Press release


en | fr

Swine flu

EP highlights disproportionate response to swine flu; calls for more transparent evaluations


The European Parliament today adopted a report by Green MEP Michèle Rivasi on the H1N1 influenza (swine flu) outbreak and response in 2009-10. Commenting on the adoption of her report, Michèle Rivasi said:

"The EP has today thrown a spotlight on the disproportionate response to the swine flu outbreak in Europe. Member states spent € billions on vaccines, which were authorised in a rush despite the moderate nature of the virus (1). Health budgets are notoriously overstretched, and there are far more important health issues to tackle than giving subsidies to big pharmaceutical firms.

"MEPs have today called for a revision of the EU's health response mechanisms. Preparedness plans should become sufficiently autonomous and flexible to be adapted as swiftly as possible to the actual risks. The evaluation of medicines needs to be fully transparent, and all declarations of interest should be published to allow for public scrutiny of possible conflicts of interests.

"The EU blindly followed the WHO in its response to the swine flu outbreak and this clearly needs to change. The EP has called for meaningful EU risk evaluation and for giving the European Centre for Disease Prevention and Control adequate means to carry out all its tasks, not least to assess the severity of infection risk.

"Finally, parliament highlighted the need for independent research on vaccines and antiviral medications, an improvement of the accelerated authorisation procedure so that clinical trials are carried out before a pandemic occurs, and full liability of manufacturers for their products.

"The European Commission and relevant agencies should now swiftly move to implement the action points adopted by the EP to rebuild trust in the EU institutions and to be prepared for a real pandemic.

(1) While swine flu did result in tragic deaths, the mortality rate was low compared to common seasonal influenza.

Grippe (H1N1)

Le Parlement européen demande plus de cohérence, d'efficacité, d'autonomie et de flexibilité


Le Parlement européen vient d'adopter à une très large majorité le rapport de Mme Michèle RIVASI (Verts/ALE) sur l'évaluation de la gestion en 2009-2010 de la grippe H1N1 en Europe.

S'exprimant à l'issue du Vote, Mme RIVASI a estimé que:

"Il y a deux ans, la grippe H1N1 a affolé l'Europe et la gestion de cette crise a entraîné des réponses coûteuses et disproportionnées de la part des Etats Membres de l'Union Européenne. Aujourd'hui, ce vote des eurodéputés vient restaurer la confiance des citoyens européens dans leurs institutions sanitaires."

Mon rapport a été conçu dans un esprit constructif. Ses propositions, nombreuses et élaborées en concertation avec les autres groupes politiques, s'articulent autour de trois axes : plus de coopération, plus d'indépendance et plus de transparence. Ces trois piliers sont essentiels si l'on veut une réelle crédibilité en terme de santé publique.

Les futurs plans de prévention de pandémie grippale, par exemple, doivent  être revus et rendus suffisamment autonomes et flexibles, afin de s'adapter en temps réel aux dernières données disponibles. Une telle souplesse aurait permis d'éviter aux caisses publiques beaucoup de dépenses superflues.

L'achat groupé de vaccins par les Etats Membres est une autre option envisageable, mais à la condition que les fabricants restent responsables de la qualité, de la sécurité et l'efficacité de leur produits", poursuit l'eurodéputée française. "Pas question que les Etats deviennent responsables des effets secondaires de vaccins pourtant présentés comme sûrs!"

Parmi les propositions du rapport figure notamment une transparence complète lors de l'évaluation des médicaments utilisés pour les urgences sanitaires. Cela suppose un accès complet aux études cliniques disponibles. Ainsi que la publication de toutes les déclarations d'intérêts des experts impliqués dans l'évaluation.

La procédure accélérée d'autorisation exceptionnellement appliquée lors de la crise sanitaire H1N1 a souligné également le problème des données scientifiques disponibles. "Il nous faut des études sur les vaccins et les traitements antiviraux menées en toute indépendance des compagnies pharmaceutiques. C'est l'un des principaux constats de mon rapport. J'espère que la Commission entendra ce message du Parlement européen" conclut. Mme RIVASI


Responsible MEPs

Responsible MEPs

Please share