Ilham Tohti
Ilham Tohti

Communiqué de presse


fr | en | de

Le Parlement européen alerte sur la situation dramatique des Ouïghours au Xinjiang

Prix Sakharov/ Ouïghours


Ce mercredi 18 décembre, le Parlement européen a décerné le Prix Sakharov 2019 au prisonnier politique chinois, Ilham Tohti.

En novembre dernier, dix-sept médias publiaient l'enquête du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) nous plongeant dans l’horreur du projet orchestré par le gouvernement chinois dans la région du Xinjiang. Un million de Ouïghours y seraient internés de façon préventive et sans procès, dans le cadre d’une vaste campagne d’anti-terrorisme.

À l’initiative du groupe des Verts /ALE, le Parlement européen adoptera demain une résolution* sur la situation des Ouïghours en Chine et les révélations ‘China-cables’.

 

Déclaration de Salima YENBOU, membre de la Commission Affaires étrangères :

« Le Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit décerné cette année à Ilham Tohti permet au Parlement Européen d’alerter sur la situation dramatique des Ouïghours au Xinjiang. Comme sa fille Jewher Ilham nous l’a rappelé lundi 16 décembre 2019 lors d’un échange de vue officiel au Parlement européen, son père Ilham Tohti, dont on ignore s’il est encore en vie, est tout sauf un radicalisé. Loin des accusations du gouvernement chinois à son encontre, il n’a en effet cessé de promouvoir le dialogue, la non-violence et la réconciliation.

À travers le drame de la famille Ilham se dessine la tragédie de toute une population, celle des Ouïghours. L’Union Européenne, premier partenaire économique de la Chine, se doit de ne pas détourner le regard ! »

 

Déclaration de Mounir SATOURI, membre de la Sous-commission des droits humains :

« Si l’UE parlait d’une seule voix sur la scène internationale, elle aurait les moyens de ses ambitions en matière de droits humains. L'entreprise contre les Ouïghours est concentrationnaire, elle doit être dénoncée comme telle par tous les Etats membres.

Nous appelons à des sanctions ciblées contre l'importation de produits fabriqués dans ces camps d'internement. La fermeture des camps du Xinjiang, la libération des prisonniers politiques et la libre expression de la société civile doivent être à l’ordre du jour.

Enfin, nous appelons les États membres et les entreprises européennes à s’abstenir de toute exportation et de tout transfert de technologie de biens et services pouvant permettre à la Chine d’améliorer son appareil de cyber surveillance et de profilage prédictif. »

 

*Resolution on the situation of the Uyghur in China (China Cables): https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/B-9-2019-0247_EN.html