Press release


en | fr

Hormone-free beef

Agreement vindicates higher food standards in Europe


The European Parliament today adopted an agreement, bringing an end to a long-running dispute between the EU and the US on beef imports (1). Commenting on the agreement, Green MEP José Bové, who has followed the dispute throughout, said:

"This vote finally draws a line under this long-running dispute between the EU and the US. At international level, it is a vindication of the Europe's higher food standards and the EU's resolve to face down the opposition of the US through the WTO.

"Under the terms of the deal, the US will be allowed to export an amount of high quality beef, which has not been treated with growth-hormones, to the EU, with the US lifting retaliatory restrictions on EU imports.

"Instead of a race to the bottom, we should be pushing for the highest standards of protection for our food quality and our environment at international level."

(1) The EP voted to approve the Quisthoudt-Rowohl report on an autonomous tariff quota for imports of high-quality beef, which represents the final solution to the dispute.

Accord sur le bœuf aux hormones

Les Verts au PE saluent la résolution d'un interminable conflit


Ce mercredi 14 mars, le Parlement européen a voté sur un accord qui met fin à un différend sur le bœuf aux hormones. Depuis 16 ans, ce conflit entre l'UE, les Etats-Unis et le Canada, permet désormais à l'UE de maintenir l'interdiction d'importer des bœufs traités aux hormones en échange d'importations accrues de viande bovine non hormonée.

Selon José Bové (Verts/ALE), vice-président de la commission de l'agriculture du Parlement européen :

"En concédant un quota symbolique d'importation de viande bovine non hormonée aux USA, le vote du Parlement européen met fin à un conflit qui durait depuis plus de 16 ans.

Au niveau international, le litige est clos sans que l'Union européenne ait eu besoin de modifier les standards sanitaires qu'elle applique en interne pour protéger ses consommateurs. Elle ne s'est pas alignée sur le moins disant comme l'OMC cherchait à la contraindre de faire à travers les deux décisions qu'elle avait prises et qui la condamnaient.

La démocratie a prévalu et je m'en félicite. Nous devons nous employer maintenant au niveau international à faire évoluer les réglementations sanitaires laxistes qui sont dictées au codex Alimentarius par les principaux lobbies de l'agro-alimentaire, comme l'ILSI que j'ai dénoncé à de nombreuses reprises. Dans ces domaines,  la santé des consommateurs et la protection de l'environnement sur le long terme doivent être nos préoccupations principales". 

Pour rappel: 

  • 1980 : première action pour l'interdiction de l'utilisation d'hormones de croissance dans l'élevage en France
  • 1989 : interdiction des hormones par l'Union européenne
  • 1996 : Les Etats-Unis portent plainte contre l'UE à l'OMC pour entrave à la liberté du commerce
  • 1999 : condamnation de l'UE par l'OMC et surtaxation de 60 produits alimentaires européens dont la première Appellation d'Origine Protégée, le Roquefort.
  • 2012 : vote du Parlement européen met fin à 16 ans de conflit transatlantique.