Document


en | fr

Flawed Reactor Pressure Vessels in the Belgian NPPS Doel 3 and Tihange 2

Comments on the FANC Final Evaluation Report 2015


The nuclear power plant Doel 3 started operation in 1982, Tihange 2 started operation in 1983. Both PWR (pressurized water reactor)-type NPPs are operated by Electrabel, part of the French GDF-Suez Group.

In the frame of ultrasonic inspections in 2012 thousands of flaws were detected in the base metal of the reactor pressure vessels (RPV) in both reactors.

The owner Electrabel claimed that the flaws were “most likely” hydrogen flakes introduced during manufacture, no growth had occurred during operation of the reactor. The Belgian Regulatory Authority approved restart of both units in May 2013. The approval included requirements of irradiation experiments using samples from a rejected steam generator block AREVA VB395 that contained hydrogen flakes.

These samples cannot be considered to be representative for the affected reactor pressure vessel shells since the manufacture and heat treatment history is certainly not the same. Electrabel considered the samples as representative due to the similar flaw appearance, FANC accepted this argument.

The results of the first irradiation campaign showed an unexpected high neutron embrittlement. As a consequence both reactors were shutdown in March 2014. Further irradiation campaigns were performed using also samples from German FKS (Forschungsvorhaben Komponentensicherheit) experiments (KS02).

On November 17, 2015 FANC authorized the restart of both plants.

In December 2015, Rebecca Harms, Co-President of the Greens/EFA Group in the European Parliament, asked the author to evaluate the available documents published by FANC in connection with the authorization for restart with special emphasis to the irradiation results and their interpretation by the different expert groups working for Electrabel and FANC.

The evaluation of the published documents was aimed to clarify the scientific arguments that are supposed to justify the authorized restart.

(...)

Cuves défectueuses des réacteurs nucléaires belges Doel 3 et Tihange 2

Commentaires sur le Rapport Final d’Évaluation de l’AFCN de 2015


La centrale nucléaire Doel 3 a été mise en service en 1982, Tihange 2 a été mise en service en 1983. Ces deux centrales nucléaires de type REP (réacteur à eau pressurisée) sont exploitées par Electrabel, qui fait partie du groupe français ENGIE.

Dans le cadre d’inspections par ultrasons menées en 2012, des milliers de défauts ont été détectés dans le métal de base des cuves des deux réacteurs.

Le propriétaire, Electrabel, a affirmé que ces défauts étaient « plus que probablement » des défauts dus à l’hydrogène occasionnés durant la fabrication, aucune progression n’ayant été constatée depuis la mise en service des réacteurs. L’autorité de régulation belge a approuvé la remise en service des deux unités en mai 2013. Cette approbation posait comme condition de réaliser des tests d’irradiation sur des échantillons issus d’un bloc générateur de vapeur AREVA VB395 refusé, qui présentait des défauts dus à l’hydrogène. Ces échantillons ne peuvent pas être considérés comme représentatifs pour la virole de la cuve des réacteurs affectés, étant donné que le procédé de fabrication et l’historique du traitement thermique ne sont certainement pas identiques. Electrabel a considéré ces échantillons comme étant représentatifs en raison de l’apparente similarité de la défectuosité, et l’AFCN (Agence fédérale de Contrôle nucléaire) a validé cet argument.

Les résultats de la première campagne d’irradiation ont montré une fragilisation élevée inattendue due aux neutrons. En conséquence, les deux réacteurs ont été mis à l’arrêt en mars 2014. De nouvelles campagnes d’irradiation ont été réalisées en utilisant également des échantillons provenant des expériences « KS02 » réalisées dans le cadre du projet de recherches allemand FKS (« Forschungsvorhaben Komponentensicherheit », projet de recherches sur la sécurité des composants). Le 17 novembre 2015, l’AFCN a autorisé le redémarrage des deux centrales.

En décembre 2015, Rebecca Harms, Co-présidente du groupe Les Verts/ALE au Parlement européen, a demandé à l’auteure d’évaluer les documents disponibles publiés par l’AFCN relatifs à l’autorisation de redémarrage, en portant une attention particulière aux résultats des tests d’irradiation et à leur interprétation par les différents groupes d’experts mandatés par Electrabel et l’AFCN.

(...)


Contact person

Phone Brussels
+32-2-2845695
Phone Strasbourg
+33-3-88175695

Contact person

Phone Brussels
+32-2-2845695
Phone Strasbourg
+33-3-88175695

Please share