Communiqué de presse


Moins d’austérité, meilleur accès aux droits

offensive du Parlement européen sur l’emploi des jeunes


Le Parlement vient d’adopter une résolution concernant l’action européenne en matière de lutte contre le chômage des jeunes, dans la perspective de la prochaine réunion du Conseil européen, qui aura lieu les 27 et 28 juin 2013.

Pour Karima Delli, Députée européenne Europe Écologie – Les Verts et membre de la commission de l’Emploi et des affaires sociales :

« Je me réjouis du message envoyé aujourd’hui par les eurodéputés aux chefs d’État et de gouvernement européen, qui dénonce les politiques d’austérité prises depuis le début de la crise comme un obstacle majeur à l’emploi des jeunes.

C’est un réveil tardif mais réel : on ne peut pas continuer de s’apitoyer sur le sort des jeunes en approuvant en même temps les coupes budgétaires dans l’éducation et la protection sociale !

Les eurodéputés se sont ralliés à la vision écologiste, lorsqu’ils soulignent que c’est en améliorant l’accès des jeunes à leurs droits sociaux qu’on arrivera à leur remettre le pied à l’étrier : accès à un logement décent, au revenu minimum, à la santé, à une formation qualifiante ou un emploi stable, à l’éducation, bref, accès à l’autonomie !

Enfin, le Parlement donne le feu vert à la Commission européenne pour qu’elle étudie la faisabilité d’un fonds d’assurance chômage européen. C’est un signal fort d’une Europe solidaire envers ses jeunes qui ne trouvent désespérément pas d’emploi : plus de 5 millions et demi de jeunes européens sont au chômage, et 14 millions ne sont ni en emploi, ni en formation.

Le Conseil doit prendre en compte les propositions d’action proposées par le Parlement lors du prochain Sommet européen. Il doit notamment s’engager sur un budget ambitieux en faveur de la jeunesse : le coût de sa mise à l'écart est de 150 milliards d'euros par an pour l'économie européenne, alors que le coût de la mise en place de la « Garantie jeunesse » est estimé à 21 milliards d’euros par l’OIT. Les 6 milliards proposés par le Conseil ne sont donc qu’une goutte d’eau dans un océan de détresse. Le compte n’y est pas ! »