d’Investissement proposé par Juncker, même si l’idée est bienvenue,  pour lutter efficacement contre le chômage et la récession, ce plan doit être convaincant. Or, ni le dispositif proposé par Juncker ni les projets déposés les états membres ne le sont. Difficile de dégager une stratégie européenne cohérente d’investissements de la liste hétéroclite des projets nationaux. Sans parler de la nature des projets d’investissement dont une grande partie ne répond pas à l’ambition de développer une économie orientée vers le futur. Il est évident qu’un plan d’investissement crédible requiert des investissements communs destinés à la modernisation et à la durabilité de l'économie européenne.  Outre l'économie numérique, la transition énergétique est cruciale. Celle-ci implique d’investir dans l'efficacité énergétique, les énergies renouvelables et les réseaux. Le Président de la Commission européenne devra donc travailler activement avec les états membres pour donner une orientation précise aux investissements. 

Le redémarrage européen dépendra en grande partie de la qualité et de la consistance du plan européen d'investissement. C'est là que nous devons concentrer l'essentiel de notre énergie.  Nous trouvons donc la volonté du Conseil d'accélérer les négociations controversées UE-USA TTIP assez préoccupante. Un accord vendu comme étant   la solution miracle aux maux économiques européens.  Une stratégie de fuite en avant qui évite de s'attaquer aux problèmes de fond et  fait l'impasse sur les normes environnementales, sociales et la santé au détriment  de l'intérêt des Européens.  Faut-il y voir l'échappatoire à un plan d'investissement mal conçu auquel personne ne croit déjà plus?"