New Commission presentation
Presentation European Commission 2019 © European Union, [2019] – Source: European Parliament

Communiqué de presse


fr | en | de

Ni un chèque en blanc ni un carton rouge

Le groupe des Verts-ALE s'est abstenu lors du vote sur la Commission européenne


Le Parlement européen s’est prononcé aujourd’hui en faveur de la nouvelle Commission européenne présidée par Ursula Von der Leyen. Le groupe des Verts-ALE s'est, pour sa part, abstenu.

Pour les députés Verts-ALE, le choix de certains Commissaires, dont le Hongrois et la Croate, demeure hautement questionnable. Ils estiment également que le lien établi, pour le portefeuille du Commissaire grec, entre le mode de vie européen et la politique migratoire est inapproprié.  

Plus fondamentalement, la simple reconduction de certaines politiques, notamment dans les domaines de l’agriculture et du commerce international, leur apparaît incompatible avec les objectifs climatiques et le Green New Deal pourtant affiché comme l’une des priorités de la Commission Von Der Leyen.

Ce scepticisme ne constitue cependant pas un parti pris contre la nouvelle Commission avec laquelle le groupe Verts-ALE est prêt à collaborer sur toute proposition permettant à l’UE d’enregistrer des progrès substantiels dans la lutte contre le changement climatique et pour la justice sociale.

Déclaration de Philippe LAMBERTS, Président du groupe des Verts-ALE :

"Notre groupe a décidé de s’abstenir. Il s’agit d’une abstention raisonnée. Elle traduit , à la fois, nos réserves vis-à-vis de certains Commissaires désignés et de certaines orientations politiques mais, également, notre volonté de collaboration constructive pour remédier au changement climatique, aux inégalités et garantir l'État de droit.

L’urgence climatique nous contraint à l’action et au rassemblement sincère derrière des objectifs concrets, même si Ursula Von Der Leyen n'a pas voulu impliquer les écologistes dans sa majorité.

Nous accueillons favorablement les engagements climatiques de cette nouvelle Commission apparemment résolue à enfin initier un Green New Deal. Mais ceux-ci resteront lettre morte sans modification radicale d'orientation, notamment, des politiques agricole et commerciale. Le changement de paradigme politique est devenu incontournable.

Nous allons donc juger sur pièces et nous nous engageons à soutenir toutes les réformes qui iront dans le sens d’un renforcement de la démocratie européenne et d’une Union capable de configurer ses politiques en fonction de l’accord de Paris.  »