Syrian and Iraqi refugees arrive from Turkey to Lesbos, Greece
Ggia (CC BY-SA 4.0)

Communiqué de presse


fr | en | de

Les Verts/ALE demandent la relocalisation des réfugiés de Grèce

Réfugiés


Damien CARÊME, député européen en charge des questions d’asile et de migration, réagit :

« La réponse européenne aux tentatives de chantage du président Erdogan ne doit pas être la violence à l’égard des réfugiés. Pour éviter le naufrage de l’Europe, les gouvernements des États membres doivent relocaliser d’urgence les réfugiés de Grèce, de manière solidaire et équitable - et pas seulement les enfants même si c’est un premier pas bienvenu. Les conditions inhumaines dans les camps grecs surpeuplés et la violence à l’égard de celles et ceux qui cherchent une protection doivent prendre fin immédiatement, grâce à des quotas de relocalisation et des procédures claires. La France doit montrer l'exemple.

La suspension du droit d’asile par la Grèce et les refoulements aux frontières ne sont pas seulement inhumains, mais aussi illégaux. C’est contraire aux Traités européens et au droit international. En refusant de condamner ces agissements, l’Union européenne entre elle aussi dans l’illégalité la plus totale.

Il est temps que la Présidente de la Commission Ursula von der Leyen fasse respecter le droit d’asile et les valeurs de l’Union. Il est temps aussi de mettre fin aux attaques des militants d’extrême-droite à Lesbos contre les réfugiés, les ONGs et les journalistes.

L’UE et ses gouvernants doivent prendre leurs responsabilités plutôt que de s'en défausser en faisant un chèque à la Turquie. Relocalisations d’urgence et réforme du système de Dublin pour un régime d’asile plus solidaire sont indispensables. C’est en assumant ses responsabilités et en honorant ses valeurs, avec clarté et pédagogie, que l’UE, la France et l'Allemagne en particulier, combattront l’extrême-droite, pas en lui donnant raison. »