Kid with toys.
©kelli-mcclintock

Communiqué de presse


fr | en | de

L’UE a besoin d’une stratégie visant la pollution zéro

Santé-Environnement : Produits chimiques


Ce jeudi 9 juillet, le Parlement européen tiendra un débat sur la « stratégie durable dans le domaine des produits chimiques » qui sera proposée par la Commission européenne en septembre. L’objectif de cette initiative étant de réduire les risques liés à la production et à l’utilisation des produits chimiques.

Le Parlement se prononcera sur le renforcement des règles relatives à la mise sur le marché des produits chimiques ainsi que sur l’interdiction de certains d’entre eux.

Le groupe des Verts- ALE réclame l’interdiction des perturbateurs endocriniens dans les produits cosmétiques, les jouets ainsi que les contenants alimentaires non couverts par la législation. Il réclame également l’interdiction des produits fluorés non-essentiels. Ces substances étant extrêmement persistantes dans l’environnement et les tissus humains.

Pour les députés écologistes, l’évaluation de la nocivité des produits chimiques ne peut se baser exclusivement sur les effets des substances prises individuellement: l’effet cocktail doit dès lors également être pris en compte.

Enfin, ils préconisent une meilleure mise en oeuvre ainsi que le renforcement de la législation européenne sur les produits chimiques (REACH) afin de mieux protéger l’environnement et la santé, en particulier dans les domaines de l’enregistrement des polymères et l’évaluation des substances chimiques.

Déclaration de Michèle RIVASI, membre de la commission santé et environnement :

« Avec ce texte, les eurodéputés entendent combler l'absence d'une stratégie pour un environnement non toxique, promise depuis 2018.

Dans l’attente de la stratégie durable sur les produits chimiques enfin annoncée par la Commission, nous avons voulu formuler des lignes directrices afin d’opérer un changement de modèle dans le domaine de la politique sur les produits chimiques et une transformation de l’industrie chimique. Nous proposons une feuille de route concrète, plus réactive et plus exigeante visant la pollution zéro.

Nous appelons à combler toutes les lacunes réglementaires et à éliminer rapidement les substances les plus préoccupantes, les perturbateurs endocriniens, les polluants organiques persistants et les nanomatériaux. Nous souhaitons aussi améliorer la mise en œuvre de REACH pour éviter toute perversion de son système d'enregistrement des substances.

Enfin, nous réclamons la mise en place d'un système d'information du public sur les substances dangereuses présentes dans les matériaux, les produits et les déchets.

Afin de garantir 1,2 million d'emplois pour l'avenir, nous avons besoin d'une industrie chimique à la fois propre, économe et compétitive qui mette en oeuvre le principe de précaution et ne porte pas préjudice aux personnes ou à la planète. »