Press release


en | fr | de

Nuclear industry

Leaked EU Commission paper foresees major expansion of nuclear power


A draft paper from the EU's Sustainable Energy Technology Plan, which is being steered by the European Commission, was leaked today in the German media. The paper argues for the expansion of nuclear power and builds on an analysis on the future of nuclear power in Europe (the Community Nuclear Illustrative Programme - PINC) by the Commission last month (1). Commenting on the paper, Greens/EFA co-president Rebecca Harms stated:

"This paper again highlights the EU Commission's tendency to dress up the figures on nuclear power. The supporters of nuclear power want to do all within their means to secure massive financial support to keep the industry alive, despite the fact it is not able to stand on its own two feet. EU competition law and state aid rules should be set aside for nuclear power.

"Following early proposals to extend the lifetime of nuclear power for up to 60 years, this paper from the depths of the Commission's research directorate is proposing the crazy idea of promoting decentralised mini-nuclear reactors. EU nuclear proponents have already backed one wrong horse in pushing for European Pressurised Reactors since Chernobyl. The cost explosions in the foreseen and underway projects in Olkiluoto, Flamanville and now Hinkley Point have underlined that EPR is unviable and have driven the French nuclear firm Areva to ruin.

"The European Commission needs to finally give up on this failed and risky technology and instead put innovation and sustainability at the heart of the nascent European Energy Union. Majorly boosting energy efficiency and renewable energies, supported by urgently-needed research in energy storage, is the only path for tackling climate change and combining this with economic development, creating jobs across Europe."

(1) The Greens/EFA group presented an alternative study to the Commission's PINC  paper last month. The study and a summary can be found at: www.greens-efa.eu/pinc-2016-15348.html

Nucléaire

La Commission semble ne rien vouloir apprendre de l'erreur nucléaire


Un document interne (en annexe) à la Commission européenne a été dévoilé hier par le journal Spiegel Online. Objet de la discussion d'aujourd'hui entre les Commissaires en charge de l’Union de l’énergie, ce document consacré à l'énergie nucléaire constitue l'un des volets les plus problématiques du plan stratégique européen pour les technologies énergétiques (SET-Plan) visant une meilleure coordination des politiques des États membres en matière de recherche et développement dans les domaines de l’énergie.  La décision finale de la Commission européenne est attendue, en principe, à la date du 24 mai prochain.

Réaction de Michèle RIVASI, Vice-Présidente du groupe Verts-ALE :

« La Commission européenne avait déjà soutenu le pari d’un réacteur de grande capacité à la sécurité renforcée. Un choix stratégique qui était censé confirmer la toute-puissance européenne dans la filière nucléaire. Sauf que le dit réacteur, c’était l’EPR français et on voit bien aujourd'hui à quel point cette idée était grotesque! Puisque la Commission européenne et l’industrie nucléaire se sont trompées, elles décident à présent de faire exactement l’inverse en pariant sur des réacteurs à capacité réduite. Et pour y parvenir, tous les coûts seront permis : toutes les sources de financement possibles seront mobilisées, du fonds européen pour les investissements stratégiques à des prêts de l’agence Euratom. Fait inédit, la mise à disposition des fonds structurels pourraient même être envisagée.

Ce maintien sous perfusion d’une filière énergétique en état de mort clinique est la seule solution restante pour défendre notre prétendue domination technologique dans le secteur nucléaire. Aujourd’hui, le secteur privé ne souhaite plus investir dans le nucléaire, les agences de notation financière dégradent les notes de l’ensemble des acteurs de la filière. Il ne reste donc plus que l’argent public pour perpétuer le mythe d’une énergie indispensable au mix énergétique européen. Pendant ce temps, l’Allemagne produit tellement d’énergies renouvelables que les prix de l’électricité sont devenus négatifs la semaine dernière : les Allemands étaient payés pour consommer ! Et le Portugal a eu un mix électrique 100% renouvelables pendant 107 heures d’affilée. D’autres pays européens sont en bonne voie pour réaliser un mix 100% renouvelables avant même 2050. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : l’avenir est aux renouvelables, conjuguées à une réduction raisonnée de notre consommation énergétique et à des investissements massifs dans l’efficacité énergétique. L’indépendance énergétique, la vraie, est à portée de main. »


Pour Claude TURMES, Porte-Parole Verts-ALE sur les politiques énergétiques:

« Une partie des soi-disant experts de la Commission européenne semble avoir totalement perdu le sens des réalités. Promouvoir la multiplication de mini-réacteurs nucléaires, c'est multiplier les risques d’accidents. Ceci est d'autant plus insensé quand on craint des attaques terroristes. Même irresponsabilité concernant la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires vétustes et qui sont devenues un véritable péril pour les populations. Enfin, il est scandaleux que des fonctionnaires de la Commission européenne proposent de poursuivre le régime privilégié des aides d'État pour financer le nucléaire. Ceci est par ailleurs contraire à toute logique économique. "

Atomenergie

Geleaktes Kommissionspapier enthüllt Pläne für massiven Ausbau der Atomenergie


Durch einen Leak ist heute der SET Plan der Europäischen Kommission, ein Papier zur Gestaltung der Atomwirtschaft, bekannt geworden. Das Dokument knüpft dabei an das PINC Papier (Community Nuclear Illustrative Programme) an, das die Kommission im März 2016 vorgelegt hat. Den heutigen Leak kommentiert Rebecca Harms, Vorsitzende der Grünen/EFA-Fraktion im Europäischen Parlament:

"In der Europäischen Kommission werden bewusst und  systematisch die Kosten von Atomenergie geschönt. Einige Anhänger der Atomkraft setzen alles daran, diese Hochrisikotechnologie, die am Markt nicht überlebensfähig ist, weiter mit massiver finanzieller Unterstützung und Begünstigungen am Leben zu halten. Für Atomtechnik sollen sogar die europäischen Wettbewerbsregeln außer Kraft gesetzt werden.

Nach dem Vorstoß für Laufzeitenverlängerung bis zu 60 Jahre kommt aus den Tiefen der Generaldirektion Forschung nun auch noch die irre Idee, die Entwicklung dezentraler Mini-AKWs zu fördern. Dabei hat die EU schon nach Tschernobyl bei der Entwicklung des Europäischen Druckwassreaktors (EPR) auf das falsche Pferd gesetzt. Die Kostenexplosionen der Problembaustellen von Olkiluoto, Flamanville und jetzt von Hinkley Point zeigen das. Der französische Atomkonzern Areva ist mit dem EPR in den Ruin gegangen.

Die EU Kommission muss sich endlich entscheiden, Innovation und Nachhaltigkeit für die Europäische Energieunion in den Mittelpunkt zu rücken. Mit einer Offensive für Erneuerbare und Effizienz, unterstützt durch dringend notwendige Forschung zu Speicherung, können wir Klimaschutz und wirtschaftliche Entwicklung verbinden und in vielen EU Ländern mehr Beschäftigung schaffen."

 

Die Grünen/EFA-Fraktion hat eine Gegenstudie zum PINC-Papier, welches die Basis des SET Plans darstellt, in Auftrag gegeben.

Hier finden Sie eine Zusammenfassung und die Studie: www.greens-efa.eu/pinc-2016-15348.html