Press release


en | fr | de

EU-US trade agreement (TTIP)

True stocktaking would lead to suspension of negotiations


Commenting on the ongoing stocktaking meeting between EU trade commissioner Karel de Gucht and US trade representative Michael Froman on the EU-US trade negotiations (Transatlantic Trade and Investment Partnership), Green trade policy spokesperson Yannick Jadot stated:

"Instead of blindly pushing ahead with backdoor negotiations on this potentially far-reaching agreement, the Commission should be heeding the growing opposition from civil society and the public to TTIP. If the Commission was truly looking to 'take stock' of the situation, it would be proposing the suspension of the negotiations.

"A transatlantic partnership implies a relationship based on mutual trust, respect and shared values. However, the NSA surveillance scandal has revealed that US authorities have treated European governments and citizens as if they were enemies. It is impossible to see how negotiations on a transatlantic partnership can continue in good faith against this backdrop.

"There are real concerns that TTIP could threaten core EU standards and rules, whether as regards the protection of public services, intellectual property, food safety, GMOs, geographical indications, health or environmental standards. The prospective investor-state dispute settlement mechanism (ISDS) is a massive Trojan horse, which could be used by multinational corporations to whittle away EU standards and regulations across a range of policy areas. These concerns are only amplified by the lack of transparency in the negotiations. For all these reasons, the Greens believe it is high time the TTIP process was brought to a halt."

Accords de libre-échange UE-États-Unis

Il n'est pas trop tard pour suspendre les négociations


 

À partir d'aujourd'hui et pour deux jours, le Commissaire européen en charge du commerce international, Karel De Gucht et l'ambassadeur américain Michael Froman se retrouvent pour discuter de l'avancement des négociations sur le traité de libre-échange UE/États-Unis. 

 

Pour Yannick JADOT, député européen EELV, porte-parole des Verts au Parlement européen sur cet accord:

 

 

« Il n'est pas trop tard pour suspendre les négociations sur l'accord de libre-échange UE/États-Unis d'autant que le scandale de la NSA est toujours en cours. Edward Snowden traqué, Angela Merkel espionnée, des millions de citoyens européens violés dans leur vie privée, unanimement condamnés pour les écoutes illégales pratiquées par la NSA, les États-Unis n'ont pourtant pas changé leurs pratiques et n'ont pris aucun engagement quant à l'arrêt de ces écoutes. Pourquoi le feraient-il d'ailleurs puisque l'Union Européen n'a rien exigé ? Ainsi, François Hollande lors de son voyage aux États-Unis n'a pas évoqué fermement la question, pire il a demandé à ce que soit accéléré le rythme des négociations. Un faux-pas alors que les mouvements citoyens qui commencent à s'organiser avec le concours d'ONG et des écologistes ne cessent de pointer les dangers de cet accord de libre-échange dont l'objectif inavoué est de démanteler une partie de la législation européenne. 

 

Renforcement inacceptable des pouvoirs des firmes multinationales qui pourraient contester nos politiques publiques de protection de la santé, des salariés ou de l'environnement; remise en cause de nos choix de société en matière d'alimentation (OGM, poulet chloré, bœuf aux hormones...), de services publics, de propriété intellectuelle, voici quelques-uns des dangers qui nous guettent. Même si la mobilisation contre ces négociations commencent à porter ses fruits et que la Commission européenne et les gouvernements qui la soutiennent donnent l'impression de prendre en compte les inquiétudes des citoyens, ils n'ont pas renoncé à ce projet qui remet brutalement en cause des choix de société démocratiquement construits en Europe. Et les multinationales des deux côtés de l'Atlantique se frottent les mains. Ainsi en poussant pour que soit mis en place un « tribunal arbitral investisseur-État », elles espèrent voir se renforcer leur capacité d’exiger des compensations financières si l’Union européenne, les États-membres ou les collectivités locales prennent par exemple des décisions en matière de protection de la santé, de l’environnement ou des travailleurs qui remettent en cause leurs perspectives de profit. 

 

 

Face à ces menaces, il n'y a pas de fatalité, il est encore temps de stopper la machine d’une négociation qui se fait au détriment des citoyens, de l’intérêt général, du social, de l’environnement et de la capacité de l’Union européenne à construire un modèle de développement durable. C'est pourquoi nous demandons que soit mis fin à ces négociations commerciales."

 

EU-US-Freihandelsabkommen

TTIP-Verhandlungen müssen ausgesetzt werden


Handelskommissar Karel de Gucht traf sich in den letzten beiden Tagen mit seinem US-amerikanischen Kollegen Michael Froman in Washington, um eine Analyse der ersten Phase der Verhandlungen zum Freihandelsabkommen zwischen EU und USA (TTIP) vorzunehmen und die politischen Weichen für die zweite Phase zu stellen. Die handelspolitische Sprecherin der Grünen Europafraktion Ska Keller kommentiert:

„Noch im Dezember 2013 wurde das Treffen zwischen de Gucht und Froman als großer Meilenstein in den TTIP-Verhandlungen angekündigt. In den letzten Tagen wurden die Erwartungen seitens der Kommission jedoch extrem runter gespielt – zu viele Differenzen scheint es zwischen den VerhandlungsführerInnen zu geben. In der Tat laufen die Verhandlungen nicht so glatt und schnell wie sich das manche BefürworterInnen gewünscht haben und das die Kommission darstellt. Große Unstimmigkeiten gibt es zum Beispiel bei den Finanzdienstleistungen, bei der öffentlichen Beschaffung oder der Frage des Umgangs mit „geheimen“ Dokumenten. Ich fordere die Veröffentlichung aller Verhandlungsdokumente. Andere internationale Verhandlungen zeigen, dass die gerade vorherrschende Geheimniskrämerei nicht in Stein gemeißelt ist. 

Die Proteste von BürgerInnen in der EU und in den USA nehmen zu. Die Weichen in den Verhandlungen waren von Anfang an falsch gestellt, denn TTIP bedroht Umwelt- und Verbraucherrechte und ist eine Gefahr für unsere Demokratie.  Wir Grüne fordern deshalb eine Aussetzung der Verhandlungen.“