Document


en | fr

Situation in Belarus

Greens/EFA motion for resolution


The European Parliament,

–   having regard to its previous resolutions on Belarus, in particular that of 15 February 2012, 13 September 2011, 12 May 2011, 10 March 2011, 20 January 2011, 10 March 2010, 17 December 2009,

–   having regard to the European Council Conclusion as of 1/2 March 2012 expressing its deep concern over the further deterioration of the situation in Belarus,

–   having regard to the EU Foreign Affairs Council decision 2012/126/CFSP of 28 February 2012 to reinforce restrictive measures against Belarusian regime following further deterioration of the situation in Belarus, by adding additional 21 persons responsible for the repression of civil society and the democratic opposition on the travel ban and asset freeze list,

–   having regard to the Statement by High Representative Catherine Ashton of 28 February 2012 on the decision of Belarusian authorities to recall the EU Head of Delegation and Polish Ambassador to Minsk,

–   having regard to the EU Foreign Affairs Council decision of 23 January 2012 concerning restrictive measures against Belarus,

–   having regard to the Council of Europe resolution on the situation on Belarus of 25 January 2012 1857(2012) condemning continuous persecution of members of the opposition and the harassment of civil society activists, independent media and human rights defenders in Belarus,

–   having regard to the UN Human Rights Council resolution of 17 June 2011 condemning human rights violations before, during and after the presidential elections in Belarus and calling on the Belarusian government to end the ‘persecution’ of opposition leaders,

–   having regard to the Declaration of the Eastern Partnership Summit adopted in Prague on 7-9 May 2009 and the Declaration on the situation in Belarus adopted on the occasion of the Eastern Partnership Summit in Warsaw on 30 September 2011,

–   having regard to the decision of the Annual Congress of the International Ice Hockey Federation in Bern of May 2009 to host the 2014 IIHF World Championship in Belarus, despite persecution of Alyaksandr Lukashenka’s political opponents and widespread human rights abuse in Belarus,

–   having regard to Rule 110(2) of its Rules of Procedure,

A. whereas the Prague Declaration of the Eastern Partnership Summit reaffirms the commitments, inter alia of Belarus, to the principles of international law and to fundamental values, including democracy, the rule of law and respect for human rights and fundamental freedoms;

B.  whereas the political situation in Belarus has been seriously deteriorating since the presidential elections of 19 December 2010 with repressive measures, being undertaken against members of the democratic opposition, the free media, civil society activists and human rights defenders, despite repeated calls from the international community to halt these measure immediately;

C. whereas EU-Belarus diplomatic conflict of unprecedented scope escalated after the Belarusian authorities requested that the ambassador of the European Union and the Polish ambassador leave the country and recalled its own ambassadors from Brussels and Warsaw as a response to the European Council decision of 28 February 2012;

D. whereas, in this context, Aleksandr Lukashenka followed up with a personal attack on the Foreign Minister of Germany using an obscure offensive lexicology that went beyond any diplomatic etiquette;

E.  whereas, on 1 March 2012 a department head at the Prosecutor General’s Office stated that ‘persons calling on foreign states and international organizations to impose economic and other sanctions against Belarus might be subjected to a temporary ban on foreign travel and even to criminal prosecution’ and, as a follow up to this, some human rights defenders, opposition politicians, independent journalists have not been allowed to leave Belarus or have been even turned away at the border with EU;

F.  whereas the ambassadors of the EU Member States in Minsk were all called back for consultations to their capitals and all EU Member States summoned Belarusian ambassadors to their foreign ministries;

G. whereas the decision of the EU member states is a clear sign of solidarity and unity of the EU in foreign affairs matters and effectiveness of the EU actions and successful promotion of European values inside as well as outside the EU and its successful implementation will depend on its firm commitment to act united;

H. whereas the EU policy towards Belarus remains based on conditionality whereas the Belarusian authorities to improve EU-Belarus relations by releasing all the political prisoners;

I.   whereas the improvement of bilateral relations with the European Union is also conditional on progress by the Government of Belarus towards the fulfilment of its OSCE commitments and the respect for fundamental human rights, the rule of law and democratic principles; including the release of political prisoners; whereas as a consequences increase its self-isolation, which would affect the Belarusian people and also lead to a stronger dependence on Russia;

J.   whereas the EU Council has decided to extend the list of persons subject to sanctions because of the Belarusian regime’s increasing repression of society;

K. whereas the EU is the largest trade partner for Belarus exports with 38%; whereas the Belarusian trade surplus with the EU was about $ 6 billion in 2011;

L.  whereas EU Members States could not reach an agreement on the sanctioning of so called bagmen, influential businessmen that are closely linked to and supporting the regime;

M. whereas under the Belarus Democracy and Human Rights Act of 2011, signed into law by President Barack Obama on 3 January, the United States calls on the IIHF to suspend its plan to hold the 2014 championship in Belarus until the Government of Belarus releases all political prisoners;

1.  Regrets the further deterioration of the relations between EU and Belarus; takes note of the decision to withdraw all the Ambassadors of the EU member states from Belarus, which is an unprecedented move in the EU’s diplomatic practice and proves that the Belarusian authorities’ attempts to divide the European Union over decisions on sanctions have failed;

2.  Emphasise that a firm commitment of all EU member states as well as other democratic countries to act united in times of need may foster a successful promotion of universal values in such countries as Belarus and bring these countries closer towards the path of democratic transition;

3.  Stresses that instead of choosing increasing self-isolation, Minsk should make the right choice for its people and open itself towards democracy;

4.  Condemns the continuous persecution of human rights defenders, members of the democratic opposition and the harassment of civil society activists, independent media in Belarus for political reasons;

5.  Demands an unconditional immediate release of all political prisoners; reiterates that there cannot be any progress on EU-Belarus dialogue without progress of Belarus towards democracy, human rights and rule of law and until all political prisoners, among others, Ales Bialiatski, Chair of the Human Rights Centre ‘Viasna’ and Vice-President of FIDH, two ex-presidential candidates Mikalai Statkevich and Andrei Sannikau, heads of presidential campaigns of democratic opposition candidates Pavel Seviarynets and Dzmitry Bandarenka as well as Syarhey Kavalenka, political prisoner detained for alleged breach of the house arrest, who has been on a prolonged hunger strike, which has led to a critical deterioration of his health and directly threatens his life, are unconditionally released and their civil rights are fully rehabilitated;

6.  Calls on the National Ice Hockey Federations of the EU Member States and all other democratic nations to urge the IIHF, including during its meeting at its next Congress in May in Helsinki, Finland, to use the event the 2014 World Ice Hockey championship in Belarus as an opportunity to raise international public awareness of the critical situation of human and civic rights in Belarus and invites IIHF officials and sportsmen as free and responsible citizens to speak out against the repressions of the regime;

7.  Welcomes the Council’s decision of 28 February 2012 to strengthen restrictive measures and to add 21 persons responsible for the repression of civil society and the democratic opposition in Belarus to the list of those targeted by a travel ban and an asset freeze;

8.  Calls on the Council to take a stock of the latest developments in EU-Belarus diplomatic relations as well as of a further deterioration of the human rights and basic freedoms situation in the country and urges it to adopt a respective decision concerning further restrictive measures including targeted economic sanctions on individual cases and to assure the full and consequent implementation of all take measures in the EU Member States;

9.  Calls on the EU at the same time to strengthen its engagement with Belarusian civil society, enhance its ties with the opposition and support democratic aspirations of the Belarusian people;

10. Instructs its President to forward this resolution to the Council, the Commission, the parliaments and governments of the Member States, the Secretary-General of the United Nations, the Parliamentary Assemblies of the OSCE and the Council of Europe, the Secretariat of the Commonwealth of Independent States and the Parliament and Government of Belarus.

Situation en Biélorussie

Proposition de résolution des Verts/ALE


Le Parlement européen,

–   vu ses résolutions antérieures sur la Biélorussie, en particulier celles du 15 février 2012, du 13 septembre 2011, du 12 mai 2011, du 10 mars 2011, du 20 janvier 2011, du 10 mars 2010 et du 17 décembre 2009,

–   vu les conclusions du Conseil européen des 1er et 2 mars 2012 dans lesquelles celui-ci se déclare vivement préoccupé face à la nouvelle aggravation de la situation en Biélorussie,

–   vu la décision 2012/126/PESC du Conseil "Affaires étrangères" de l'Union du 28 février 2012 renforçant les mesures restrictives à l'encontre du régime biélorusse, compte tenu de la nouvelle aggravation de la situation en Biélorussie, en ajoutant vingt-et-une personnes responsables d'actes de répression à l'encontre de la société civile et de l'opposition démocratique à la liste d'interdiction de voyager et de gel des avoirs,

–   vu la déclaration de Catherine Ashton, haute représentante, concernant la requête des autorités biélorusses demandant le départ du chef de la délégation de l'UE et de l'ambassadeur de Pologne à Minsk,

–   vu la décision 2010/639/PESC du Conseil "Affaires étrangères" de l'Union du 23 janvier 2012 concernant des mesures restrictives à l'encontre de la Biélorussie,

–   vu la résolution 1857 (2012) du Conseil de l'Europe du 25 janvier 2012 sur la situation en Biélorussie, qui condamne la persécution permanente des membres de l'opposition et le harcèlement des militants de la société civile, des médias libres et des défenseurs des droits de l'homme en Biélorussie,

–   vu la résolution du Conseil des Nations unies sur les droits de l'homme du 17 juin 2011 condamnant les violations des droits de l'homme qui ont eu lieu en Biélorussie avant, pendant et après les élections présidentielles et appelant le gouvernement biélorusse à mettre fin aux "poursuites" exercées contre les responsables de l'opposition,

–   vu la déclaration adoptée lors du sommet du partenariat oriental à Prague, les 7, 8 et 9 mai 2009, et la déclaration sur la situation en Biélorussie adoptée à l'occasion du sommet du partenariat oriental qui s'est tenu à Varsovie le 30 septembre 2011,

–   vu la décision prise au congrès annuel de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) à Berne en mai 2009 d'organiser les championnats du monde de 2014 de l'IIHF en Biélorussie, ce en dépit des persécutions contre les opposants politiques au président Alexandre Loukachenko et des violations généralisées des droits de l'homme perpétrées dans le pays,

–   vu l'article 110, paragraphe 2, de son règlement,

A. considérant que les participants au sommet de Prague sur le partenariat oriental, dont la Biélorussie, ont réaffirmé dans la déclaration publiée à l'issue de cette réunion leurs engagements en faveur des principes du droit international et des valeurs fondamentales que sont notamment la démocratie, l'état de droit et le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales;

B.  considérant que la situation politique en Biélorussie se détériore gravement depuis les élections présidentielles du 19 décembre 2010, des mesures de répression étant prises à l'encontre des membres de l'opposition démocratique, des médias libres, des militants de la société civile et des défenseurs des droits de l'homme, ce en dépit des appels répétés de la communauté internationale à y mettre fin immédiatement;

C. considérant que le conflit diplomatique d'une ampleur sans précédent entre l'Union européenne et la Biélorussie s'est aggravé après que les autorités biélorusses ont demandé que l'ambassadeur de l'Union européenne et l'ambassadeur de Pologne quittent le pays et rappelé leurs propres ambassadeurs à Bruxelles et à Varsovie, en réaction à la décision du Conseil européen du 28 février 2012;

D. considérant qu'en guise de riposte, Alexandre Loukachenko s'en est pris personnellement au ministre allemand des affaires étrangères en tenant à son égard des propos confus et offensants, enfreignant ainsi toutes les règles de l'étiquette diplomatique;

E.  considérant que, le 1er mars 2012, un chef de service du Bureau du procureur général a déclaré que les personnes qui encouragent des pays étrangers ou des organisations internationales à imposer des sanctions économiques ou autres à la Biélorussie pourraient être soumises à une interdiction temporaire de se rendre à l'étranger, voire à des poursuites pénales; qu'en conséquence, certains défenseurs des droits de l'homme, des personnalités politiques de l'opposition, des journalistes indépendants se sont vu refuser l'autorisation de quitter la Biélorussie ou ont même été refoulés à la frontière avec l'Union européenne;

F.  considérant que les ambassadeurs à Minsk des États membres de l'Union ont été rappelés pour consultation dans leur capitale et que, dans tous les États membres, l'ambassadeur de Biélorussie a été convoqué au ministère des affaires étrangères;

G. considérant que la décision des États membres est un signal clair de la solidarité et de l'unité de vues qui doivent régner dans l'Union en matière d'affaires étrangères; que l'efficacité des actions de l'Union et la réussite dans la promotion des valeurs européennes, à l'intérieur comme à l'extérieur de son territoire, ainsi que dans leur mise en œuvre; dépendront de son engagement ferme à agir dans l'unité;

H. considérant que la politique de l'Union à l'égard de la Biélorussie repose sur la condition que les autorités biélorusses nouent avec elle de meilleures relations en libérant tous les prisonniers politiques,

I.   considérant que l'amélioration des relations bilatérales entre l'Union européenne et la Biélorussie dépend également des progrès accomplis par le gouvernement biélorusse en ce qui concerne la réalisation de ses engagements envers l'OSCE et le respect des droits de l'homme fondamentaux, de l'état de droit et des principes démocratiques, y compris la libération des prisonniers politiques; considérant qu'un renforcement de l'isolement dans lequel s'est enfermé le Belarus nuirait à la population et accroîtrait la dépendance à l'égard de la Russie;

J.   considérant que le Conseil a décidé d'allonger la liste des personnes soumises à des sanctions en raison de la répression croissante dont la société fait l'objet de la part du régime biélorusse;

K. considérant que, en revanche, l'Union est le premier débouché pour les exportations biélorusses, avec un chiffre de 38 %, et que les exportations commerciales à destination de l'Union ont augmenté, en 2011, de 221 % par rapport à 2011; considérant que les échanges commerciaux du pays avec l'Union ont généré un excédent de quelque 6 milliards de dollars en 2011;

L.  considérant que les États membres de l'Union ne sont pas parvenus à s'entendre sur les sanctions à prendre à l'égard des hommes d'affaires influents qui entretiennent des liens étroits avec le régime et le soutiennent à coups d'avantages économiques;

M. considérant que, dans la loi sur la démocratie et les droits de l'homme en Biélorussie, promulgué le 3 janvier 2011 par le président Barack Obama, les États-Unis invitent l'IIHF à suspendre l'organisation en Biélorussie du championnat du monde de 2014, tant que le gouvernement biélorusse n'aura pas libéré tous les prisonniers politiques;

1.  regrette que les relations entre l'Union et la Biélorussie continuent de se détériorer; prend acte de la décision de rappeler tous les ambassadeurs des États membres de l'Union en Biélorussie, ce qui constitue une démarche sans précédent dans la diplomatie de l'Union et démontre l'échec des tentatives des autorités biélorusses de diviser l'Union européenne sur les décisions relatives aux sanctions;

2.  souligne qu'un engagement ferme de tous les États membres de l'Union ainsi que d'autres pays démocratiques d'agir de concert en cas de besoin est susceptible de favoriser avec succès la promotion de valeurs universelles dans des pays tels que la Biélorussie et de les rapprocher de la voie de la transition démocratique;

3.  souligne que Minsk, plutôt que de s'isoler de plus en plus, devrait faire le bon choix pour son peuple et s'ouvrir à la démocratie;

4.  condamne la persécution dont les défenseurs des droits de l'homme et les membres de l'opposition démocratique sont continuellement la cible, et le harcèlement dont font l'objet les militants de la société civile et les médias indépendants de Biélorussie pour des motifs politiques;

5.  demande la libération immédiate, sans condition, de tous les prisonniers politiques; rappelle que le dialogue entre l'Union européenne et la Biélorussie ne pourra avancer en l'absence de progrès en Biélorussie sous les aspects de la démocratie, des droits de l'homme et de l'état de droit et tant que tous les prisonniers politiques, en particulier Ales Bialiatski, président du centre Viasna de défense des droits de l'homme et vice-président de la Fédération internationale des droits de l'homme, Mikalai Statkevich et Andrei Sannikautwo, anciens candidats à l'élection présidentielle, Pavel Seviarynets et Dzmitry Bandarenka, responsables de la campagne présidentielle de candidats de l'opposition démocratique, et Syarhey Kavalenka, prisonnier politique détenu pour avoir prétendument enfreint son assignation à résidence et observant une longue grève de la faim qui a gravement détérioré son état de santé au point que sa vie est gravement menacée, ne seront pas libérés sans conditions et qu'ils ne sont pas pleinement rétablis dans leurs droits civils;

6.  invite les fédérations nationales de hockey sur glace des États membres et de toutes les autres nations démocratiques à faire pression sur l'IIHF, y compris lors de son prochain congrès en mai à Helsinki (Finlande), afin qu'elle profite du championnat du monde de hockey sur glace de 2014 pour sensibiliser l'opinion publique internationale en ce qui concerne la situation critique des droits de l'homme et des droits civiques en Biélorussie; invite les responsables de l'IIHF ainsi que les sportifs, en tant que citoyens libres et responsables, à s'élever contre les actes de répression perpétrés par le régime;

7.  salue la décision du Conseil du 28 février 2012 de renforcer les mesures restrictives et d'ajouter les noms de vingt-et-un responsables de la répression de la société civile et de l'opposition démocratique en Biélorussie à la liste des personnes visées par une interdiction d'entrée ou le gel de leurs avoirs;

8.  invite le Conseil à prendre la mesure des derniers épisodes dans les relations diplomatiques UE-Biélorussie ainsi que de la détérioration dans ce pays de la situation en matière de droits de l'homme et de libertés fondamentales; le prie d'adopter à ce propos une décision relative à d'autres mesures restrictives, dont des sanctions économiques ciblées, et de veiller à ce que les mesures prises dans les États membres de l'Union soient appliquées de manière cohérente, et pleine et entière;

9.  invite l'Union à renforcer son engagement à l'égard de la société civile biélorusse, à resserrer ses liens avec l'opposition et à soutenir les aspirations du peuple biélorusse à la démocratie;

10. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, aux parlements et gouvernements des États membres, au secrétaire général des Nations unies, aux assemblées parlementaires de l'OSCE et du Conseil de l'Europe, au secrétariat de la Communauté des États indépendants, ainsi qu'au parlement et au gouvernement de la Biélorussie.


Contact person

Phone Brussels
+32-2-2842019
Phone Strasbourg
+33-3-88173544

Contact person

Phone Brussels
+32-2-2842019
Phone Strasbourg
+33-3-88173544

Please share