Communiqué de presse


fr | en | de

Sommet de Copenhague

Les dirigeants des grands pays ont échoué lamentablement


La déclaration politique finale de Copenhague est totalement insatisfaisante. Clairement, un des principaux obstacles fut l'incapacité des Etats-Unis et de la Chine de s'entendre sur la manière de surveiller les efforts des pays émergents. Cependant, l'UE porte également une part de responsabilité. En refusant de porter ses engagements à 30% de réduction en 2020, l'UE a renoncé à jouer un rôle de leader dans les dernières journées du Sommet. 

"A ce jour, il n'existe pas de perspectives claires en vue d'un traité international contraignant, mais nous devons continuer de travailler dans le cadre des Nations-Unies. Il est clair que le texte actuellement sur la table contient toute une série d'incertitudes, de manques et de double comptage qui nous conduiraient à un niveau de réchauffement climatique totalement inacceptable. Ces manques ne peuvent figurer dans un futur traité. Copenhague ne peut être le mot final de l'action en matière de changement climatique. Nous ne pouvons abandonner des centaines de millions de personnes et des Nations entières aux effets catastrophiques du changement climatique. Maintenant plus que jamais, nous avons besoin d'un accord global, contraignant et équitable" a estimé la coprésidente du Groupe des Verts/ALE au Parlement européen, Mme Rebecca HARMS qui était présente à Copenhague. 

Yannick JADOT, Député du Groupe des Verts/ALE (Europe Ecologie) également présent à Copenhague, a pour sa part souligné que:  

" Les dirigeants des grands pays ont échoué lamentablement. Et plutôt que d'assumer leur échec face aux pays les plus vulnérables qui n'ont pas pris part aux discussions finales, ils sont partis par la petite porte. Pas de photo de famille. Pire : ils nous font croire à un "succès" en mentant à l'opinion publique. Ainsi Nicolas Sarkozy a, pendant sa conférence de presse, déclaré que l' "Accord de Copenhague" est un "succès" car, par exemple, il deviendra juridiquement contraignant en 2010. Faux. L' "Accord de Copenhague" ne dit rien là-dessus. Idem pour la prétendue affectation des financements pour les forêts ou l'Afrique. Quant à une Organisation Européenne de l'Environnement, elle existe déjà et s'appelle l'Agence Européenne de l'Environnement. Et les fonds nouveaux promis aux pays les plus pauvres ne sont pas garantis : l'aide pour les trois prochaines années sera allègrement prise sur l'aide au développement actuelle. L'UE doit retrouver une ambition et reprendre les négociations dans le cadre de l'ONU".


Merci de partager