Communiqué de presse


fr | de

Sortie du nucléaire en Allemagne

Il faut désormais un grand débat en France avant l'organisation d'un référendum


 Réagissant à la décision de l'Allemagne de sortir du nucléaire d'ici 2022, Daniel COHN-BENDIT, co-président du Groupe des Verts/ALE au Parlement européen a estimé que:

 "Je salue la décision allemande de sortir du nucléaire et invite la France à faire de même. C'était annoncé depuis longtemps, le gouvernement allemand et Angela Merkel ont été complètement secoués par la catastrophe de Fukushima. Ils ont compris que le risque zéro n'existait pas."

Cela veut dire que l'Allemagne va investir dans les économies d'énergie, l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables.

 Je suis favorable à un grand débat en France de manière à ce que la société française puisse s'emparer de cette question tout comme cela fut le cas en Allemagne où la question a été débattue durant des années."

Rebecca HARMS, co-présidente du Groupe des Verts/ALE  a pour sa part rappelé que:

"Lorsque l'on parle de la sortie du nucléaire, il faut également apporter une réponse à la question cruciale du stockage final des déchets radio-actifs. Il s'agit là d'une charge immense qui prendra un temps infini. Les politiques, les scientifiques et la société civile doivent s'y atteler afin d'apporter, ensemble, une solution sérieuse à cette question".