Communiqué de presse


fr | en | de

Référendum sur le nucléaire en Italie

seconde estocade donnée à Berlusconi


Ce qui semblait être une probabilité est devenu une réalité: le quorum a été très largement atteint. C'est la seconde fois que les Italiens s'expriment sur l'énergie nucléaire, les Verts au Parlement européen félicitent les Italiens d'avoir définitivement tourné la page du nucléaire. En disant non au nucléaire, les Italiens ont également exprimé un non à Silvio Berlusconi et à son gouvernement.  

Réagissant  à l'issue des deux jours de consultation, Daniel COHN-BENDIT, coprésident du Groupe des Verts/ALE au Parlement européen a estimé que:  

"Nous félicitons les Italiens d'avoir dit non à l'énergie nucléaire. Après la catastrophe de Fukushima, l'Allemagne, la Suisse, et maintenant les Italiens, refusent politiquement le nucléaire, c'est un bon signal pour l'Europe. Les pays qui n'utilisent pas l'énergie nucléaire ou ceux qui viennent de décider d'en sortir sont désormais majoritaires. Le moment est venu de remettre en question le nucléaire français.  

Au delà de la question sur le nucléaire, d'autres questions étaient soumises à référendum. Les Italiens ont voté à une écrasante majorité en faveur de l'abrogation de la loi dite "d'empêchement légitime", loi dispensant Silvio Berlusconi de se rendre au tribunal. Il devra, comme tout citoyen italien, se soumettre à la procédure judiciaire normale.  

C'est donc une deuxième bonne nouvelle, l'Italie a dit non au nucléaire et non à Berlusconi, c'est parfait."  

Rebecca HARMS, coprésidente du Groupe des Verts/ALE au Parlement européen a quant à elle souligné que:  

"La semaine dernière, les Verts du Parlement européen ont appelé les italiens à voter "oui "au Référendum des 12 et 13 juin. Nous nous réjouissons donc de ce résultat qui prouve que les italiens redéployent un vrai sens critique par rapport aux turpitudes de Silvio Berlusconi.  

Après les catastrophes de Fukushima et de Tchernobyl, l'on sait que l'énergie nucléaire ne sera jamais sûre, c'est un mode énergétique dépassé et dangereux, il est par conséquent  grand temps de tirer les leçons d'une énergie qui date du temps des dinosaures. L'Italie peut commencer à exploiter son immense potentiel dans le secteur de l'énergie solaire et maintenir ses engagement européens".