Communiqué de presse


fr | en | de | es

Forages Offshore

Une occasion manquée pour la sûreté des plateformes pétrolières et gazières européennes


Trois ans après la catastrophe pétrolière de Deepwater Horizon, le Parlement européen a voté aujourd'hui en faveur d'une nouvelle réglementation encadrant les activités des plateformes pétrolières et gazières en haute mer (offshore). 

Pour le Groupe des Verts-ALE, le texte proposé est loin de répondre aux enjeux d'une activité dont les risques démesurés méritent un encadrement exemplaire. 

Suite aux votes, Michèle RIVASI - co-rapporteure de la directive - exprime ses regrets:

“La directive adoptée aujourd'hui a manqué d'ambition et ne permet pas un encadrement fiable des forages offshore dans les eaux européennes. Le cadre réglementaire proposé sera loin de contraindre les pratiques habituelles des opérateurs comme des organisations de certification. Bref le business-as-usual a prévalu, sous l'impulsion de l'industrie et des Etats membres particulièrement intéressés par les forages offshore (Danemark, Hollande, Royaume-Uni): nous devions avoir un règlement, nous écopons d'une directive.

La responsabilité financière de l'industrie devait être étendue aux dommages civils suite au vote du Parlement européen, on ne retiendra que les dégâts environnementaux finalement. L'indépendance des évaluations de sûreté devait elle aussi être assurée, finalement non. Un moratoire sur les forages en Arctique avait été voté en ENVI, et puis quoi encore?! En trilogue, le Conseil européen a tout simplement refusé les améliorations proposées par les écologistes et acceptées par leurs pairs du Parlement européen. C'est un véritable déni de démocratie européenne.

L'ensemble de nos efforts visait à faire sortir la certification des installations du giron national, car ce sont bien les conflits d'intérêts qui avaient mené à la catastrophe dans le Golfe du Mexique. En dotant l'Agence européenne de sécurité maritime (EMSA) de compétences élargies en matière de supervision et de nouvelles prérogatives en matière de certification, nous aurions permis une véritable culture de sûreté européenne, basée sur les meilleurs standards de sécurité. Le risque de marée noire est une menace transfrontalière qui devrait être traitée comme telle. Finalement, nous avons perdu la majeure partie des propositions faîtes en matière de prévention, l'EMSA n'aura finalement qu'un rôle de coordination à jouer après la catastrophe. Un tel manque de volontarisme déçoit forcément."

Explotación de petróleo y gas

El Parlamento Europeo pierde la oportunidad de proteger las aguas del Mediterráneo y de las Canarias


El Parlamento Europeo ha aprobado hoy una nueva Directiva sobre sobre la seguridad medioambiental en la extracción de gas y petróleo en alta mar. Los Verdes lamentan que la Directiva sea poco ambiciosa y no garantice realmente la seguridad ambiental en la aguas de la UE. El Vicepresidente de Verdes/ALE y eurodiputado de ICV, Raül Romeva i Rueda, ha declarado tras la votación:

"Las nuevas normas están muy lejos de proporcionar un marco adecuado que refleje los riesgos derivados de la extracción de gas y petróleo en alta mar. El Parlamento Europeo ha perdido claramente una oportunidad."

"La Directiva no diferencia entre regiones de la UE. Los Verdes pedíamos una moratoria en la explotación de gas y petróleo en zonas sensibles, turísticas y costeras (como las Islas Canarias o el Mediterráneo), donde un derrame de petróleo resultaría devastador para las comunidades locales, la pesca y el turismo. Tampoco se ha adoptado la enmienda en el que pedíamos una moratoria para entornos sensibles como el Ártico. "

"Uno de los déficits de la nueva norma es la ausencia de una estructura significativa de supervisión de la UE. No se dota la Agencia Europea de Seguridad Marítima con ninguna competencia de supervisión, y su papel se limitará principalmente a reaccionar cuando haya tenido lugar un accidente. Además, tampoco se prevé ningún mecanismo de seguridad financera que garantiza que se cubrirá los daños efectuados en el caso de un accidente. "

"Así, la directiva no garantiza que las empresas extractoras en alta mar acaben haciéndose plenamente responsables, tampoco financieramente, si algo va mal. Quien lo terminará pagando, como siempre, son las poblaciones locales y el medio ambiente. Simplemente inaceptable. "