© Thomas Mounsey
fr | en | de
string(3) "198"
Communiqué de presse |

Les promesses doivent être tenues pour éviter le chaos climatique

COP26

Les discussions de la conférence des Nations unies sur le climat ont débouché sur une série de promesses et d'annonces mal définies et insuffisantes pour maintenir l'augmentation de la température mondiale en dessous de 1,5°C. Nous sommes encore loin de réduire nos émissions globales de 45 % d'ici à 2030. Le Groupe des Verts/ALE critique aussi le changement de dernière minute soumis par la Chine et l’Inde pour affaiblir davantage le texte sur l'élimination progressive du charbon et des subventions aux énergies fossiles. En ce qui concerne l'atténuation et l'adaptation au changement climatique, l'Union européenne n'a pas fait assez pour empêcher que les effets du changement climatique ne touchent les personnes vulnérables, principalement dans les pays du Sud. Le Groupe des Verts/ALE appelle les dirigeants à saisir le momentum pour transformer leurs promesses en actions concrètes d'ici la prochaine COP en 2022.

Pour Yannick Jadot, député européen et membre de la commission de l’environnement :

"Que d’atermoiements, que de renoncements pour parvenir à un accord. Des promesses ont été faites, des engagements ont été pris qui doivent se traduire en actes si nous voulons éviter que les 1.5 degrés de réchauffement soient pour la fin de cette décennie.

Sans quoi, avec un texte aussi faible, sans date concrète pour la fin des subventions aux énergies fossiles, l'accord trouvé ce soir risque de rester un simple bout de papier. D'ici à la COP27, il il faudra agir pour réduire l'écart dramatique entre l'objectif de l'accord de Paris, et les engagements actuels des États qui nous amènent vers un réchauffement de 2.4 degrés.

Et cette fois-ci l'Union européenne comme la France doivent être à la hauteur. Fin des financements publics aux projets d'energies fossiles, économies d'énergies, investissements massifs dans les renouvelables, tout cela est indispensable pour atteindre nos objectifs et revenir plus ambitieux l'année prochaine en Egypte. Et ce alors que la France et l'Union européenne ont peiné à jouer un rôle moteur dans cette cop, tentant d'affaiblir la discussion sur la compensation des pays souffrant déjà d'un réchauffement à 1.1 degrés alors qu'ils en sont pas responsables. Sans compter que la possibilité de considérer le nucléaire et le gaz comme des investissements verts, a créé des remous à Glasgow, mettant gravement en cause leur crédibilité. 

Nous avons donc un an, un an de mobilisation, d'actions au Parlement européen, dans nos villes, pour faire de la COP27, le moment où les leaders des pays les plus émetteurs, et de ceux qui ont une responsabilité historique dans le dérèglement climatique, entendent enfin les scientifiques, les syndicats, les associations, la société civile et tous les jeunes qui manifestent pour avoir encore un avenir. A Glasgow, les écologistes, militants, parlementaires ou ministres, ont montré toute leur détermination à faire avancer les négociations. Demain, jusqu'à la COP27, ils continueront à travailler sans relâche pour concrétiser l'Accord de Paris."

Pour Marie Toussaint, députée européenne: 

"La question de savoir si nous serons sur la bonne voie pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 degré dépend de notre capacité à combler le fossé entre les promesses des décideurs et les actions réellement prises. Nous ne pouvons pas nous permettre de continuer à jeter les barils de pétrole par la fenêtre. Les chiffres montrent ce qui nous guette : inondations extrêmes, feux de forêt, famine. C’est la survie même de la planète qui est en jeu. Cette urgence, la société civile l’a très bien saisie, bien plus en réalité que les négociateurs de la COP. Nous avons maintenant un an pour porter les demandes de toutes les personnes qui marchent dans la rue, avant la prochaine COP en Egypte.

La nécessité d'aligner les flux financiers avec l'Accord de Paris était urgente, dont la dette climatique, mais avec une formulation aussi faible et aucune date concrète pour la fin des subventions aux combustibles fossiles, cette déclaration risque de n'être guère plus qu’une énième promesse non tenue.

Pour faire du Green Deal une réalité et tenir les promesses faites à Glasgow, le Groupe des Verts/ALE demande instamment à la Commission européenne de cesser tout soutien aux énergies non renouvelables, notamment à travers les infrastructures énergétiques financées par l'Union. Le gaz fossile et le nucléaire doivent être exclu de la taxonomie. Contrairement à ce qu’Emmanuel Macron prétend, ces énergies ne peuvent être catégorisées comme vertes."

Recommandé

Communiqué de presse

Photo by Mike Benna on Unsplash
Gas pipeline

La Commission présente une liste de projets d'intérêts…

Communiqué de presse

Le Parlement engage une action en justice contre la Co…

Communiqué de presse

Mettre un terme au financement des combustibles fossil…

Communiqué de presse

Daina LE LARDIC © European Union 2021 - Source : EP EP-120473A
VdL, Morawiecki walking into pleanry

La Commission et le Conseil doivent agir en faveur de …

Député(e)s responsables

Yannick Jadot
Yannick Jadot
Député-e
Marie Toussaint
Marie Toussaint
Vice-Président-e

Merci de partager