Communiqué de presse


Traité de libre échange avec les États-Unis

Face aux rumeurs sur les doutes de Berlin, Karel De Gucht tente de séduire


Aujourd’hui, vendredi 28 février 2014, les ministres du commerce de l’Union européenne se réunissaient lors d’un conseil informel. Alors qu’hier  la presse allemande révélait l’existence d’une note du gouvernement allemand faisant état de ses inquiétudes vis-à-vis de possibles impacts négatifs de cet accord, Karel De Gucht répond en lançant aujourd’hui une opération séduction auprès des États membres. Son but : qu’ils fassent la promotion des supposés bienfaits de l’accord de libre-échange avec les États-Unis.

Pour Yannick JADOT, député européen EELV et porte-parole du groupe des Verts sur l’accord de libre-échange avec les États-Unis:

« Les promoteurs de cet accord commencent à se rendre compte qu’ils ne pourront pas continuer à négocier dans la plus grande opacité un accord remettant en cause des choix démocratiquement décidés par les européens. Face aux critiques de plus en plus nombreuses de citoyens inquiets et d’ONG, la Commission européenne a déjà dû ouvrir une consultation sur le mécanisme de règlement des différends. Maintenant, ce sont les États, parmi lesquels l’Allemagne, grand promoteur du projet, qui commencent à l’abandonner en rase campagne. Une bonne nouvelle qui ne doit pas occulter le fait que les lobbys américains et européens continuent de travailler à une conclusion rapide des négociations. 

Du coup, les déclarations de François Hollande lors de son voyage aux États-Unis demandant que l’on accélère le rythme des négociations laissent un goût amer, à ceux qui pensaient que le salut viendrait de la France. Une vraie déception !

Face à Karel De Gucht, les États membres ne devront pas se laisser abuser. Cet accord est dangereux non seulement pour notre modèle mais aussi pour la démocratie. Il est encore temps de tout stopper avant le prochain cycle de négociation qui se tiendra à partir du 10 mars prochain. »