Communiqué de presse


fr | en

Italie : Référendum

Matteo Renzi joue perso et perd !


 Réaction du Président du groupe Verts-ALE, Philippe LAMBERTS :

« Il est évident qu’une réforme du système politique italien, trop complexe et parmi les plus onéreux d’Europe, est nécessaire. Mais celle proposée par le Premier Ministre italien consistait surtout à affaiblir le pouvoir législatif en coupant les ailes au Sénat au profit de la branche exécutive. Combinée à la prime exorbitante au parti arrivant en tête des élections en vertu du code électoral italien, cette réforme aurait octroyé des pouvoirs démesurés au président du conseil.

Il y avait donc de bonnes raisons de voter non et il est regrettable d’avoir caricaturé cette campagne comme celle opposant les politiques responsables aux populistes irresponsables ou encore les pro- aux anti-européens. Plus grave, l’agressivité du langage politique traduisant une tendance généralisée dans l’UE à banaliser les discours de haine.

Matteo Renzi a péché par orgueil en faisant de ce référendum un enjeu doublement personnel : renforcer son proper pouvoir et récolter l’adhésion des Italiens sur base de sa personne. Une erreur similaire à celle de David Cameron au moment du référendum sur le Brexit.

Il porte désormais la responsabilité de l'instabilité politique du pays dans un contexte de crise aigüe des banques italiennes. Certes, les politiques macro-économiques ineptes menées en Europe (politiques budgétaire austéritaire et monétaire ultra-laxiste) n'ont en aucun cas permis d’améliorer leur sort. Mais aucun gouvernement n’a entrepris l’assainissement du secteur qui souffre, comme ailleurs en Europe, des liens incestueux avec l'establishment politique.

L’urgence à présent est d'éviter les réactions en chaîne dont un référendum mettant en danger la cohésion de l'Euro et, partant, celle de l'Union Européenne.

Enfin, avec 28% de personnes exposées au risque de pauvreté ou d'exclusion sociale (32% des enfants de 0 à 17 ans), les gouvernements italiens à venir auront l’obligation de concentrer leurs efforts sur les réformes économiques et sociales menant à une prospérité durable et partagée. »