Communiqué de presse


fr | en | de

Nouvelles règles UE pour les subventions publiques à l’énergie

Porte grande ouverte à un retour à l’énergie nucléaire


La Commission de l’UE prépare une révision des règles pour les subventions publiques dans le secteur de l’énergie. Même si les propositions ne devraient être présentées qu’après les élections du Bundestag allemand, les écologistes sont déjà en possession d’un projet des nouvelles règles. Ce texte, qui résulte d'un accord entre les Commissaires européens Almunia et Oettinger, prévoit une limitation du subventionnement des énergies renouvelables et permet le subventionnement de la construction de nouvelles centrales nucléaires.

Rebecca Harms, coprésidente du Groupe des Verts/Alliance libre européenne au Parlement européen déclare ce qui suit :

« Le Club des amis de l’énergie nucléaire entourant les Commissaires UE Oettinger et Almunia est favorable à un revirement dans la politique énergétique. Leur devise : oui à l’énergie nucléaire et si ce n’est pas possible en Allemagne actuellement, que ce soit s’il vous plaît en Grande-Bretagne, en Tchéquie ou n’importe où ailleurs. Grâce aux règles prévues, la construction de nouvelles centrales nucléaires sera à nouveau rendue intéressante. Des groupes nucléaires en déclin seront remis à flot grâce à des subventions publiques élevées accordées durant de longues années.

N’ayant cure des risques et ignorant le caractère non rentable de l’énergie nucléaire ainsi que les coûts astronomiques qu’entraînera la construction de nouvelles centrales nucléaires, ils prônent avec grande détermination un retour au passé atomique. De toute évidence, ils ne se soucient guère de l’opinion de la majorité des citoyennes et citoyens européens.

L’Allemagne a non seulement besoin d’un nouveau gouvernement, mais il lui faudrait enfin aussi un membre ayant le sens des responsabilités au sein de la Commission UE. Merkel et son homme à Bruxelles doivent débarrasser le plancher ! »

Et Claude Turmes, vice président du Groupe des Verts/ALE luxembourgeois et expert énergétique écologiste, d’ajouter :

« Même en ce qui concerne les subventions pour les énergies renouvelables, la proposition des Commissaires Oettinger et Almunia est absolument inacceptable. Les intérêts des multinationales passent avant ceux des citoyens. Le Commissaire Oettinger ne supporte pas le fait que les grands groupes énergétiques en Allemagne détiennent moins de 10% du renouvelable. C’est la raison pour laquelle il souhaite remplacer la loi allemande sur l’énergie renouvelable (EEG), favorable aux citoyens, par un modèle européen d’appels d’offres. Ceci permettra d’enlever le pouvoir des mains des citoyens – personnes privées, agriculteurs et classes moyennes possèdent 90% de tout le renouvelable en Allemagne – pour le remettre entre les mains des centres de contrôle des grands groupes énergétiques.

Sur le plan institutionnel, l’initiative de la Commission est une aberration. En ce qui concerne les énergies renouvelables, elle détourne l’objectif d’une directive adoptée en 2009 par 27 gouvernements et le Parlement européen par la porte dérobée du droit UE sur les subventions. Et pour l’énergie nucléaire, la Commission européenne tente de placer le traité Euratom dépassé, datant de 1957, au-dessus de la législation UE actuelle en matière de marché intérieur et d’environnement. Un non-sens ! »