Photo by Bank Phrom on Unsplash
fr | en | de
string(3) "198"
Communiqué de presse |

Recours abusifs visant des journalistes et des défenseurs des droits humains

L’Union européenne s’attaque enfin aux poursuites- bâillons

Quelques mois après l’adoption du rapport ambitieux par le Parlement européen, la Commission européenne annonce aujourd'hui un ensemble de textes pour lutter contre la multiplication des procédures bâillons, ces actions en justice intentées par des acteurs puissants (gouvernements ou multinationales) dans le seul but de réduire au silence celles et ceux qui s'expriment au nom de l'intérêt général. La Commission européenne publie une proposition de législation mais aussi des recommandations aux États membres, notamment en termes de formation, de sensibilisation et d'information sur ce sujet, ainsi qu'un soutien individuel et indépendant apporté aux victimes et une collecte de données à l'échelle nationale.

Déclaration de Marie Toussaint, Vice-Présidente du groupe Verts-ALE, membre de la Commission des affaires juridiques :
 
« La Commission européenne a enfin entendu l’appel du Parlement européen : nous devons urgemment protéger les gardiens de la démocratie, de la liberté d’expression et des droits fondamentaux y compris du droit à un environnement sain. »
 
« Après la protection des lanceurs d’alerte, cette directive est une nécessité absolue pour protéger les journalistes, activistes, défenseurs de l’environnement et des droits humains mais aussi leurs familles, amis ou collègues, de plus en plus exposés à ces procédures bâillons, et particulièrement en matière environnementale. »
 
« Après 1 000 jours de détention, Steven Donziger, l'avocat des communautés autochtones d’Équateur victimes de la pollution du pétrolier Texaco-Chevron, vient d’être libéré. À la COP26, 60 journalistes de 34 pays ont appelé à être protégés face à des poursuites abusives. En France, l’activiste et militant écologiste Manual García a été poursuivi à hauteur d’un million d'euros par le producteur de viande Coren pour avoir dénoncé la pollution causée par sa mauvaise gestion des déchets d'élevage. Ces dernières années, le groupe Bolloré a lancé plus de vingt procès en diffamation contre des journalistes, avocats et militants qui enquêtent sur des atteintes aux droits humains. »
 
« L’approche étendue des « victimes » de procédures bâillons retenue par la Commission est donc une bonne nouvelle : les ONGs et les activistes subissent aussi directement les conséquences de ces acharnements juridiques. Mais la Commission limite dangereusement l’application de la législation aux cas transfrontaliers alors que la grande majorité des actions ont une dimension uniquement nationale. La Commission restreint également la possibilité de poursuivre les SLAPPs sur le fondement civil uniquement. »
 
« Nous travaillerons bientôt à relever l’ambition du texte au Parlement pour que les mesures de protection soient autant financières avec la création d'un fonds solidaire, que juridiques ou psychologiques, pour aider et soutenir les victimes de procédures bâillons, les membres de leur famille et les organisations qui les soutiennent. »
 
« Au-delà de cette législation, la lutte contre les procédures bâillons et la protection de la démocratie environnementale doivent aussi passer par un accès à la justice et un droit à un procès équitable réellement effectif au niveau européen. La création d’un devoir de vigilance en matière de droits humains et d'environnement pour toutes les entreprises et la lutte contre la criminalité environnementale sont aussi des conditions indispensables pour prévenir et condamner les procédures bâillons. »

Recommandé

Communiqué de presse
Photo by Adam Azim on Unsplash
Waves crashing
Communiqué de presse
Communiqué de presse
Photo by Mathurin NAPOLY / matnapo via Unsplash
Photo by Mathurin NAPOLY / matnapo via Unsplash

Député(e)s responsables

Marie Toussaint
Marie Toussaint
Vice-Président-e

Merci de partager