Communiqué de presse


fr | en

Approvisionnement de gaz russe vers l’Ukraine

L’UE ne peut accepter le chantage politique de la Russie


Suite à la décision du géant gazier russe, Gazprom, d'interrompre ses livraisons de gaz à l’Ukraine, Rebecca Harms, co-Présidente du groupe des Verts/ALE au Parlement européen, a déclaré :
« L’Union européenne (UE) ne peut accepter des autorités russes, ce refus d'approvisionnement de gaz vers l’Ukraine, et ce pour des raisons éminemment politiques. 
Les représentants russes ont tout intérêt à retourner immédiatement à la table des négociations pour ne pas perturber les échanges de gaz naturel sur nos marchés. Comme l'UE, la Russie est très dépendante de ce commerce. Aujourd'hui, une grande partie du budget du gouvernement russe est financé grâce à ces échanges. 
L’UE ne devrait pas reculer face à ces démonstrations de force. À l’heure actuelle, les stocks de gaz de l’Ukraine et de l’UE sont bien remplis et la consommation de gaz est relativement faible. Si des pics de demande surviennent sur le court-terme, l’Ukraine aurait alors la possibilité d’importer du gaz de la Slovaquie.
La Commission européenne doit assumer un rôle décisif dans les négociations. Naturellement l’Ukraine doit payer pour ses importations en gaz. Mais à ce stade, la décision de Gazprom relève plus de la volonté de Poutine de forcer l’Ukraine à revenir sur ses décisions politiques. Il est important que l’UE signale de façon claire, que dans ce conflit, l’Ukraine n’est pas seule. 
Plus que jamais, l'urgence est à la réduction de la dépendance énergétique de l’UE. Il est grand temps de diversifier nos sources d’énergie et de mettre en œuvre une politique ambitieuse en termes d’économie et d'efficacité énergétique. Arrêtons de reporter systématiquement ces changements cruciaux, même si cette transition énergétique demande évidemment plus de temps. »