©han Soete

Press release


en | de | fr

CETA

Deal will proceed to parliamentary vote without additional scrutiny


The European Parliament’s International Trade Committee has today recommended that the European Parliament given its consent to CETA.The committee rejected an amendment from Greens/EFA MEP Heidi Hautala, calling for a five month suspension of the consent procedure.

The plenary vote will now take place on 15 February in Strasbourg.

Commenting after the vote, Heidi Hautala said:

"It is disappointing that the majority of MEPs saw fit to push ahead without allowing time for proper parliamentary scrutiny. Given just how controversial this deal has proven to be, it should be the subject of considerably greater questioning from elected representatives."

Greens/EFA trade spokesperson Yannick Jadot added:

"We remain opposed to this deal, which puts the rights of investors ahead of those of citizens. The EU needs to urgently reconsider its approach to international trade policy. Only by putting workers' rights and conditions first can we ensure that our citizens have faith that trade policy is working in their best interests."

ETA-Abstimmung Handelsausschuss

Mehrheit hält an Handelsabkommen fest


Der Handelsausschuss des Europäischen Parlaments hat sich an diesem Dienstag für die Ratifikation des Freihandelsabkommens mit Kanada, CETA, ausgesprochen. Dazu sagt Ska Keller, die handelspolitische Sprecherin und Vorsitzende der Grünen/EFA-Fraktion im Europäischen Parlament:

„Die Koalition aus Konservativen und Teilen der Sozialdemokraten setzt auf das falsche Pferd in der Handelspolitik. Sie rennen einem Freihandelsabkommen hinterher, das auf Kosten von Bürgerinnen und Bürgern einseitig der Wirtschaft nutzt. CETA untergräbt das Vorsorgeprinzip in Europa und die privaten Schiedsgerichte für Investoren im Abkommen schränken demokratische Entscheidungsfindung ein. Die Mehrheit der Abgeordneten im Handelsausschuss stimmten dem Abkommen zu, obwohl noch nicht klar ist, wie sie es kontrollieren dürfen."

 

CETA

Le Parlement européen de plus en plus divisé avant le vote en plénière.


La commission du commerce international a voté aujourd’hui en faveur de la ratification du CETA.

Les manifestations de ce weekend ont pourtant et à nouveau montré  la forte mobilisation citoyenne contre cet accord et les revendications pour une politique commerciale qui mette en son cœur la démocratie, la protection de l’environnement, les droits des travailleurs, le bien-être animal ou encore la protection des services publics et des données personnelles plutôt que le pouvoir de l’argent.

Pour Yannick JADOT, Vice-président de la Commission du commerce international et Porte-parole des Verts/Ale sur TAFTA/CETA :

« Les conservateurs, les libéraux démocrates et la moitié des socialistes ont validé un projet scandaleux de transfert de notre souveraineté démocratique et juridique vers quelques multinationales. Fossoyeurs d’un projet européen durable, ils n’ont tiré aucune leçon du Brexit et de la victoire de Trump pour continuer à dérouler le tapis rouge aux extrêmes droites et nationalismes moisis.

Les alertes, les expertises, les mobilisations citoyennes partout en Europe n’auront pas stoppé leur folle fuite en avant.

Pour rappel, le CETA a été négocié par une Commission Barroso empêtrée dans les scandales de conflits d’intérêts, y compris de son Commissaire au Commerce Karel de Gucht, avec le gouvernement Harper, ultra libéral climatosceptique.

Les aménagements obtenus depuis ne changent en rien les dangers pour l’emploi, l’environnement, la santé et les services publics. Le scandale persistant sur les perturbateurs endocriniens et l’importation de carburants issus des sables bitumineux n’en sont qu’une démonstration de plus.

La bataille n’est pas pour autant terminés. Le 15 février prochain, tous les députés européens devront dire si oui ou non ils acceptent de ratifier le CETA. Avec les organisations de la société civile, les citoyens, nous ferons tout pour que cet accord soit rejeté. La présence de Justin Trudeau, premier ministre canadien, ne remettra par ailleurs pas en cause notre détermination à faire échouer cet accord au Parlement européen. »