Communiqué de presse


fr | en | de

Glyphosate

Recalé une nouvelle fois, le glyphosate doit être définitivement abandonné


Aucune majorité qualifiée n'a pu se dégager ce 6 juin du comité d'experts représentant les États membres concernant l'extension technique de 12 à 18 mois de  l’autorisation du glyphosate (substance active de l’herbicide Round Up) proposée par la Commission européenne.  Un Comité d’appel prendra le relai fin juin.

Réaction de Michèle RIVASI, Vice-présidente du groupe Verts-ALE, membre de la Commission environnement et santé publique:

«Notre mobilisation avec celle des citoyens continuent de porter leurs fruits. Alors qu'en début d'année, une prolongation de la licence du glyphosate jusqu’en 2031 semblait aller de soi pour la Commission européenne, il s'avère aujourd'hui qu'elle ne parvient même plus à accorder les experts sur une prolongation d'un an et demi. Notre travail de sensibilisation aura au moins servi à faire douter ces experts des États membres sur le bien-fondé d’un tel renouvellement de l'autorisation. Les effets du glyphosate, considéré comme « probablement cancérogène » par l’Organisation mondiale de la santé, semblent les avoir finalement  alertés. Il n'en demeure pas moins vrai que les citoyens, mais également les investisseurs, attendent des signaux clairs sur l'abandon ou non de cette substance. Les experts du gouvernement maltais sont les seuls à avoir voté contre aujourd'hui. Ceux représentant la France se sont par contre abstenus, tout comme l'Italie et l'Allemagne.

A l'heure où la multinationale allemande Bayer est sur le point de racheter le géant américain Monsanto, il serait grand temps de leur opposer un modèle durable en encourageant les agriculteurs de plus en plus nombreux à se tourner vers l’agriculture biologique. L’Union européenne doit donc organiser la sortie du glyphosate et la conversion des  travailleurs de la terre qui ont été acculés à la dépendance des substances chimiques vers un modèle agricole respectueux de l'environnement et de la santé. »